16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 18:00

Mise à jour : 16 juillet 2011. Catégorie : Buenos Aires.

Article écrit par Thomas Lemoine.

Café de los Angelitos :

Le « café de los angelitos », un nom derrière lequel se cache plus d’un siècle d’histoire ainsi que deux facettes pleines de surprises pour le visiteur. Une simple visite de leur site web fait déjà voyager dans un univers rétro et enjoué sur une musique de Tango endiablé. Mais qu’attendre d’un tel lieu ? Café du matin dans un décor sympathique, nid à touristes, haut lieu du Tango ou véritable institution en Argentine ? C’est ce que nous allons essayer de découvrir ensemble aujourd’hui !

 Photo : Angles de l'avenida Rivadavia et de la calle Rincon à Buneos Aires.

Un peu d'histoire :

Commençons par le commencement, le « café de los angelitos » est situé dans l’agréable quartier de Congreso à l’angle de Rincon et Rivadavia. L’Avenida Rivadavia est une avenue particulière et avec un peu d’imagination (bon d’accord, avec beaucoup d’imagination), on peut visualiser la plus ancienne avenue de Buenos Aires du temps ou les convois apportaient les richesses du Nouveau Monde vers l’Espagne et quand Buenos Aires n’était alors qu’une garnison des Conquistadors. Mais ne remontons pas aussi loin dans le passé tourmenté de la ville et allons à la rencontre du Buenos Aires de la fin du 19eme siècle. En effet, le « café de los angelitos » anciennement nommé « Bar Rivadavia » fut ouvert en 1890  par l’italien Batista Fazio et était fréquenté à l’époque par les malfrats et les brigands. Il s’agissait d’un bar très modeste au sol en terre battue qui était aussi très souvent le lieu de rendez vous de « payafores » (conteur-chanteur toujours accompagné d’une guitare). Les plus connus étant Gabino Ezeiza, Higuito Cazon et Jose Betinotti. Il faut dire que le quartier était alors très populaire. Des l’ouverture du Palacio de Congreso en 1906 à trois cuadras de là sur Rivadavia, la population change un peu et les mauvais garçons se mêlent à d’autres qui sont les députés et sénateurs. Les débats politiques remplacent les payadores et Hipólito Irigoyen, José Ingenieros ou Alfredo Palacios y viennent très régulièrement.

Au fil des années des modifications sont faites et en 1919 le Bar Rivadavia change de propriétaire, racheté par un espagnol du nom de Ángel Salgueiro qui s’empresse de le rebaptisé « A los Angelitos » en référence à une phrase du commissaire du quartier qui parlait ironiquement du lieu en déclarant souvent : “vamos muchachos, veamos si nadie se salio de la vaina en el café de esos angelitos”. « Allons les gars, allons voir si personne n’a dégainé au café de ces petits anges ». En 1920, après travaux, le bar réouvre et au dessus de la porte principale d'entrée sont placés deux petits anges en platre. 

C’est la grande époque du tango, et de nombreux artistes se mêlent aux malfrats. Il n’est pas rare alors de croiser Florencio Parravicini, Roberto Casaux, Carlos de la Púa Muñoz et même le grand Carlos Gardel qui aurait (dit la légende) signé un de ses premiers contrats d’enregistrement de disques sur une de ces tables.

Les années 30 sont surement l’âge d’or du café qui pourtant n’a pas le faste de la décoration d’aujourd’hui, mais qui est le lieu de rendez vous des plus grandes pointures du tango. En décembre 1944 est même enregistré par Aníbal Troilo, (et composé par Catulo Castillo), “café de los Angelitos”, le premier titre d’un tango qui porte le nom d’un bar.

Le déclin s’amorce dans les années 70, avec les crises successives économiques, une certaine décadence du quartier et surtout par la lente agonie du tango.

Photos : En haut, l'entrée principale debut des années 40. En bas, le comptoir en 1946.

Video : "Cafe de los Angelitos" chanté par Libertad Lamarque en 1945. 3 mn 32 s.

