26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 12:51

 

 

Manifestation cacerolazo contre la politique de Cristina Kirchner le 25 mars 2008 sur la Plaza de Mayo à Buenos Aires.
Les derniers jours du gouvernement Kirchner ?

 

Il n’aura fallu qu’un peu plus de 4 mois pour que les argentins descendent dans la rue pour manifester contre Cristina Kirchner.

 

A Rosario hier soir ! Les faits : Voilà maintenant près de 2 semaines que le « campo » (le monde agricole) argentin est en grève. Les vaches ne vont plus à l’abattoir, il n’y a que très peu de ramassage de lait, etc…. Pourquoi ? Parce que depuis maintenant près de 5 ans, le gouvernement de Nestor Kirchner et maintenant de son épouse taxe les producteurs d’une manière totalement absurde et congèle les prix à l’achat de toute la production agricole. A première vue, vouloir congeler les prix à l’achat parait une bonne mesure en pensant qu’ainsi le consommateur en bout de la chaîne va acheter son « bife de lomo »  à la boucherie au même prix. Mais voilà que d’une part la viande n’a cessé d’augmenter (comme tout d’ailleurs), aux environs de 40% en 1 an. (Le lait et les produits dérivés ont quant à eux subit des augmentations de près de 60% en 1 an), et d’autre part tous les prix des produits dont nécessitent les agriculteurs ont aussi augmenté dans les mêmes proportions. (Engrais, pièces mécanique de matériel, salaires des employés, etc.…) Lire article sur la crise du lait. 

 

Province de Cordoba : Blocage des camions dans la campagne par les agriculteursPour le producteur agricole :

 

Il ne peut pas vendre au prix qu’il désire, les exportations agricoles sont même lourdement taxées (un comble, quand on sait qu’en Europe ce sont les gouvernement qui aident la production et surtout les exportations). On taxe ici les exportations car le gouvernement pense (bêtement) que si il y a moins d’exportation, il y aura plus de produits pour le consommateur argentin et que les prix baisseront. En fait ce qu’il se passe, c’est que la production baisse de manière importante en raison des lourdes taxations et du manque de rentabilité et de ce fait il y a chaque fois moins de productions et les prix continuent à augmenter.

Quant on produisait autrefois 100, on exportait 60 et on consommait 40 en Argentine. Aujourd’hui on produit 80, on exporte 50, et on consomme 30 en Argentine…. Alors bien sur les prix continuent à monter ! Pire que ça, les agriculteurs en produisant 100 gagnaient de l’argent, aujourd’hui ils produisent 80, leurs exploitations ne sont plus rentables. Donc baisse de la consommation dans toutes les zones rurales d’Argentine en commençant par toutes les zones à forte activité agricole : Provinces de Buenos Aires, Cordoba, Santa Fe, Entre Rios. Le monde rural est maintenant entièrement contre Cristina Kircher.

 

Ce qu’il s’est passé hier (mardi 25 mars 2008) :

Un discours très maladroit de Cristina KirchnerLa situation est bloquée, les agriculteurs coupent les routes et empêchent tout camion chargé d’aliments de passer les barrages pour faire pression sur le gouvernement afin qu’il revienne sur sa décision de nouvelle augmentation de taxe sur leurs productions.

Pendant toute la journée, on attend une réaction et un discours de Cristina Kircher (qui n’a pas une seule fois en 2 semaines rencontré les syndicats agricoles, et qui refuse toute négociation).

A 18h00, Cristina Kirchner prend la parole à la Casa Rosada devant les journalistes et les membres de son gouvernement. Tout le monde espère alors un geste de sa part pour apaiser le monde rural.

Bien au contraire, elle sort quelques phrases incendiaires contre les campesinos, je cite :

« Je ne me soumettrai à aucune extorsion »

« Il s’agit de grevistes de la richesse » (Son piquetes de la abundancia)

 

Stratégie de Cristina Kirchner (Si il y en a une !) :

Faire passer le message : « Les agriculteurs sont tous des nantis, ils prennent en otages le reste des argentins en bloquant les routes. Le monde rural est riche et doit aider les pauvres en étant plus taxé que les autres ».

En fait elle veut faire passer tous les agriculteurs pour de riches estancieros, quant on sait que ceux-ci ne représentent qu’une infime proportion du monde rural argentin.

