Dimanche 24 mai 2009 7 24 /05 /Mai /2009 04:56
Mise à jour : 23 mai 2009.

La Confiteria del Molino de Buenos Aires La confiteria del Molino (1916) :

La Confiteria del Molino, fait partie des hauts lieux, ou plutôt faisait partie des hauts lieux de la gastronomie et de la pâtisserie de Buenos Aires jusqu’à ce que ses portes ferment définitivement en 1997. Mais ne soyons pas pessimiste, la « confiteria » tout comme l’immeuble qui l’abrite a été classée la même année au patrimoine historique de la ville et ne peut donc disparaître. Pour le moment l’édifice est abandonnée, et tous les 3 ou 4 ans revient sur le devant de la scène un plan et un projet de restauration. L’immeuble est situé aux intersections des avenues Rivadavia et Callao dans le quartier de Congreso, et un symbole de l’architecture Art Nouveau porteño.

 

Détail du vitrail de l'intérieur d ela Confiteria del Molino de Buenos Aires.L'ancienne Confiteria :

En
1850 (59 ?), deux pâtissiers italiens, Constantino Rossi et Cayetano Brenna, achètent la Confiteria del Centro qui se trouvaient aux angles des rues Federación et Garantiás. (Actuelles rues Rodriguez Peña et Rivadavia, la Plaza Congreso n’existait pas à cette époque). Ils ont ensuite rebaptisé leur confiteria en « Antigua Confiteria del Molino » car existait à sa proximité  un moulin à grain appelé El Molino a vapor de Lorea » (Le plus ancien de la ville datant de 1821 et placée sur la Plaza Lorea).
L’endroit fut assez vite adopté par la haute bourgeoisie qui y venait pour savourer les meringues, marrons glacés et autres panettones aux châtaignes ainsi que le dessert « Impérial Russe » création de la maison.
En 1904, Brenna achète une petite maison se trouvant juste aux angles de Rivadavia et de Callao, et en 1905 déménage de la calle Rodriguez Peña pour s’y installer. En 1911, il s’agrandit en achetant la maison mitoyenne située sur Callao 32, et enfin en 1913, une autre sur Rivadavia 1915. Son idée est de faire construire sur ces trois terrains un ensemble prestigieux comportant à la fois sa nouvelle confiteria au rez-de-chaussée et un immeuble d’habitations en étage. Il confit la construction de son « palais » à l’architecte italien Francesco Teresio Gianotti qui se doit de monter cet imposant édifice au dessus de la confiteria existante sans pour autant devoir fermer un seul jour ses portes pendant les travaux !

Infographie Confiteria del Molino. Buenos Aires. Argentine. Cliquez pour agrandir

Infographie :
La Confiteria del Molino de Buenos Aires. Pour agrandir, cliquez dessus.
Source : Le Clarin. Adaptation : Le Petit Hergé 2009.
Le grand escalier montant aux salons. Confiteria del Molino. Buenos Aires
Photo : le grand escalier

Confiteria del Molino. Buenos Aires. Le rez-de-chaussée
Photo : La Confiteria au rez-de-chaussée


Garvure Confiteria del Molino de Buenos Aires en 1918La construction de la nouvelle Confiteria :

Le projet commence réellement en février 1915 dans les cartons de l’architecte qui avait été contacté dès 1905, et le premier coup de pioche est donné en juin 1915. Il n’aura fallut que douze mois pour mener à bien le projet et la confiteria sera inaugurée le 09 juillet 1916.Photo début 1916, construction de l'immeuble de la Confiteria del Molino. Buenos Aires
L'architecte choisira de surmonter l'ensemble par une coupole accompagnée d’ailes de moulin tournantes en permanence. Cayetano Brenna fait venir toute la décoration de son nouvel établissement d’Italie, portes, vitraux, marbres, céramique, cristallerie et bronze.
L’inauguration eu lieu en 1916, la proximité du Congreso fait que les principaux législateurs y ouvrent un compte. La Confiteria devint rapidement à la fois le lieu de réunion des politiques, de rencontres amoureuses furtives mais aussi le passage obligé des artistes du moment qui y venaient pour voir et y être vus.
Photo de droite : Construction de la Confiteria del Molino en 1916. Photo de gauche : Gravure de 1918, une fois que le batiment est terminé.

Détail du dôme du rez de chaussée de la confiteria del Molino de Buenos AiresL'age d'Or :

Quelques clients habituels : Alfredo Palacios qui demandait toujours un cognac et un café avec des croissants, Carlos Gardel qui y venait souvent et qui demanda un jour à Brenna de composer un nouveau dessert pour le servir à son ami Irineo Leguisamo (c’est ainsi que fut inventé ''el Leguisamo »), Lisandro de la Torre, Leopoldo Lugones, le tenor Tito Schipa (grand amateur de champagne), la soprano Lili Pons, Niní Marshall, Libertad Lamarque et Eva Perón (Thé avec petits fours). D’autres célébrités tels que Oliverio Girondo écrira : "Las chicas de Flores tienen los ojos dulces, como las almendras azucaradas de la Confitería del Molino", ou l’écrivain et journaliste Roberto Arlt qui relata dans le journal “Aguafuertes Porteñas”, l’anecdote burlesque du franc tireur qui se réfugiât dans la confiteria lors de la révolution de 1930. il faut dire que pendant ces événements, les troupes de Uriburu passant sur Callao pensèrent qu’il y avait de nombreux francs tireurs cachés dans la Confiteria et commencèrent à tirer sur les façades et y mirent le feu. Il fallut attendre quelques mois de travaux pour la ré-ouvrir le 12 octobre 1931.
L’immeuble est à classer dans le style architectural antiacadémique qu’est l’Art Nouveau (Bien que déjà révolu en Europe pour cette époque). Tous les services son ultra moderne dans la conception d’un salon en ce début du XXème siècle. Salon de Réception et de fêtes à l’étage, Confiteria et Bar au rez-de-Chaussée, 3 sous sols pour la fabrication des pains, pâtisserie, mais aussi usine à fabrique de froid pour élaborer les glaces, cave à vin, et même atelier mécanique pour pouvoir entretenir tout le matériel sur place. A partir du deuxième étage et jusque sous les toits, appartements et bureaux en location.

