5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 15:05

Dernière journée avant l’orage ? le scepticisme gagne !

 

On a beau compté, les 30 jours de la trève décrétée par les syndicalistes ruraux arrivent à la fin. (On en est même à 33). 30 jours pour donner le temps au gouvernement de sortir du chapeau une pirouette pour garder à la fois la tête haute et calmer le monde rural. Resultat : Zéro.

Aucun nouveau projet, aucune mises à plat des problemes du secteur, aucun même bon sens pour ce qui est de preparer un futur pour un secteur qui represente quand meme une bonne part des exportations argentines et donc une rentrée non négligeable de devises pour le pays.


Réunion informelle hier dimanche le long d'une route entre agriculteurs
Autoconvocation hier dimanche à San Pedro
 

Une étincelle sur un décret de retention il y a un mois et demi et nous voila maintenant en face d’une montée de reclamation de tout bord. Pire même, puisque le gouvernement n’aura rien trouvé de mieux pour calmer le jeu que d’interdir les exportations de viande, il y a maintenant un mois et demi (rien que ca !) ... on se demande des fois si le gouvernement et LA Cristina Kirchner sont des incapables ou pire, des apprentis sorciers prets à faire sauter le pays ! Le seul pays au monde où on interdit à un secteur de produire et d'exporter ses produits. (Alors qu'en France, le gouvernement aide les exportations..le monde à l'envers). Le nouveau ministre de l'économie (Carlos Fernández) a signé un accord vendredi pour autoriser de nouveau les exportations de viande....mais comme ce même accord avait déjà été signé il y a 17 jours et que l'interdiction d'export a continué.. pourquoi croire le gouvernement une fois de plus ?  

 

Les 4 syndicats agricoles ont tout fait pour montrer leur bonne volonté afin d'arriver à un accord (même le plus minime ...pour ne pas perdre la face aupres de leurs bases). Mais rien n'y fait !

Alors bien sur nous voilà le dernier jour (lundi 05 mai 2008), la base râle, (pour ne pas dire explose), on les appelle ici les « auto-convoqués » (autoconvocados), les plus célèbres en tête, Francisco Buhlmann de la localité de Laboulaye (province de Cordoba) et De Angeli de la ville de Gualeguaychu (province de Entre Rios). Buhlmann a déclaré :  « On leur a donné un mois pour faire une proposition crédible et ils n’ont rien fait, les rétentions sont toujours effectives et de notre coté la patience est arrivée au bout. »

 

Si il n’y a pas un semblant d’avancée avant demain, ce mercredi les syndicats agricoles se reuniront pour décreter une nouvelle fois le blocage des routes.
Certains n'ont d'ailleurs pas attendu la réunion de mercredi puisque depuis hier dimanche 04 mai, la route RN11 à Reconquista (provincia de Santa Fe) est de nouveau coupée. (les camions transportant des produits agricoles sont uniquement bloqués).

Humour argentin
L'Argentine vue à travers l'humour argentin. "Argentine, division métaphysique, Il est tres difficile de relier les points" les points de vue bien sur ! Ce qui m'amuse toujours chez les argentins, c'est cette auto dérision d'eux même dans les moments les plus difficiles.

Les 5 prochains articles sur le sujet :
- 08 mai 2008 : Campo, le retour !
- 12 mai 2008 : Les gouverneurs s'en mêlent.
- 18 mai 2008 :
Entre dialogue et durcissement.
- 26 mai 2008 :
Le dernier jour ?
- 26 mai 2008 :
Achetons à crédit

- 26 mai 2008 : En attente d'une réponse de Cristina Kirchner

Les 5 derniers articles sur le sujet :

Le 27 avril à 18h00 : Carlos Fernandez, nouveau ministre de l'économie.
Le 17 avril à 12h00 : Guillermo Moreno
Le 15 avril à 12h00 : Cristina Kirchner et la liberté de la presse.
Le 02 avril  2008 à 23h00  : - Le campo donne 30 jours pour régler la crise.
Le 01 avril  2008 à 21h00  : - La crise de Cristina Kirchner.

