9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 16:17

Mise à jour : 09 janvier 2011.

Pour suivre le Dakar 2012, Mar del Plata - Lima, cliquez sur :

Dakar 2012, présentation.

bajadaiquiqueblog1.jpg

06 janvier 2011 : Dakar 2011 : Etape 5/13 Calama - Iquique. 

Tous les concurrents aujourd’hui sont d’accord sur un point : L’étape fut très pénible et très difficile techniquement. Certaines portions avec des dénivelés de plus de 30 % Ce n’était plus une descente vers Iquique mais une chute vers le Pacifique. De plus presque la totalité des 400 km de spéciale se sont passés dans les dunes sans pistes et seuls les plus performants en navigation ont tirés leur épingle du jeu. La plupart se sont perdus à plusieurs reprises et même si ils ont ensuite retrouvé leurs marques, il a fallut à chaque fois perdre de précieuses minutes. Puis c’est aussi l’entraides entre les concurrents de nombreux motards se sont arrêtés pour prêter main fortes à d’autres. Alors il fallut à l’arrivée décompter les minutes d’arrêt pour les «bonnes âmes». C’est bien après l’arrivée des dernier que l’on pu enfin connaître les temps définitifs des concurrents et afficher le classement général.

Les titres du jour :

Alejandro Patronelli et Tomas Manfei roulent ensemble.

Peterhansel le roi du désert !

Carlos Sainz et Nasser Al Attiyah se perdent !

Les spectateurs chiliens sont très indisciplinés

Coté motos argentines, on applaudit Pizzolito et on pleure Moreno.

Beaucoup de chutes en moto. 

 

Images sans commentaire. ASO 5 ème étape. Calama - Iquique. Jeudi 07 janvier 2011. 2 mn 42 s

 

Le magazine en français. ASO. 5 ème étape. Calama - Iquique. Jeudi 07 janvier 2011. 3 mn 29 s.

Version en espagnol : http://www.youtube.com/watch?v=ZFVnfm6EMoc

Version en allemand : http://www.youtube.com/watch?v=wRXkLukY0XA

 

Le résumé de l'étape en français. ASO. 5 ème étape. Calama - Iquique. Jeudi 07 janvier 2011. 3 mn 04 s.

Version en espagnol : http://www.youtube.com/watch?v=77y7N7R1Tk8

Version en allemand : Introuvable pour le moment

CARTE.gif

Etape 5 : Que de la spéciale aujourd'hui ! .

PROFIL_ES.gif

Profil de la spéciale de la cinquième étape. La grande descente vers l'océan Pacifique.

Patronelli-Peterhansel-hicieron-duenos-d

Peterhansel le roi du désert !

Un dénivelé de 2.300 m alors bien sûr, il fallut s’accrocher à son guidon ou à son volant et freiner sa monture ! Les dernier 30 km ont été les plus éprouvants.

 A ce petit jeu le français Peterhansel est le meilleur, c’est le presque sans faute en navigation et il a pu rattraper et dépasser le qatari et l’espagnol lorsqu’ils se sont perdus, et après suivre devant tout au long des 400 km sans avoir une seule fois peur de se faire rattraper.

A l’arrivée les temps sont là, plus d’une minute d’avance sur Al Attiyah. Cette année les écarts entre les 3 premiers sont tellement étroits qu’une minute peut faire toute la différence à l’arrivée à Buenos Aires.

Stéphane Peterhansel : "Une étape à rebondissement. On est parti le couteau entre les dents. On a réussi à passer devant Al Attiyah et Sainz en profitant d'une erreur de navigation de leur part. Après ça a été à notre tour de faire une petite erreur et de crever. Les deux sont repassés. On a réussi à revenir sur la fin. Pour finir on réalise un bon temps. Ça aurait pu être mieux. A un moment je reprenais plus de 4 minutes à Carlos. Finalement c'est une opération moyenne. Les trois premiers au général se tiennent en trois minutes. C'est bien. J'espère que ça restera comme ça jusqu'au repos, comme ça on aura un final à suspens. Tout est encore possible pour nous".

live_fr_16_474-b.jpg

Carlos Sainz et Nasser Al Attiyah se perdent !

Un peu dans les choux aujourd’hui ? Non, tout de même pas, mais l’espagnol Sainz et le Qatari Al Attiyah à force de se surveiller sans cesse, se suivent et se trompent ensemble ! Pendant que le troisième Peterhansel filait tout droit ! Bien sur il a poussé un peu sa voiture sur la deuxième moitié de l’étape mais sans succès, le français filait vraiment trop vite !

Carlos tire un peu la gueule en cette fin de 5ème étape, et a du mal à reconnaître que le français fut plus rapide. Il faut savoir ménager sa monture pour aller loin ou alors prendre des risques quand il faut tenter le tout pour le tout. Le Qatari a préféré laisser filer à la fin, trop de risque, trop de pente et vouloir suivre Sainz à la chasse au français, il a préféré suivre derrière le duel.

Nasser Al Attiyah :Encore une étape très difficile. J'ai suivi Carlos Sainz et nous avons tous les deux fait une erreur de navigation. Peterhansel nous a rattrapés. Sur la fin, Carlos Sainz poussait vraiment fort. Je me suis dit qu'il fallait que je me calme, qu'il fallait atteindre l'arrivée sans problème. On reprend du temps à Carlos. C'est bien. Demain, il va falloir pousser. Les écarts sont fous. Je pense que la course va être folle cette année".

Carlos Sainz : "C'était une étape longue, plus de 400 kilomètres. On a eu des problèmes de navigation au début. On a hésité sur 4 ou 5 kilomètres avant de décider revenir sur la piste où on a trouvé des sortes de tranchées, très dures à passer. Ensuite dans les dunes on s'est retrouvé derrière une moto qui allait très lentement. On a ralenti et attendu pour ne rien risquer. C'est sûr, que même après une grosse étape comme aujourd'hui, le général reste très serré. C'est intéressant. La dernière descente sur le bivouac d'Iquique était très impressionnante. Quand tu es dans la voiture, c'est très particulier".

CUATRICICLOS-COMPATRIOTA-PATRONELLI-REND

Alejandro Patronelli et Tomas Manfei roulent ensemble :

 Première étape difficile pour Alejandro Patronelli sans son frère, il faut dire que sur les deux dernières saisons 2009 et 2010, il ne le lâchait pas son frangin car il savait que c’était lui le chef navigateur. Cette année il fallait faire sans. Mais il s’en est très bien tiré tout seul ! Il a préféré la sécurité a la vitesse et pendant une bonne partie du début de l’étape il a suivit les deux motards chiliens, les frères Prohens qui connaissent bien la région et qui avaient un bon rythme. Puis il est tombé sur le petit jeune Maffei qui a accompagné en duo jusqu’à l’arrivée. Les derniers km ont été secs et il fallait en permanence freiner.

Alejandro Patronelli : "C'était vraiment très dur. Très fatigant. Epuisant même. Mais c'est le Dakar et il faut lutter et répondre à l'exigence de la course. Tomas Maffei, marche bien aussi. C'est normal, il a des qualités. Il l'a démontré lors de l'enduro de l’été. Ce que j'espère c'est qu'un argentin gagnera. Moi, je continue à mon rythme en aspirant avant tout à terminer".

Tomas Maffei : "Il y avait de la pierre, du sable. Il fallait beaucoup naviguer. C'était très dur physiquement et très compliqué aussi. Sur la fin on a roulé ensemble avec plusieurs motos : c'était plus pour ne pas se perdre. Belle étape mais très difficile".

correrse-viene-lider-Sainz_CLAIMA2011010

Les spectateurs chiliens sont très indisciplinés :

Lors de l’arrivé à Iquique la veille on avait déjà aperçu que les chiliens étaient très indisciplinés sur le parcours, manquant a chaque fois de provoquer un accident en voulant certaines fois se poster face aux concurrents pour faire les « plus belles photos ! » Aujourd’hui de plus belle, Sainz a pu éviter les chocs en slalomant entre les chiliens totalement inconscients. Les autorités chiliennes sont un peu « dépassées » dans la sécurité du public. Autant en Argentine, des espaces de spectateurs ont été mis en place, ici au Chili c’est un peu l’Afrique. Au Km 395, la Subaru de l’Argentin Lucio Alvarez a renversé un spectateur chilien qui s’est retrouvé à l’hôpital de Iquique. Rien d’anormal !

live_fr__F1L7731-b.jpgCoté motos argentines, on applaudit Pizzolito et on pleure Moreno :