 

Cette nana n'est pas argentine (sur le panneau, pour ne pas nommer Cristina Kirchner)Pour le consommateur :

 

Il ne s’y retrouve plus, les prix augmentent de 40% en 1 an, son salaire augmente quant à lui de 10%, mais comme le gouvernement truque les chiffres de l’inflation à 8%, les Kirchner poussent le bouchon jusqu’à répéter à longueur de discours que l’argentin a donc gagné en pouvoir d’achat. (10%-8% = 2% d’amélioration pour les ménages). Lire article sur l'INDEC et l'hyperinflation. Les argentins, toutes classes sociales confondues, en ont assez de ce discours et détestent l’hypocrisie de Cristina Kirchner.

 

 

Avenida Santa Fe et Callao hier soir à Buenos Aires.
Réaction :

Dès la fin du discours de Cristina Kirchner, pour la première fois depuis la crise de 2001-2002. Les argentins de la classe moyenne de Buenos Aires sont sortis dans la rue avec les casseroles pour montrer leur désapprobation contre la politique agricole du gouvernement mais aussi pour montrer un « ras le bol » contre l’inflation, contre le flou économique, contre une ambiance de mensonge envers la population.

 

La lutte qui la semaine dernière concernait uniquement le monde rurale et leurs problèmes sont entrain de déborder socialement sur tous les secteurs de la population. Cristina Kirchner n’a pas senti venir le ras le bol et les tensions sous-jacentes qui existaient déjà depuis quelques mois dans la population (y compris celle des villes).

Je pense qu’elle n’a plus aucune prise sur la situation et que son gouvernement va rapidement s’effondrer dans les prochains jours.

 

Vidéo amateur tournée hier soir (mardi 25 mars 2008)
au coin des avenues Santa Fe et Callao à Buenos Aires

 

Luis D'Elia, l'homme de main des KirchnerLa cerise sur le gâteau :

 

Vers 23h, alors que depuis plus 3 heures les manifestants contre Cristina Kirchner occupaient la zone de Plaza de Mayo, diagonal Norte, Avenida de Mayo. Celle-ci n’a pas envoyé la police pour « rétablir l’ordre » mais ses milices. On les appelle les « piqueteros K », en fait ce sont des hommes de main mafieux, avec en tête D’Elia, qui intervient lorsque le clan Kirchner a besoin d’eux. C’était le cas hier.

Pas l’ombre d’un policier de la Police fédérale hier soir dans le centre, les piqueteros K avaient ordre de taper sur les manifestants. Sur les photos que vous pouvez voir dans la presse (même européenne), ce sont ceux là qui tabassent du « ruralista » en toute impunité.

D'Elia fonçant hier soir avec ses gorilles sur les manifestants ruraux
Hier soir sur l'Avenida de Mayo, quand D'Elia arrive avec ses gorilles envoyés par Cristina Kirchner pour "casser" du manifestant pro-rural. Voila comment Cristina Kirchner a sa propre vision de la démocratie.

 

Manifestation contre les portes d'entrée de la Quinta d'Olivos où loge Cristina Kirchner
Situation en ce jour mercredi 26 mars 2008 :

-          Le monde rurale est regonflé à bloc pour aller jusqu’au bout, on commence même à entendre qu’on veut maintenant la tête de Cristina Kirchner, donc radicalisation du mouvement agricole.

-          Une partie de son bloc politique la lâche, par exemple le gouverneur de la province de Cordoba a montré hier sa désapprobation de la politique de Kirchner.

-          La CGT, syndicat toujours fidèle au clan Kirchner commence à percevoir des fissures dans ses effectifs, certains n’ont plus peur de montrer leurs désaccords avec Kirchner.

-          Les médias sont à 90% contre Kirchner, seule la chaîne contrôlée par le gouvernement Canal 7 diffuse des débats où les invités reprennent le discours kirchneriste : « La gentille Cristina défendant les opprimés et les affamés contre les méchants estancieros riches et leurs valets bourgeois de Recoleta »

-          Même les journaux Clarin et La Nacion, jusqu’alors neutres avec quand même une légère inclinaison kirchneriste ont totalement viré de camp dans les éditions datées d’aujourd’hui et soutiennent les « ruralistes ».

