11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 17:00

Mise à jour : Mardi 11 janvier 2011.

Pour suivre le Dakar 2012, Mar del Plata - Lima, cliquez sur :

Dakar 2012, présentation.

Lundi 10 janvier 2011 - Dakar 2011 - Etape 8/13

Antofagasta - Copiapó 

 

Une des étapes les plus longues de ce Dakar 2011, 508 km ! Cette fois les commissaires des courses ont décidé de ne pas l’écourter. Les plus malins des concurrents ont donc joué la carte sécurité et ont suivi cette 8ème étape à un rythme paisible pour ne pas casser leurs engins. Ce fut le cas de Patronelli, d’Al Attiyah et de Coma. De plus on savait tous que les dunes attendaient les pilotes et ils ont tous eu des problèmes d’enlisements tel que Sainz qui à deux reprise du sortir les pelles, quant à Peterhansel, les ennuis il connaît !

Pour une étape aussi longue et aussi ensablée, peu d’abandons, 12 uniquement, finalement les concurrents avaient trop de mauvais souvenirs de l’étape Iquique Arica, mieux valait arriver tard et entier cette fois ci à Copiapo que pas du tout !

Les titres du jour :

Problème pour Maffei, Patronelli en tête !

Coma l’intouchable suceur de roue.

Al Attiyah profite de cette étape.

Peterhansel c’est la guigne !

Chagin enfin de retour.

 

Images sans commentaire : ASO 8 ème étape. Antofagasta - Copiapó 

Lundi 10 janvier 2011. 2 mn 33 s.

 Le magazine en français : ASO 8 ème étape. Antofagasta - Copiapó.

Lundi 10 janvier 2011. 1 mn 24 s.

Version en espagnol : http://www.youtube.com/watch?v=S7hrFbC5UA8

Version en allemand : http://www.youtube.com/watch?v=mS9D6OBQz00

Le résumé de l'étape en français : ASO 8 ème étape. Antofagasta - Copiapó.

Lundi 10 janvier 2011. 2 mn 58 s.

Version en espagnol : http://www.youtube.com/watch?v=64pARVPfoQM

Version en allemand : http://www.youtube.com/watch?v=lJokWVm0AQw

Etape 8 : Une très longue liaison de 268 km, pour enfin affronter la spéciale de 508 km.

Profil de la spéciale de la huitème étape :

On s'écarte un peu de la cote et on revient en altitude à près de 2.000 m en plein dans le désert d'Atacama.

Problème de roue pour Tomas Maffei, la voie est libre pour Patronelli !

Gros problème de roue pour Maffei, qui arrive très tard dernier. En fait il fut repêché par les commissaires du Dakar, car c’est en pleine nuit qu’il arrive au bivouac. On lui fait une faveur c’est sûr, mais avec maintenant 13 heures de retard au classement général, il ne court plus que pour la gloire ! Adieu veau, vache, cochon, podium !

Alejandro Patronelli va sano, va piano, et va donc lontano mais sûrement ! Il n’y a plus grand monde pour le priver de sa coupe à Buenos Aires, alors il avance doucement mais arrive tout de même premier de l’étape devant le Tchèque Machacek. Un petit problème de pneu au Km 160, il remplace une roue arrière par une avant, et y place sa roue de secours plus fine, alors c’est sur les 340 km restant il les a fait à un rythme touristique ! Qu’importe il est tout de même arrivé premier ! 

Coma l’intouchable suceur de roue !

Coma est devenu intouchable, on peu même dire qu’en cette 8ème étape, il n’y a plus trop de doute sur le vainqueur de ce Dakar 2011. Certes, il reste encore 5 étapes (dont 3 difficiles) mais Despres fait grise mine, à près de 10 minutes de l’espagnol, ça devient mission impossible ! Bonne journée pour le Chilien Lopez et le Portugais Rodrigues.