Fermeture et réinauguration :

En 1992, une tempête s’abattis sur l’endroit, le toit fut détruit et l’on dut  abattre le vieil l’édifice déjà fragilisé par le temps. En 2004, l’établissement a été gratifié du a distinction de site d’intérêt culturel par la ville de Buenos Aires avant de rouvrir le 20 Juin 2007 après pas moins de 15 ans de fermeture au public. Toutefois c’était l’ambiance qui régnait en ce lieu qui en a fait le prestige et ainsi, tous les mercredis après la destruction, les « amis du café de los angelitos » se réunissaient sur ce coin de rue pour y danser le Tango.

Photo : Au debut des années 80 le café. Il conserva cette façade jusqu'en 1992.

  

Photos : La salle de spectacle du café Los Angelitos. (Cliquez pour agrandir).

Los Angelitos aujourd'hui :

C’est donc sur au rythme de l’histoire et du Tango que nous nous laissons entrainer dans ce lieu mythique de Buenos Aires. Ici tout respire le luxe et l’aisance dans un style années 30 attrayant. Ce lieu est en effet surprenant (comme mentionné précédemment) car en plus d’être un café-restaurant, il abrite tous les soirs un spectacle Tango décrit comme « une noche unica ». Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs. Qu’en est-il pour le visiteur désireux de boire un café ou de prendre ou un petit déjeuner dans ce lieu empreint d’histoire ? Le matin, l’endroit est calme, quelques habitués sont dispersés çà et là dans le café. Même si les prix sont, il faut l’avouer, un peu élevés par rapport aux mets et boissons plutôt ordinaires, le bâtiment et les décors somptueux suffisent à apaiser notre envie de caféine et de tranquillité. Le midi, les touristes se mêlent aux portenos  devant une carte offrant des mets raffinés et gouteux issues d’une cuisine internationale mais dont les prix quelques peu élevés peut ralentir les moins fortunés d’entre vous.

Tango à Congreso :

Le soir venu, le café des anges propose un spectacle de Tango qui peut être accompagné d’un repas gastronomique. Le spectacle commence à 22h  tous les soirs de la semaine. Pour le prix de 350 pesos vous aurez l’occasion d’admirer six couples de danceurs , un quintet et des chanteurs. Pour 500 pesos , vous pouvez venir profitez d’un repas gastronomique à 20h puis  regarder le spectacle. Encore une fois, l’offre semble assez couteuse mais certains disent que le plaisir des papilles, des yeux et des oreilles, suffisent à faire oublier que votre bourse s’est allégée …

A lire aussi, l'article sur les spectacles de tango à Buenos Aires dont celui de los Angelitos.

Une excellente confiteria plus qu'un haut lieu du tango :  

En conclusion, que puis-je vous conseiller ? Si vous souhaitez visiter ce coin de paradis pour les yeux, il est préférable de passer dans la matinée ou en début d’après-midi pour boire un café qui vous sera amené pour un serveur au sourire d’ange (avec un peu de chance). Toutefois ne vous attendez pas à atteindre le septième ciel en déjeunant là-bas car il se pourrait bien qu’un ange passe quand l’on vous apportera l’addition. Concernant le spectacle, ne tombez pas des nues en vous apercevant que l’audience n’est pas très locale (surtout des touristes Brésiliens, Colombiens et Vénézuéliens) mais vous serez aux anges devant la beauté du show ! Bon, assez de jeux de mots  à l’humour douteux … Le « café de los angelitos » est bel est bien une institution à Buenos Aires et un vaut le détour si vous visiter le quartier. Ensuite je ne vous conseillerai pas d’espérer plus qu’un bon moment si vous vous rendez là-bas et essayez de vous rendre dans des endroits plus authentiques (et moins chers) pour profiter de la magie du Tango ! De petits anges argentins m‘ont soufflé qu’à la Viruta (sur Armenia ) vous pourriez vous régalez les yeux ( voir apprendre quelques pas ) pour seulement une poignée de pesos ! Enfin moi je dis ça, je ne dis rien …

Les conseils du Petit Hergé :

Il est certain que toute visite du barrio de Congreso doit passer par les Angelitos, une confiteria qui par son charme mais aussi par ses excellentes pâtisseries ne vous laisseront pas indifférent. La clientèle entre 7h du matin et 1h du matin ne désemplit pas. Un mélange d’habitants de quartier, « d’oficinista » (employés), de quelques touristes de passage alternent aux tables rondes en marbre au style parisien. Un autre détail surprenant, le sucre présenté ici en morceau et non en sachet (Comme en France). C’est bien sûr voulu, car à Buenos Aires, le sucre en morceau fait « plus chic ! ». Des mozos stylés, élégants, courtois renforce cette image d’un Paris d’un autre âge. Un petit balcon surplombant la salle et un bandonéoniste passe souvent en après midi (à l’heure du thé) interpréter quelques airs du répertoire classique du tango. Capuccino, submarino, thé et surtout prenez une pâtisserie, elles sont sur le comptoir. Ma préférée : La palmerita. (un palmier).