-          Dans les supermarchés de quartier de Bsas, la viande, le poulet, les œufs, le lait et ses dérivés manquent. Seuls les gros de la distribution sont encore approvisionnés.

 

 

Dans les rues de Cordoba le 25 mars 2008.Voilà un long article, mais la situation en moins de 24h a totalement basculé, et ce soir même (26 mars 2008), on attend à nouveau des manifestations à Buenos Aires mais aussi dans les grandes villes comme dans les villages. Certaines routes des provinces de Buenos Aires, Entre Rios, Santa Fe sont coupées aux camions alimentaires.


Tous les articles sur la crise de Cristina Kirchner :

Le 26 mars 2008 à 20h00 : - 
Les derniers jours du gouvernement Kirchner ?
Le 27 mars 2008 à 13h00 : - La crise argentine dans le campo.
Le 27 mars 2008 à 20h00 : -
Discours de Cristina Kirchner.
Le 28 mars 2008 à 16h00 : -
On attend la réponse des syndicats agricoles.
Le 28 mars 2008 à 23h00 : -
La situation se détériore à nouveau.
Le 29 mars 2008 à 09h00 : -
Après la réunion avec Alfredo Fernandez.
Le 29 mars 2008 à 20h00 : - Les syndicats agricoles durcissent le ton.
Le 30 mars 2008 à 15h00 : -
19ème jour de blocage, où en sommes nous ?

Le 31 mars 2008 à 20h00 : - Les agriculteurs désabusés.
Le 01 avril  2008 à 15h00  : -
Brouillard ce matin sur Buenos Aires.
Le 01 avril  2008 à 21h00  : - La crise de Cristina Kirchner. 

 

 

Partager cet article

Published by Le Petit Hergé - dans 03 - Actualité argentine
commenter cet article

commentaires

posteandoboludeces 07/01/2009 23:46

Ecoutez, ce que Cristina a dit est vrai!! C'étaient les "piquetes de la abundancia" et c'était aussi les "cacerolazos de la abundancia" !!! Et maintenant avec la chute des prix los GARCAS de ton "campo" prient pour que les "retenciones" baissent. S'ils avaient accepté á l'époque les "retenciones" MOBILES alors l'Etait aurai pu avoir plus d'argent pour redistribuer á la population (construir des hopitaux, donner á manger a des enfants, construire des écoles...) parce que les prix des prod agric étaient super hauts!!! et maintenant que les prix ont chuté, les retentions seraient automatiquement plus faibles!!! Et C PLUS JUSTE POUR TOUT LE MONDEMais PERSONNE n'a vraiment parlé de la mesure en soi. personne n'a vraiment preté attention á ce que la presidente disait!!! Il fallait l'écouter, au lieu de jouer avec les tracteurs et les casseroles!! CONNARDS. El Campito nos cagó bien a todos como de costumbre y no lo supieron ver??!! O son tan garcas como ellos?!Pour celle qui a dit " ça ne leur rappel rien?" MAIS SI, LE CAMPO AVEC CLARIN AVEC LA CLASSE MOYENNE-RICHE PORTEÑA!!!! CA NOUS RAPPELLE BIEN DES CHOSES A NOUS MAIS C SUR VOUS ETES DE L'AUTRE COTÉGORILAAAAAAAAS GOLPISTAAAAS!!!!!!

monie 11/12/2008 21:51

je reviens un petit peu sur cet épisode. j'ai toujours du mal à comprendre :- congéler les prix à l'achat, bon je vois la logique. mais augmenter les taxes à l'export ? pourquoi? - une inflation d'environs 40%, mais 60% pour les produits laitiers? pourquoi une telle différence? j'ai lu l'article sur "la crise du lait", mais cela reste bien obscure pour moi- où en est la situation en cette fin d'année?merci beaucoup de m'éclairer, si possible :)