En Argentine, on suit les concurrents argentins, normal ! Coté moto, on a les yeux fixés sur Javier Pizzolito sur Honda, qui a fait une très bonne première étape et puis qui ensuite est tombé au fond des oubliettes du classement et puis depuis il remonte tout doucement. On ne croit pas qu’il puissent participer à un quelconque podium a Buenos Aires, mais de le voir dans les 10 premiers ne déplairaient pas aux porteños ! Bonne 5ème étape alors qu’il avait cassé son GPS et pour le moment il est 36ème, c’est la meilleure moto argentine ! Par contre grosses larmes pour le compatriote Lucas Moreno sur Kawasaki qui après une chute a été incapable de remonter sur sa machine et a filé directement à l’hôpital de Calama.

live_fr_05111002_348-b.jpg

Beaucoup de chutes en moto :

 Beaucoup de chutes aujourd’hui en moto. Dans le Dakar on doit assistance à ceux qui sont accidentés, les concurrents doivent donc s’arrêter pour prêter mains fortes, mais voila certains le font d’autres regardent ailleurs lorsqu’ils passent devant ! Alors ça ne plaît pas à tout le monde ! On en parle et on cite des noms….

Marc Coma, premier au classement général, s’est arrêté quelques minutes pour aider Olivier Pain. Le Portugais Paulo Goncalves s’est aussi arrêté pour aider.

Paulo Goncalves : "Une étape très difficile, très longue mais aussi très jolie. Je pense que j'ai bien roulé. Après le CP essence, je me suis arrêté pour secourir Olivier Pain qui avait chuté. La règle dit que l'on doit s'arrêter. Je suis resté 4 à 5 minutes. Le plus important c'est qu'il aille bien. On va donc sûrement me décompter du temps. La moto s'est très bien comportée que ce soit sur la partie rapide comme sur la plus technique".

Francisco Lopez : "Vraiment très difficile aujourd'hui. J'ai perdu la piste une paire de fois. Et Cyril l'a retrouvée. Puis c'est moi qui ai trouvé le bon cap. La navigation était vraiment très compliquée. Mais c'est le Dakar. Il a vraiment commencé aujourd'hui. C'était une vraie journée de rallye avec des problèmes techniques et beaucoup de navigation. J'ai finalement roulé assez prudemment. Et faire un bon classement aujourd'hui c'est réellement super".

Frans Verhoeven : "Aujourd'hui l'étape était vraiment compliquée mais c'est mon genre de spéciale. J'aime les longues étapes avec beaucoup de navigation. Comme vous le voyez, je réussis un bon résultat. C'est une bonne opération au général. Je n'ai commis aucune erreur mais à deux kilomètres de l'arrivée, j'ai lourdement chuté. Heureusement, je ne me suis rien fait mais j'avais la tête qui tournait. Je voyais tout en double".

Marc Coma : "Une journée difficile. Je suis tombé puis j'ai eu des problèmes de radiateur. J'ai pu réparer et continuer à peu près normalement. Après le ravitaillement essence je me suis arrêté auprès d'Olivier Pain qui venait de chuter. Il était inconscient. J'ai donné l'alarme et je suis resté auprès de lui jusqu'à l'arrivée de Joan Pedrero mon porteur d'eau. C'était une vraie étape de Dakar où il s'est passé beaucoup de choses. J'ai perdu du temps sur Despres mais je vais en récupérer un peu par rapport à l'arrêt pour Pain".

Cyril Despres : "On m'a signalé à 4h30 du matin que j'avais une pénalité. J'avais juste oublié mes gants de froid donc je suis retourné les chercher et je n'ai pas vu qu'il y avait des pancartes à respecter à la sortie. C'est malheureusement la course mais j'ai déjà oublié avec ce que l'on vient de vivre aujourd'hui. C'est pour ça que je fais du rallye-raid : 425kms de navigation, de plaisir. On a dû aller chercher des points GPS qui sont vraiment des aiguilles dans des bottes de foin. Sans parler des temps ou de pénalités, le plus important pour moi, c'est d'avoir des bonnes sensations, de me faire plaisir. J'ai vu que Marc Coma était en train de faire de la mécanique au km 70. Je ne me suis jamais réjoui des problèmes des autres. Ce qui est important, c'est ma course".

live_fr_20_491-b.jpg

Photo : Chagin qui a perdu de précieuses minutes sur cette 5ème étape du Dakar 2011.

Ales Loprais : Aujourd'hui nous avons traversé des paysages magnifiques, mais c'était aussi terrible. Sur une erreur de navigation, nous avons perdu une dizaine de minutes, et ensuite sur une crevaison, nous avons passé 17 minutes à changer la roue. Quoi qu'il en soit nous pouvons être satisfaits de notre troisième place. Mais je vois aussi qu'il y a encore deux places à prendre au-dessus de nous. La stratégie, ce sera de continuer ce que nous faisons jusqu'à présent, en restant à l'abri des problèmes.

live_fr__F1L8104-b.jpg

Les abandons de la 5ème étape :

De très nombreux abandons aujourd’hui en commençant par les motos : 6 abandons, celui du pauvre argentin Moreno, des français Pain et Cenni, de l’italien Beltrami, du chilien Illanes et de l’australien Davidson. Sur les quads pas d’abandon en 5ème étape. 3 voitures de moins aussi, celle de l’argentin Sargo, celle du russe Novitskiy et celle du portugais Inocencio. Pour les camions aussi ce fut une étape difficile, 3 camions en moins sur la ligne de départ, celui du tchèque Randysek, celui de l’espagnol Servia et celui du néerlandais Schoo.

Mais les concurrents n’avaient pas connu le pire, car l’étape 6 entre Iquique et Arica sera la plus fatale le vendredi 7 janvier. A lire dans le prochain article !

  Le classement de la cinquième étape :

 

Moto : Classement de la cinquième étape :

1 - Paulo Gonçalves (#17) (Portugal) sur BMW

2 - Francisco Lopez (#3) (Chili) sur Aprilia à 2 mn 18 s

3 - Frans Verhoeven (#16) (Belgique) sur BMW à 2 mn 19 s. 

 Quad : Classement de la cinquième étape :

1 - Alejandro Patronelli (#252) (Argentine) sur Yamaha.

2 - Tomàs Maffei (#280) (Argentine) sur Yamaha à 3 mn 21 s.

3 -  Joseph Machecek (#251) (Tchéquie) sur Yamaha à 32 mn 34 s.

Auto : Classement de la cinquième étape :

1 - Peterhansel (France) / Cottret (France) (#301) sur BMW.

2 - Al Attiyah (Qatar) / Gottschalk (Allemagne) (#302) sur VW à 1 mn 24 s.

3 - Sainz (Espagne) / Cruz (Espagne) (#300) sur VW à 3 mn 15 s.

3 - Camion : Classement de la cinquième étape :

1 - Kabirov (Russie) / Belyaev (Russie) / Mokeev (Russie) (#502) sur Kamaz.

2 - Nikolaev (Russie) / Mizyukaev (Russie) / Rybakov (Russie) (#512) sur Kamaz à 20 mn 05 s.

3 - Loprais (Tchéquie) / Holan (Tchéquie) / Kalina (Tchéquie) (#504) sur Tatra à 21 mn 25 s.

  Le classement général à la fin de la cinquième étape :

Moto :

1 - Marc Coma (#1) (Espagne) sur KTM à 14 s.

2 - Cyril Despres (#2) (France) sur KTM à 10 mn 14 s.

3 - Francisco Lopez Contardo (#3) (Chili) sur Aprilia à 18 mn 32 s.

4 - Paulo Gonçalves (#17) (Portugal) sur BMW à 21 mn 42 s.

5 - Helder Rodrigues (#4) (Portugal) sur Yamaha à 32 mn 05 s.

6 - Ruben Faria (#11) (Portugal) sur KTM à 35 mn 14 s. 

7 - Juan Pedrero Garcia (#10) (Espagne) sur KTM à 40 mn 01 s.

8 - Jonah Street (#7) (Etats Unis) sur Yamaha à 42 mn 55 s.

Quad : 

1 - Alejandro Patronelli (#252) (Argentine) sur Yamaha.

2 - Tomas Maffei (#280) (Argentine) sur Yamaha à 1 mn 27 s.

3 - Sebastian Halpern (#255) (Argentine) sur Yamaha à 42 mn 55 s.

4 - Martin Plechaty (#262) (Tchéquie) sur Yamaha à 1 h 01 mn 51 s.

5 - Pablo Sebastian Copetti (#263) (Argentine) sur Yamaha à 2 h 39 mn 36 s.

6 - Christophe Declerck (#253) (France) sur Polaris à 3 h 51 mn 02 s.

7 - Joseph Machacek (#251) (Tchéquie) sur Yamaha à 5 h 01 mn 26 s.

8 - Rodrigo Ramirez (#272) (Chili) sur Can-Am à 5 h 06 mn 11 s.

Auto :

1 - Sainz (Espagne) / Cruz (Espagne) (#300) sur VW.

2 - Peterhansel (France) / Cottret (France) (#301) sur BMW à 2 mn 26 s.

3 - Al Attiyah (Qatar) / Gottschalk (Allemagne) (#302) sur VW à 2 mn 33 s.

4 - De Villiers (Afrique du Sud) / Von Zitzewitz (Allemagne) (#308) sur VW à 21 mn 20 s.

5 - Krzysztof Holowczyc (Pologne) / Jean Marc Fortin (Belgique) (#307) sur BMW à 47 mn 53 s.

6 - Orlando Terranova (Argentine) / Filipe Palmeiro (Portugal) (#309) sur BMW à 58 mn 59 s.

7 - Mark Miller (Etats Unis) / Ralph Pitchford (Afrique du Sud) (#304) sur VW à 1 h 26 mn 03 s.

8 - Guilherme Spinelli (Brésil) / Youssef Haddad (Brésil) (#310) sur Mitsubishi à 1 h 33 mn 34 s.

Camion :

1 - Kabirov (Russie) / Belyaev (Russie) / Mokeev (Russie) (#502) sur Kamaz.

2 - Chagin (Russie) / Savostin (Russie) / Shaysultanov (Rusie) (#500) sur Kamaz à 13 mn 36 s.

3 - Loprais (Tchéquie) / Holan (Tchéquie) / Kalina (Tchéquie) (#504) sur Tatra à 25 mn 20 s.

4 - Nikolaev (Russie) / Mizyukaev (Russie) / Rybakov (Russie) (#512) sur Kamaz à 1 h 03 mn 10 s.

5 - Echter (Allemagne) / Ruf (Allemagne) / Klein (Allemagne) (#507) sur Man à 1 h 03 mn 15 s.

6 - De Azevedo (Brésil) / Justo (Brésil) / Martinec (Tchéquie) (#508) sur Tatra à 1 h 43 mn 23 s.

7 - Mardeev (Russie) / Demyanenko (Russie) / Mardeev (Russie) (#518) sur Kamaz à 1 h 49 mn 31 s.

8 - Pep Villa (Espagne) / Torrallardona (Espagne) / Van Eerd (Pays Bas) (#506) sur Iveco à 2 h 37 mn 03 s.

live_fr__F1L8178-b.jpg

Tous les articles du Petit Hergé sur le Dakar 2011 :

- Dakar 2011. Etape 0/13 Buenos Aires - Victoria. (Mise à jour le 01 janvier 2011).

- Dakar 2011. Reveillon et presse étrangère. (Mise à jour le 02 janvier 2011).

- Dakar 2011. Etape 1/13 Victoria - Córdoba. (Mise à jour le 04 janvier 2011).

- Dakar 2011. Etape 2/13 Córdoba - Tucuman.(Mise à jour le 06 janvier 2011).

- Dakar 2011. Etape 3/13 Tucuman - Jujuy. (Mise à jour le 07 janvier 2011).

- Dakar 2011. Etape 4/13 Jujuy - Calama. (Mise à jour le 08 janvier 2011).

- Dakar 2011. Etape 5/13 Calama - Iquique. (Mise à jour le 09 janvier 2011).

- Dakar 2011. Etape 6/13 Iquique - Arica. (Mise à jour le 10 janvier 2011).

- Dakar 2011. Etape 7/13 Arica - Antofagasta. (Mise à jour le 10 janvier 2011).

- Dakar 2011. Etape 8/13 Antofogasta - Copiapó. (Mise à jour le 11 janvier 2011).

- Dakar 2011. Etape 9/13 Copiapó - Copiapó. (Mise à jour le 12 janvier 2011).

- Dakar 2011. Etape 10/13 Copiapó - Chilecito. (Mise à jour 13 janvier 2011).

- Dakar 2011. Etape 11/13 Chilecito - San Juan. (Mise à jour 14 janvier 2011).

 

Partager cet article

Published by Le Petit Hergé - dans 03 - Actualité argentine
commenter cet article

commentaires

jacques marigaux 09/01/2011 20:29



tu es un formidable reporter .................................



Se loger à Buenos Aires

 

Vous cherchez à vous loger à Buenos Aires ?

Contactez moi :

petitherge@hotmail.com

Pour Trouver Un Article Dans Le Petit Hergé Argentine

Cours du Peso Argentin

26 juin 2017

L'Euro est à

↑ 18,25 ARS

L'USD est à

► 15,95 ARS