Entre l'Espagnol et le Français l’ambiance monte, il faut dire que Coma a suivi presque de bout en bout le motard chilien Lopez et Despres, laissant l’ouverture de la piste à ces deux derniers. Le Français à l’arrivée a déclaré en faisant allusion à Coma que « les suceurs de roue existent en vélo, ils existent aussi en rallye raid ». Cyril n’a pas encore tout donné, il déclare qu’il a encore le temps de gagner ! On attend ça !

Francisco Lopez : "C'était une spéciale longue, très longue où il y avait beaucoup de navigation. Effectivement, j'ai dû ouvrir la piste sur certains secteurs. Cyril l'a fait à d'autres endroits et on a bien roulé au bout du compte. C'était finalement une bonne journée. On a bien marché. C'était difficile de gagner dans une étape comme cela de 508 kilomètres chronométrés. Mais on est allé vite et en restant comme cela devant je savais que ça irait bien pour le classement".

Cyril Despres : "Plutôt pas trop mal aujourd'hui. Ça fait quelques heures que l'on est parti : 505 kilomètres. Et puis, pas facile d'ouvrir la piste. Alors forcément on s'est fait rattraper. Et Chaleco et moi on a ouvert et on s'est éclaté. Aujourd'hui le jeu était comme ça de rester derrière dans la roue. Il ne prend pas trop de risque, mais bon c'est comme ça. Il n'y a pas grand chose à faire, mais on a quand même collé un paquet de minutes aux autres. Chaleco a ouvert toutes les parties rapides et moi les dunes. La satisfaction finale c'est d'être arrivé à les doubler et d'avoir franchi premier la ligne d'arrivée. C'est pas grand-chose mais c'est une satisfaction dans cette journée. Le problème avec les coups de nave c'est que les suceurs de roues ça existe en cyclisme mais aussi en rallye-raid. Mais ça fait partie du jeu… "

Marc Coma : "Une étape très dure, très longue, avec beaucoup de kilomètres et de dunes. On s'est regroupés avec Cyril et Chaleco. On a alterné pour ouvrir la piste en maintenant un rythme très rapide. Je suis content du rythme d'aujourd'hui. Une bonne étape après la journée compliquée vécue hier. Mais tout s'est bien passé. Je suis content parce qu'il s'agissait de 500 kilomètres de spéciale. C'est vraiment beaucoup".

Helder Rodrigues : "Pour moi, ça a été une étape difficile. J'ai fait 508 kms seul. Coma et Chaleco m'ont repris rapidement et je n'ai pas réussi à rester dans leurs roues. Après je me suis retrouvé seul et c'est dur. Chaleco me reprend 4 minutes. Ce n'est pas beaucoup. Perdre seulement 4 minutes sur une journée comme celle-là, c'est bon, c'est positif".

Al Attiyah profite de l’étape !

Bonne journée pour Al Attiyah ! Il a profité des ennuis de ses petits copains, d’abord de Sainz, un ensablement et ensuite un arrêt de moteur, puis de Peterhansel, qui n’arrête pas d’avoir la scoumoune en crevant sans cesse ! (Le pauvre est arrivé à plus d’une heure du qatari !) Alors Al Attuyah double en souriant, sans trop forcer et termine premier l’étape avec tellement d’avance, qu’il passe même premier au classement général ! Maintenant une chose est sure, Peterhansel hors course pour le podium, tout se joue entre les deux de VW, Sainz ou Al Attiyah ? On le saura bientôt ! Ils se tiennent tellement qu’ils vont faire course ensemble jusqu’à Buenos Aires. Celui qui commet la première erreur, perd !

Carlos Sainz : "J'espère que la journée aura été notre mauvaise journée du Dakar. Sur la fin on est restés deux fois plantés dans les dunes. Et les deux fois on a du descendre. Des fois tout va bien. D'autres fois un peu moins. On va continuer comme ça. Il faut attaquer. Sur un rallye chaque étape est longue et dure. On va voir comment ça va se passer. Il est clair que j'ai perdu du temps. Mais le rallye n'est pas fini. Il reste des étapes encore. » Dès le départ, on a voulu faire très attention".

Nasser Al Attiyah : "Dès le départ, on a voulu faire très attention. Carlos nous a rattrapés très rapidement. Mais dans le dernier secteur de dunes, on a attaqué au maximum parce qu'on savait que c'était là qu'on pouvait prendre du temps à Sainz. Je suis ravi de remporter l'étape et de prendre la tête au général. Les dunes sont mon terrain de prédilection. Maintenant je peux contrôler la course".

Mark Miller : "Bien. Enfin, on a vécu notre meilleure spéciale depuis le début du rallye. Je me suis fait plaisir. On est resté coincé derrière Roma pendant un long moment. On a vu pas mal de voitures arrêtées sur le côté en raison de crevaisons, donc on a ralenti notre allure. Je suis surpris que Carlos Sainz soit resté coincé dans les dunes. Si on a encore 2 ou 3 étapes comme celle-ci je pense que les écarts vont sérieusement augmenter".

Giniel De Villiers : "Ça ne s'est pas trop mal passé. On est resté au contact de Carlos puis on s'est perdu. On a ensuite subi une crevaison. Ce n'était pas raisonnable d'essayer de suivre Sainz. Ça va être une bataille folle entre Sainz et Al Attiyah et ça ne sert à rien d'essayer d'être dans leur rythme. Nous avons réussi une étape propre. Garder la troisième place ce serait super mais il reste encore du chemin".

Peterhansel c’est la guigne !

Il aura vraiment tout eu ! Depuis 3 ou 4 étapes, il crève tous les jours 3 ou 4 fois, aujourd’hui il n’a pas échappé à la règle, comme d’habitude dès le départ une première crevaison, puis au fil des 500 km, le moteur à trop chauffé, perte d’eau, problème de ventilateur le tout espacé de temps en temps d’une autre crevaison ! Ce ne sont pas des minutes qu’il a perdu le français aujourd’hui mais des heures ! Après cette 8ème étape, Stéphane n’existe plus au classement général, il est tout de même 4ème mais à plus d’une heure et demi, que peut il faire encore ?

Stéphane Peterhansel : "Pour ne pas changer les bonnes habitudes, on a crevé dès le début mais ce n'était pas grand-chose par rapport à ce qui allait nous arriver par la suite. On a eu un problème de chauffe moteur. On a été obligé de bricoler sur le ventilateur et puis on s'est arrêté régulièrement pour mettre de l'eau dans le radiateur. Lors des 150 derniers kilomètres on a du perdre une heure et demi. On a eu trois crevaisons en plus aujourd'hui donc on termine sans roue de secours. On n'avait plus de joker. Mais encore, ça aurait pu se compter en minutes. Là, ce sont des heures".

Chagin, enfin de retour !

Voilà que Chagin a piqué sa colère ! Après deux victoire de suites des tchèques sur Tatra, il a fallu qu’il en mette plein la vue aujourd’hui en gagnant l’étape, histoire de montrer à toute le monde qui était le Maître sur le Dakar ! Alors bien sur, il a foncé comme un fou pour arriver a plus d’une demi heure d’avance sur le deuxième, son compatriote le russe Kabirov. Quant au Tchèque Loprais, il n’a pas pu tenir le rythme, il est arrivé 41 minutes pares ! De quoi rétrograder une nouvelle fois au classement général mais aussi de laisser passer premier Chagin !  Dire qu’on donnait perdant Chagin il y a encore deux jours !

Photo : Poursuite de camion avant Copiapo.

Les abandons de la 8ème étape :

12 abandons seulement, on aurait pu croire qu'avec une spéciale de 500 km au milieu des dunes, nous aurions plus de pertes, mais les concurrents ont tous roulé doucement pour préserver leurs montures !

6 pilotes moto abandonnent en cette 8ème étape, l’Espagnol Muñoz, l’excellent Portugais Goncalves, le Français Barrot, l’Uruguayen Lazard, le Sud Africain Stevenson, le Slovaque Svitko et l’Italien Stefani.

6 équipes auto aussi jettent l’éponge, l’Argentin Jaron, les trois voitures françaises de Campana, de Deslande et de Blanchemain, l’Espagnol Calleja et le Néerlandais Van Deijne.

Le classement de la huitième étape :

Moto : Classement de la huitième étape :

1 - Marc Coma (#1) (Espagne) sur KTM.

2 - Cyril Despres (#2) (France) sur KTM à 01 mn 55 s.

3 - Francisco Lopez Contardo (#3) (Chili) sur Aprilia à 04 mn 21 s.

Quad : Classement de la huitième étape :

1 - Alejandro Patronelli (#252) (Argentine) sur Yamaha

2 - Joseph Machacek (#251) (Tchéquie) sur Yamaha à 08 mn 02 s.

3 - Lukasz Laskawiec (#269) (Pologne) sur Yamaha à 11 mn 00 s. 

Auto : Classement de la huitième étape :

1 - Al Attiyah (Qatar) / Gottschalk (Allemagne) (#302) sur VW.

2 - Sainz (Espagne) / Cruz (Espagne) (#300) sur VW à 06 mn 36 s.

3 - De Villiers (Afrique du Sud) / Von Zitzewitz (Allemagne) (#308) sur VW à 17 mn 22 s.

Camion : Classement de la huitième étape :

1 - Chagin (Russie) / Savostin (Russie) / Shaysultanov (Rusie) (#500) sur Kamaz.

2 - Kabirov (Russie) / Belyaev (Russie) / Mokeev (Russie) (#502) sur Kamaz à 31 mn 49 s. 

3 - Nikolaev (Russie) / Mizyukaev (Russie) / Rybakov (Russie) (#512) sur Kamaz à 36 mn 55 s.

Le classement général à la fin de la huitième étape :

Moto :

1 - Marc Coma (#1) (Espagne) sur KTM.

2 - Cyril Despres (#2) (France) sur KTM à 09 mn 19 s.

3 - Francisco Lopez Contardo (#3) (Chili) sur Aprilia à 22 mn 48 s.

4 - Helder Rodrigues (#4) (Portugal) sur Yamaha à 41 mn 42 s.

5 - Ruben Faria (#11) (Portugal) sur KTM à 01 h 09 mn 59 s.

6 - Pal Anders Ullevalseter (#6) (Norvège) sur KTM à 02 h 02 mn 26 s.

7 - Juan Pedrero Garcia (#10) (Espagne) sur KTM à 02 h 03 mn 01 s.

8 - Quinn Alexis Cody (#15) (Etats Unis) sur Honda à 02 h 31 mn 36 s.

Quad : 

1 - Alejandro Patronelli (#252) (Argentine) sur Yamaha.

2 - Sebastian Halpern (#255) (Argentine) sur Yamaha à 58 mn 32 s.

3 - Joseph Machacek (#251) (Tchéquie) sur Yamaha à 2 h 41 mn 48 s.

4 - Pablo Sebastian Copetti (#263) (Argentine) sur Yamaha à 4 h 47 mn 30 s.

5 - Christophe Declerck (#253) (France) sur Polaris à 5 h 25 mn 19 s.

6 - Lukasz Laskawiec (#269) (Pologne) sur Yamaha à 6 h 18 mn 00 s.

7 - Santiago Hansen (#258) (Argentine) sur Polaris à 7 h 37 mn 26 s.

8 - Jorge Santamarina (#273) (Argentine) sur Hondo à 8 h 18 mn 39 s.

Auto :

1 - Al Attiyah (Qatar) / Gottschalk (Allemagne) (#302) sur VW

2 - Sainz (Espagne) / Cruz (Espagne) (#300) sur VW à 05 mn 14 s.

3 - De Villiers (Afrique du Sud) / Von Zitzewitz (Allemagne) (#308) sur VW à 48 mn 45 s.

4 - Peterhansel (France) / Cottret (France) (#301) sur BMW à 1 h 33 mn 30 s.

5 - Mark Miller (Etats Unis) / Ralph Pitchford (Afrique du Sud) (#304) sur VW à 2 h 32 mn 23 s.

6 - Krzysztof Holowczyc (Pologne) / Jean Marc Fortin (Belgique) (#307) sur BMW à 3 h 38 mn 59 s.

7 - Leal Dos Santos (Portugal) / Fiuza (Portugal) (#313) sur BMW à 4 h 51 mn 29 s. 

8 - Christian Lavieille (France) / Jean-Michel Polato (France) (#312) sur Nissan à 5 h 24 mn 55 s. 

Camion :

1 - Chagin (Russie) / Savostin (Russie) / Shaysultanov (Rusie) (#500) sur Kamaz.

2 - Kabirov (Russie) / Belyaev (Russie) / Mokeev (Russie) (#502) sur Kamaz à 03 mn 27 s.

3 - Loprais (Tchéquie) / Holan (Tchéquie) / Kalina (Tchéquie) (#504) sur Tatra à 29 mn 36 s.

4 - Nikolaev (Russie) / Mizyukaev (Russie) / Rybakov (Russie) (#512) sur Kamaz à 1 h 52 mn 28 s.

5 - Echter (Allemagne) / Ruf (Allemagne) / Klein (Allemagne) (#507) sur Man à 3 h 29 mn 52 s.

6 - Mardeev (Russie) / Demyanenko (Russie) / Mardeev (Russie) (#518) sur Kamaz à 4 h 04 mn 00 s.

7 - Pep Villa (Espagne) / Torrallardona (Espagne) / Van Eerd (Pays Bas) (#506) sur Iveco à 5 h 54 mn 56 s.

8 - Artur Ardavichus (Kazakstan) / Denis Berezovskiy (Kazakstan) / Zhanat Zhalimbetov (Kazakstan) (#537) sur Kamaz à 8 h 28 mn 46 s.

Tous les articles du Petit Hergé sur le Dakar 2011 :

- Dakar 2011. Etape 0/13 Buenos Aires - Victoria. (Mise à jour le 01 janvier 2011).

- Dakar 2011. Reveillon et presse étrangère. (Mise à jour le 02 janvier 2011).

- Dakar 2011. Etape 1/13 Victoria - Córdoba. (Mise à jour le 04 janvier 2011).

- Dakar 2011. Etape 2/13 Córdoba - Tucuman.(Mise à jour le 06 janvier 2011).

- Dakar 2011. Etape 3/13 Tucuman - Jujuy. (Mise à jour le 07 janvier 2011).

- Dakar 2011. Etape 4/13 Jujuy - Calama. (Mise à jour le 08 janvier 2011).

- Dakar 2011. Etape 5/13 Calama - Iquique. (Mise à jour le 09 janvier 2011).

- Dakar 2011. Etape 6/13 Iquique - Arica. (Mise à jour le 10 janvier 2011).

- Dakar 2011. Etape 7/13 Arica - Antofagasta. (Mise à jour le 10 janvier 2011).

- Dakar 2011. Etape 8/13 Antofogasta - Copiapó. (Mise à jour le 11 janvier 2011).

- Dakar 2011. Etape 9/13 Copiapó - Copiapó. (Mise à jour le 12 janvier 2011).

- Dakar 2011. Etape 10/13 Copiapó - Chilecito. (Mise à jour 13 janvier 2011).

- Dakar 2011. Etape 11/13 Chilecito - San Juan. (Mise à jour 14 janvier 2011).

 

Partager cet article

Published by Le Petit Hergé - dans 03 - Actualité argentine
commenter cet article

commentaires

Baldi 11/01/2011 22:24



Aaaaaaah, un délice ! Ces reportages au quotidien sont mon rendez-vous du soir.


Merci !!



TUDELA 11/01/2011 22:19



Je suis impressionné par les dunes presque africaines. Je vais réviser ma géographie.


Franchement au-delà des polémiques "franchouillardes", je pense que le Dakar en Amérique du sud est autrement plus complet et magnifique sur la diversité des lieux traversés.



Se loger à Buenos Aires

 

Vous cherchez à vous loger à Buenos Aires ?

Contactez moi :

petitherge@hotmail.com

Pour Trouver Un Article Dans Le Petit Hergé Argentine

Cours du Peso Argentin

05 déc 2016

L'euro est à

→ 16,70 ARS

L'usd est à

↓ 15,70 ARS