Martial 08/04/2008 23:05

Bonjour, tout d'abord, merci d'expliquer cette situation bien confuse. Me trouvant moi même à Mendoza, j'ai eu un mal fou à comprendre, et avoir des infos. Juste cette constatation désolante, jour après jour, qu'on ne trouve plus de viande et que les prix des produits grimpent.Quant à la question de la pensée et de la culture, il n'y a qu'à allumer la télé. Je crains, à mon retour en France, de trouver M6 et TF1 intelligents. Ici, la téléréalité, c'est la starac' pour obèse : des coachs pour un groupe d'obèse avec élimination de ceux qui ne remplissent pas les objectifs.Sommes nous à l'abri en France ? Plus je vois Sarkozy et plus j'en doute (j'avais pensé à plus j'aime mon chien aussi, mais d'une, qui suis-je pour citer Diogène, et de deux, je n'ai pas de chien.). Sarkozy, justement, n'est pas un homme de culture, et il le montre jour après jour par des signes toujours plus évidents de mauvais goût. Il est aux affaires, après lui, le déluge ?PS : Et en effet, pas une ligne en France, mais combien d'article sont sortis en Janvier 2001 ? Pas énormément non plus, aux vues de l'évènement.

Pampaboy, Córdoba, Argentina 26/03/2008 18:50

Bravo pour cette excellente description de la situation. Comme tu le dis si bien, tout s'est embalé hier soir, suite à ce discours assez lamentable de la présidente. Ton article confirme le rôle de plus en plus important des blogs , qui prennent le relais de la presse traditionnelle sur des actus jugées "moins vendeuses". Il est presque 19h en France et il n'y a pas trace de cette actualité sur les site des grands journaux nationaux...Ils sont sans doutes plus occupés à savoir comment va se fringuer la femme du président pour le dinner chez la reine d'Angleterre...Voilà un blog que je ne manquerai pas de suivre

A bientôt

Cathy Pinard legry 26/03/2008 15:27

Je lis avec beaucoup d'attention tous vos articles depuis que j'ai découvert le Petit hergé. J'ai compris que vous aviez le même amour que moi pour ce pays et ses habitants. J'ai découvert l'Argentine , par hasard, en 1966 et depuis j'ai un amour inconditionnel, mais ce que je n'ai jamais compris c'est leur choix en politique, c'est un vrai désastre, j'en arrive à penser qu'ils le font exprès, c'est un sport de se sortir du pétrin ou bien quoi....?Ils viennent juste de choisir leur "présidente" et en plus avec sa propre milice..... on dirait un mauvais remake, ça ne leur rappel rien?Je ne veux pas jouer les critiques, mais je me pose quand même quelques questions.Une Argentine de coeur et un grand merci pour vos articles que je dévore avec un grand bonheur.

Le Petit Hergé 26/03/2008 18:26



Bonjour Cathy, En effet, il y a toujours cette question qui revient : Comment se fait il qu'un pays à la
fois aussi intellectuel, instruit, cultivé puisse t'il tomber à chaque fois entre les mains de politiques corrompus, médiocres ou même incapables ? Alors peut être une réponse : Les
argentins instruits, cultivés, intellectuels et intelligents ne font pas de politique. La faute à qui ? Peut être à Peron qui en 1943 a fait basculé ce pays (à l'époque plus riche
que la plupart des nations européennes) dans une dictature où il était interdit de penser. L'Argentine est remontée à la surface en 1983 avec ses premières élections libres et
démocratiques en 40 ans. Mais 40 ans c'est beaucoup pour les générations car entre temps aucune formation d'intellectuels n'avaient été préparée pour mener de nouveau à bien ce
pays. Cette réponse n'engage que moi, mais souvent je pense aux hommes politiques français qu'on a beau conspuer (le pouvoir attise toujours l'enrichissement personnel), mais tout de même les De
Gaulle, Pompidou, Giscard D’Estaing, Mitterrand, Chirac, …ont tous eu une tête, tous capable de parler littérature, économie, arts, ….. Leur formation ne s’arrêtait pas uniquement à faire des
discours politiques. Ici … je préfère ne pas en parler, Menem, Duhalde, De la Rua, Kirchner…….. Il est sûr que Borges n’aurait jamais pu se lancer en politique même locale en Argentine ! Les
cerveaux ne manquent pas en Argentine, mais la politique aujourd’hui est gangrenée par des décennies de médiocres mafieux, et souvent les gros bras font peur aux intellos et aux honnêtes !
 



Se loger à Buenos Aires

 

Vous cherchez à vous loger à Buenos Aires ?

Contactez moi :

petitherge@hotmail.com

Pour Trouver Un Article Dans Le Petit Hergé Argentine

Cours du Peso Argentin

31 mai 2017

L'euro est à

► 17,95 ARS

L'usd est à

► 15,90 ARS