Le 26 mars 2008 à 20h00 : - 
Les derniers jours du gouvernement Kirchner ?
Le 27 mars 2008 à 13h00 : - La crise argentine dans le campo.
Le 27 mars 2008 à 20h00 : -
Discours de Cristina Kirchner.
Le 28 mars 2008 à 16h00 : -
On attend la réponse des syndicats agricoles.
Le 28 mars 2008 à 23h00 : -
La situation se détériore à nouveau.
Le 29 mars 2008 à 09h00 : -
Après la réunion avec Alfredo Fernandez.
Le 29 mars 2008 à 20h00 : - Les syndicats agricoles durcissent le ton.
Le 30 mars 2008 à 15h00 : -
19ème jour de blocage, où en sommes nous ?

Le 31 mars 2008 à 20h00 : - Les agriculteurs désabusés.
Le 01 avril  2008 à 15h00  : -
Brouillard ce matin sur Buenos Aires.



Partager cet article

Published by Le Petit Hergé - dans 03 - Actualité argentine
commenter cet article

commentaires

Paddy 06/05/2008 17:11

Bonjour ! De retour, ou encore en voyage ? Concernant le problème agricole, ça semble mal parti. Je ne sais pas ce qu'a pu donner la réunion de ce matin (ou plutôt, ce qu'elle va donner, compte tenu du décalage horaire avec la France , pardon !), mais si on peut en croire ce qu'on en lit dans la presse argentine, il n'y a pas que sur les routes qu'on risque le blocage ! D'un côté, le gouvernement joue la montre (et avec le feu) et se montre toujours aussi politiquement lourd, de l'autre, les dirigeants du campo ont beaucoup de mal à retenir leurs troupes. Je n'ai pas bien compris quelles concessions ils étaient près à faire, car pour ce qui est des retentions, Ulises Forte, vice-président de la Fédération agraire, disait, je cite "Una señal clara sería volver al 11 de marzo y discutir así una política impositiva en serio". En clair, demande de revenir à la situation initiale qui prévalait avant le 11 mars. Les dirigeants agricoles sont sur les dents, car ils savent que le retour au blocage des routes serait un risque vis à vis de l'opinion, en cas de nouveaux problèmes de ravitaillement. A ce sujet, Pedro Apaolaza, président de la Confédération des associations rurales de Buenos Aires et La Pampa, signalait dernièrement qu'il y avait même des chances pour que le gouvernement, en quelque sorte, les souhaite. Ceci dit, à titre personnel, plus je me documente sur ce sujet, et moins j'ai de facilité à trancher. En ces temps de difficultés agricoles mondiales, on ne peut que constater les dégâts terribles causés par les politiques ultra-libérales.

Le Petit Hergé 06/05/2008 17:46


Bonjour Paddy, en fait toujours en ballade et cette fois sur les routes de la province de San Juan.
Attention : L'ultraliberalisme n'est en rien dans cette histoire, au contraire, si il etait appliqué. les agriculteurs ne se poseraient pas autant de questions a savoir si un nouveau decret leur
pend au nez à chaque quinzaine. Le kirchnerisme est un semblant de politique a la petite semaine qui a pour but de trouver de l'argent pour gonfler les caisses de l'etat, quitte a casser l'outil de
production. Ramasser le maximum d'argent dans les provinces pour la concentrer sur Buenos Aires. Nous sommes dans un flou économique ou tout permet maintenant de croire que le gouvernement est
incapable meme a moyen terme de monter une politique economique viable qui pourrait ne serait ce attirer des investissements etrangers pour soutenir le developpement du pays. Les capitaux vont au
Chili, Uruguay et Bresil et contourne judicieusement l'Argentine, puisqu'ici un decret peut a tout moment mettre a mal ton investissement. A bientot ! Herge !


Se loger à Buenos Aires

 

Vous cherchez à vous loger à Buenos Aires ?

Contactez moi :

petitherge@hotmail.com

Pour Trouver Un Article Dans Le Petit Hergé Argentine

Cours du Peso Argentin

31 août 2017

L'Euro est à

↑ 20,65 ARS

L'USD est à

↑ 17,15 ARS