7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 13:32

Mise à jour : 15 mai 2016 (Deuxième édition) 07 juin 2012. Catégorie : Buenos Aires.

nullVous êtes sur le portail d’entrée des églises de Buenos Aires :

 

Vous êtes sur le portail d’entrée des églises et lieux de culte de Buenos Aires.

Buenos Aires, ville nouvelle, qui s’est presque entièrement montée en moins de 300 ans. Quand on est habitué à l’Europe, tout parait bien jeune. Pas de forteresses, pas de château fort, pas de palais datant de la Renaissance, pas de cathédrale gothiques ou romanes….Seulement quelques vestiges de l’époque coloniale espagnole (avant 1810) mais tellement rares. Le plus vieil édifice encore debout à Buenos Aires est justement une église, San Ignacio de Loyola (datant en partie de 1675) dans le quartier de Montserrat. Avec le Cabildo et quelques maisons encore debout, ce sont les uniques pièces de la vielle Santa Maria del Buen Ayres. Alors quand on veut faire un tour d’horizon de l’architecture religieuse dans la capitale, il n’est pas étonnant de s’attacher à tous les styles éclectiques qui ont encombré les XIXème et XXème siècles. Les « Neo » : Néoclassique, Néogothique, Néocolonial, etc…..

Buenos Aires, la Catholique, mais aussi siège de toutes les communautés d’Europe centrale arrivant depuis 1850. Elles aussi ont installé leurs temples, mosquées, synagogues et églises aux cultes orientaux.

C’est ce que je vous invite à découvrir à travers ces quelques articles de l’architecture sacré de la capitale.

nullClassification des églises et lieux de culte :

 

Pour faciliter votre choix des visites, j’ai classifié les églises en fonction de deux paramètres :

Le premier paramètre porte sur la valeur architecturale :

Bien entendu, cette classification est toute personnelle, et j’admets bien sûr que mes gouts ne soient pas forcement les vôtres. Je m’attache tout de même à reconnaître une certaine valeur à l’architecture même si elle n’est pas comparable à ce que l’on peut voir en Europe. Donc l’intérêt architecturale est définie par la beauté des lieux, la gageure architecturale, ou parce qu’elle est l’œuvre d’un architecte célèbre. Il sera noté de 1 à 5.

Le second paramètre porte sur l'intérêt historique :

L’intérêt historique a quelquefois plus de valeur que l’espace architectural. Bataille, résistance, reddition, événement marquant s’étant déroulés en ses murs, ainsi que les objets qui y sont gardés. Il sera noté de 1 à 5.

 

Photo : Le clocher de l'église de San Ignacio de Loyola à Buenos Aires.

Les lieux de culte de Buenos Aires traités dans le Petit Hergé :

 

Cathédrale de Buenos Aures (San Nicolas - Buenos Aires)

La Cathédrale de Buenos Aires (officiellement nommée “Catedral Metropolitana de Buenos Aires”) est la principale église de la ville. Elle est situé sur la Plaza de Mayo juste à l’intersection des calles Rivadavia et San Martin (Quartier de San Nicolas). Toute visite de la ville commence forcement sur cette place et plus particulièrement par un petit coup d’œil à sa Cathédrale. Elle renferme aussi depuis 1880, les restes du Général San Martin dans un mausolée où est placé le tombeau sculpté en France.

Note du Petit Hergé 9/10. (Architecture 4/5. Historique : 5/5)

 

- Cathédrale anglicane San Juan Bautista : L’Argentine est un pays non seulement à majorité catholique, puisqu’entre 70 et 80% des argentins se considèrent catholiques, mais également dont la religion officielle est le catholicisme. Cependant la liberté de culte y est assurée depuis 1830, et on y trouve ainsi de nombreuses  communautés religieuses non catholiques. La communauté anglicane, née de l’immigration anglo-saxonne en Argentine, y a notamment son importance...

Note du Petit Hergé : 4/10 (Architecture : 2/5. Historique : 2/5).

 

- Eglise de San Ignacio de Loyola : L’Eglise de San Ignacio de Loyola est aujourd’hui la plus ancienne église de Buenos Aires mais aussi le plus ancien bâtiment de l’époque coloniale espagnole encore en activité. Elle fait partie intégrante de la zone qu’on appelle la « Manzana de las luces » (le quartier des lumières), la zone la plus ancienne de la ville située au sud de la Plaza de Mayo. Depuis 1994, en totale rénovation, elle est en cours d’achèvement et constitue une étape obligatoire dans la visite historique de Buenos Aires...

Note du Petit Hergé : 8/10 (Architecture 4/5. Historique 4/5).

- Eglise de San Pedro Telmo : San Pedro est sans nul doute peut être la paroisse la plus ancienne de la ville. Elément sans age de la période coloniale espagnole oublié pendant des années et qui semble aujourd’hui revivre une deuxième étape grâce à l’apport touristique du quartier. S’il est vrai que la construction débute en 1734, sous l’autorité de l’architecte jésuite Andres Bianchi, le bâtiment n’a pourtant pas cessé d’évoluer avec le temps, tout en conservant néanmoins une identité originelle. Les architectes se sont ainsi succédés, Antonio Masella à partir de 1760, qui en profite pour édifier contre l’église, la Casa de Ejercicios Espirituales et la Capilla doméstica, qui devint ensuite la prison et aujourd’hui forme ce qu’on appelle le musée pénitencier...

Note du Petit Hergé : 7/10 (Architecture 4/5. Historique 3/5).

- Eglise Orthodoxe Russe : A Buenos Aires, l’église de la Sainte Trinité est célèbre et bien particulière puisqu’il s’agit d’une église russe orthodoxe. Elle est classée  « Monument historique Nationale d’Argentine », érigée dans le sud du quartier de San Telmo, elle tranche véritablement avec le style architectural du quartier. C’est donc avec surprise que l’on voit s’élancer dans le ciel les cinq bulbes d’un style bien oriental...

Note du Petit Hergé : 6/10. (Architecture 3/5. Historique 3/5).

nullRemarques :

 

Seulement 5 articles (en mai 2016) sur les églises ! Je suis encore loin d’avoir fait le tour des lieux de cultes méritant une visite. On peut estimer à entre 20 et 30 églises intéressantes sur Buenos Aires, sans compter la banlieue. Certaines sont à voir de jour, d’autres de nuit, n’oubliez pas non plus qu’en dehors des messes, la plupart des églises proposent des concerts d’art liturgique, mais aussi musique de chambre, baroque ou symphonique. Les églises sont donc aussi des lieux de culture, festival et d’animation.

nullConseil du Petit Hergé :

 

Ne croyez pas que la visite d’une église est rébarbative, c’est surement un des meilleurs moyens de connaitre le passé de la ville. Il y a de temps en temps des visites guidées proposées, prenez-les, ce n’est pas cher et surtout très intéressant. (La Cathédrale, San Ignacio, etc…). Pour les croyants, les moments forts : la messe de minuit, Pâques et les Rameaux. Quelques autres églises catholiques ont promu un culte réel à leur patron, qu’une a deux fois dans l’année elles célèbrent. C’est plus « carnavalesque » que religieux, on est à la limite de l’idolâtrie et d’un déferlement de superstitions. Ne ratez donc pas dans ce domaine, l’ambiance de la « Fiesta Grande de San Expedito » en l’église de Balvanera chaque 19 avril, ou le départ du pèlerinage à Lujan.

Photo : Intérieur de San Ignacio à Buenos Aires.

A lire aussi dans le Petit Hergé :

      

 

Partager cet article

Published by Le Petit Hergé - dans Buenos Aires
commenter cet article

commentaires

Michel T. 07/06/2012 18:50


Je découvre l'existence d'une église orthodoxe russe ... à Buenos Aires !

Le Petit Hergé 11/06/2012 03:20



Il existe aussi des églises orthodoxes grecques.....



Cours du Peso Argentin

28 juin 2016

L'euro officiel est à

15,50 ARS

 

Pour Trouver Un Article Dans Le Petit Hergé Argentine