Photo : Vitrail de la porte d'entrée. Photo Thomas Lemoine. Juillet 2011.

Fiche technique :

Adresse : Avenida Rivadavia 2100 (angle calle Rincón) Metro : Congreso.

 Horaires : Ouvert tous les jours de 7h à 1h.

Téléphone : (011).4314.1121.

Site web : http://www.cafedelosangelitos.com/

Tarifs : Supérieurs à un café du même quartier. Café à 10 ARS. On y vient plus pour le décor et l’atmosphère (et ça a un prix). (Prix Juillet 2011).

Photo : le cafe dans les années 60 toujours avec la publicité de la bière Munich.

D'autres articles sur les bars de Buenos Aires :

La Biela (Recoleta - Buenos Aires)Bar La Biela. (Septembre 2010).

Au 600 de l’avenue Quintana, au coeur de l’élégant quartier de Recoleta, trône un des cafés les plus célèbres de Buenos Aires, La Biela. Créé il y a 150 ans, ce café traditionnel aux allures parisiennes est une adresse incontournable pour tout porteño qui se respecte. De l’écrivain au pilote de Formule 1, du touriste à l’homme politique, La Biela est le point de rendez-vous de tous les passionnés de sports automobiles.

Le Cafe Tortoni (Micro Centro - Buenos Aires)- Le Café Tortoni. (Septembre 2010).

Le café Tortoni figure dans tous les guides touristiques comme « le plus célèbre des grands cafés de Buenos Aires ». En effet, ce lieu chargé d’histoire transporte les visiteurs des années en arrière, quand les grands de la scène culturelle argentine fréquentaient ce lieu. Il est certain que le lieu ne manque pas de charme et l’atmosphère y est chaleureuse.

La Confiteria Las Violetas (Almagro - Buenos Aires)- La Confiteria Las Violetas. (Septembre 2010).

Buenos Aires est une ville où les cafés fourmillent. Grâce à leur beauté, leur emplacement privilégié et leur histoire, certains ont néanmoins réussi à devenir des arrêts obligatoires pour les touristes et de véritables classiques pour les Porteños. La Confitería Las Violetas en fait précisément partie et est devenue un des symboles de la ville, notamment grâce à la qualité des spécialités proposées aux clients.

 - La Confiteria Ideal. (Septembre 2010).

 La Confiteria Ideal, située près de l’angle de l’avenue Corrientes et de Suipacha (à coté de l’obélisque), est un café-milonga, classé depuis février 2003 "Bar Notable de la Ciudad de Buenos Aires" à l’initiative de la ville, très connu des amateurs de tango, qui y passeront au moins une fois lors d’un voyage à Buenos Aires.

 

- Le Gato Negro. (Août 2009).

Le Gato Negro situé au 1669 de l'Avenida Corrientes a été déclaré site d’intérêt culturel en 2003 par la ville de Buenos Aires et « café notable » en 2004.
Les différents propriétaires n'ont jamais été supersticieux car cette boutique existe depuis 1927 et quatre générations ont déjà fait connaitre les saveurs exotiques des épices aux porteños et aux provinciaux de passage dans la capitale.

 

Partager cet article

Published by Le Petit Hergé - dans Buenos Aires
commenter cet article

commentaires

Se loger à Buenos Aires

 

Vous cherchez à vous loger à Buenos Aires ?

Contactez moi :

petitherge@hotmail.com

Pour Trouver Un Article Dans Le Petit Hergé Argentine

Cours du Peso Argentin

02 mai 2017

L'euro est à

→ 16,70 ARS

L'usd est à

↓ 15,20 ARS