Intérieur de la Confiteria del Molino avant l'incendie de 1930Photo : Rez de chaussée de La Confiteria del Molino dans son ancien décor. (Avant l'incendie de 1930). 

     


La façade de la Confiteria del Molino sur Rivadavia à Buenos Aires.Cariatides de la façade de la Confiteria del Molino de Buenos Aires La façade de la Confiteria del Molino sur l'avenida Callao à Buenos Aires
Photos : (Gauche) Façade sur Rivadavia, (centre) Cariatide de la façade, (droite) Façade sur Callao.

La confiteria del Molino de Buenos Aires dans les années 90Le déclin :

En 1938, la mort de Brenna entraîne la fin de l’époque dorée de la Confiteria, Renato Varesse prend la gérence du lieu jusqu’en 1950 et sera accompagné par le patissier Antonio Armentano jusqu’en 1978, date à laquelle le pâtissier vendra Le Molino, murs et enseigne a un groupe d’actionnaires qui dès 1979 fera faillite.
Entre 1979 et 1997, La confiteria résista, bon an mal an, aux aléas des crises grâce aux petits enfants de Cayetano Brenna qui voulurent sauver le lieu. Mais le 23 février 1997, les portes de la Confiteria del Molino fermèrent définitivement ses portes après 137 ans de présence dans le quartier.
Le 24 octobre 1997, le bâtiment de la confiteria del Molino est classé monument historique. Aujourd’hui La confiteria del Molino est incluse dans le patrimoine international de l’Art Nouveau de l’Unesco.


 

Vitrail de la Confiteria del Molino à Buenos AiresLe renouveau :

Depuis sa fermeture, les crises économiques ont touché durement l’Argentine (celle de 1998, puis celle de 2001-2002) et ne permirent à personne de pouvoir proposer un projet viable quant à la sauvegarde du patrimoine, d’une rénovation de l’ensemble de l’immeuble et d’une re-ouverture de la confiteria.
En 2004, on a cru un temps que le moment était arrivé de voir de nouveau les portes de la confiteria ouvrir avec l’élaboration d’un projet d’hôtel, mais ce projet est tombé à l’eau une fois de plus. Voir : http://www.lanacion.com.ar/nota.asp?nota_id=661073.
Le grand problème qui se pose en ce moment est de savoir réellement a qui appartient le bâtiment, de nombreuses familles s’affrontent chacune avec de très bons avocats. En attendant le bâtiment s’effrite, prend l’eau et il fallut même démonter en toute hâte des vitraux de la coupole de la tour qui risquaient de s’écraser sur les passants.
Ne désespérons pas, on attend avec hâte le retour de la Confiteria del Molino et sa renaissance !

 

Autre article dans le Clarin en 2009 : http://www.clarin.com/diario/2009/05/20/um/m-01921927.htm


Vue aérienne au dessus de la Plaza Congreso en 1920
Photo aérienne de 1920, prise au dessus de la Plaza Congreso de Buenos Aires. Entourée en blanc, l'immeuble de la Confiteria del Molino tout récent.

Dans l'axe de l'avenida Callao, à gauche la Confiteria del Molino à Buenos Aires en 1940
Photo : Dans l'axe de l'avenida Callao, à l'extrème gauche, le Congreso. En face à gauche, angle de Rivadavia et de Callao, le bâtiment de la Confiteria del Molino. Nous sommes en 1940. Encore des tramways sur Callao, la chaussée est séparée en deux, et l'avenue est à double sens. On roule encore à gauche.

Le grand escalier de la Confiteria del Molino de Buenos AiresD'autres articles à lire dans le Petit Hergé :

- Le Cabildo de Buenos Aires.
-
City Hotel & Diagonal Sur. (1935).
-
Le Ciné Teatro Opera. (1936).
-
Centre historique de Buenos Aires
- Quartier de la City de Buenos Aires.
-
Quartier de Retiro de Buenos Aires.
-
Quartier de Palermo de Buenos Aires.
-
Lujan. (Prov de Buenos Aires).
-
Buenos Aires en 1750.
-
Le métissage pendant l'époque coloniale.
Par Le Petit Hergé - Publié dans : 6H - Architecture & Architecte - Communauté : Argentine
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Cours parallèle du Peso Argentin

null

Cours Parallèle

Hergé

1 EUR = 13,80 ARS

 18/12/2014

--------------------

Cours Officiel

1 EUR = 10,60 ARS

--------------------

Le Parallèle est à  

+ 30%

que l'officiel

Recommander

D'autres articles :

 

Ville de Buenos Aires


 

Province de Misiones


 

Province de Formosa

 

 

Province de Entre Rios

 

 

La ville de Tucuman

 

 

La ville de Salta

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 






























Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés