Jeudi 18 août 2011 4 18 /08 /Août /2011 18:00

Mise à jour : 18 août 2011. Article écrit par Thomas Lemoine

San Telmo l’orthodoxe :

A Buenos Aires, l’église de la Sainte Trinité est célèbre et bien particulière puisqu’il s’agit d’une église russe orthodoxe. Elle est classée  « Monument historique Nationale d’Argentine », érigée dans le sud du quartier de San Telmo, elle tranche véritablement avec le style architectural du quartier. C’est donc avec surprise que l’on voit s’élancer dans le ciel les cinq bulbes d’un style bien oriental. Il est alors légitime de se demander que peut bien faire un tel bâtiment en plein milieu de Buenos Aires. Pour cela il faut remonter un peu dans le temps.

Orthodoxie russe et Argentine :

L’orthodoxie est une branche de la chrétienté. Les Églises orthodoxes représentent dans le monde la troisième plus grande confession chrétienne en nombre de fidèles après l'Église catholique et les dénominations protestantes et on estime aujourd’hui à 218 millions le nombre de chrétiens orthodoxes dans le monde. L’une des caractéristiques de cette branche du christianisme est qu’elle est repartie partout dans le monde par le biais de diasporas comme celle d’Argentine par exemple. L’histoire de l’orthodoxie en Argentine commence vers le milieu du 19eme siècle quand les flux d’émigrants (dont des marins grecs et slaves majoritairement provenant de Dalmatie et du Monténégro) atteignirent le port de Buenos Aires. Ils furent accueillis avec sympathie et leurs connaissances nautiques étaient précieuses.  Ces nouveaux arrivant contribuèrent à l’amélioration de la toute récente Marine National Argentine et se montrèrent rapidement indispensables. Chaque communauté étrangère en émigrant en Argentine a pu par leur savoir faire profiter le pays de leurs connaissances.  Lorsque les premiers slaves arrivèrent à Buenos Aires, leur religion n’était évidemment pas représentée en Argentine et ils devaient donc recourir à d’autres cultes (souvent catholique) afin d’officialiser certains rites tels que le baptême et le mariage. Ce n’est que lorsque cette communauté devient plus importante vers 1885-1886 qu’ils se retournent tous vers la Russie pour demander de leur édifier un temple orthodoxe. En juin 1886, le Tsar Alejandro III signe un décret ordonnant la construction d’une église à Buenos Aires, et envoie en 1888 un premier prêtre Miguel Petrovich Ivanoff. La première messe donnée à Buenos Aires suivant le rite orthodoxe russe a lieu dans les salons d’une maison louée pour l’occasion sur la calle Talcahuano le 13 janvier 1889. Lors de cette messe est donné aussi pour la première fois en Argentine le baptême à des enfants. En 1891, Constantin Izrastzoff, alors installé à la Haye aux Pays Bas est nommé « Supérieur de l’Eglise de Buenos Aires » et arrive dans le pays. Les orthodoxes ne disposent toujours pas de lieu fixe et se contentent d’une maison louée sur la calle Defensa. Il est alors jeune et énergique et ne tarde pas avec l’aide de toute la communauté à faire une demande auprès du Tsar pour édifier une église digne de ce nom à Buenos Aires.

Projet russe pour une église en Argentine :

Ce jeune révérend orthodoxe en 1897, Constantin Izrastzoff, comprend que les fonds de ce projet de création du temple, il ne les obtiendra qu’en Russie. Il décide donc d’y partir et de Moscou à Saint Petersburg expliquer son projet et contacter les familles les plus riches et ferventes. Il y parvient et les dons arrivent provenant de familles aristocratiques ainsi que de la famille impériale, dont la tzarine Maria Theodorovna , mère du tzar.  Il pu aussi obtenir les services de l’architecte du Saint Synode, Mijail Timofeievich Preobrazensky, alors professeur à l’école supérieur d’art de Saint Petersburg de monter le projet de création de cette première église orthodoxe de Buenos Aires. Le projet fut donc dessiné à Saint Petersburg et la construction fut confiée à l’architecte norvégien Alejandro Christophersen qui vivait depuis 1887 à Montevideo puis à Buenos Aires.  Bien qu’il ne soit pas Orthodoxe, Alejandro Christophersen (né en Espagne mais de parents norvégiens) avait déjà à 32 ans assis sa réputation à Buenos Aires sur des bâtiments religieux tels que la Chapelle de l’Hôpital Espagnol, le Panthéon de la Société Espagnole et le cimetière de Chacarita. La construction de l’Eglise Russe (on la dénommera premièrement : Legación Imperial de Rusia) parait lui revenir alors tout naturellement. Lors de sa construction, il se permettra quelques aménagements par rapport aux plans de Preobrazensky.   Quelques années plus tard en 1928, le même architecte aura la responsabilité du projet et de  la construction de l’église de Santa Rosa de Lima (sur avenida Belgrano et calle Pasco) qui reprendra aussi des éléments romans et byzantins. Les plans de Preobrazensky arrivent à Buenos Aires début 1898, et le projet est mis en chantier rapidement puisque la première pierre est placée le 06 décembre 1898. Les travaux durent presque trois ans, et le 06 octobre 1901 en présence du président de la Republique Argentine Julio A.Roca l’église est inaugurée. Pour anecdote, les pays orthodoxes de la Grèce et de la Bulgarie ne possédant pas d’ambassadeur à Buenos Aires, les intérêts de ces nations étaient alors représentés par l’ambassadeur de France qui était présent lors de l ‘inauguration de l’Eglise. De nombreux articles de journaux datés du 07 octobre 1901 font échos de l’inauguration (La Prensa, La Nacion, …)

Photo : Arrivée du président de la Répunlique Argentine Roca le 06 octobre 1901.

Photos : L'Eglise russe devant le Parque Lezama en 2010 et 1910. Le bâtiment à l'angle à droite de l'église est toujours en place. Par contre le bâtiment métallique installé dans le Parc n'existe plus !

 L’Eglise :

Cette église occupe une surface d’environ 700 mètres carrés, elle est conçue dans le style des églises moscovites des 17eme et 18ème siècles, possède 5 bulbes bleus recouverts d’étoiles dorées. Le corps principal de ce temple a été projeté pour avoir deux niveaux en façade afin d’accueillir des salles d’enseignement au rez de chaussée et le temple proprement dit à l’étage supérieur. Le fond du terrain est réservé au logement sur trois niveaux du clergé. Sur chacun des dômes bleutés est érigée une croix pointant vers l’Est et est accroché par quatre chaines comme la veut la coutume en Russie. La façade présente trois vitraux illustrant des passages de la Bible et sur le fronton on peut admirer une mosaïque conçue à Saint-Pétersbourg  et représentant la Sainte-Trinité. Le plan est dessiné en forme de croix grecque avec des peintures murales en majorité réalisées par Mateo Casselá.  Les fenêtres sont en faites recouvertes de toiles peintes qui simulent des vitraux représentant des scènes de la vie de Jésus.  Cette église est un véritable symbole car elle représente la liberté de culte et l’ouverture d’esprit qui existe à Buenos Aires et c’est un symbole important pour l’église orthodoxe russe et de son histoire en Amérique Latine.

Photos : L'Eglise russe devant le Parque Lezama en 2010 et 1901. Le parc Lezama en 1901 n'etait pas encore achevé. Aujourd'hui l'eglise est enfermée par des constructions plus hautes qu'elle même. Cliquez pour agrandir les photos.  

Les conseils du Petit Herge :

Original en Argentine, d’aller voir un temple orthodoxe ! Petit certes, mais il en vaut la peine quand il est ouvert, donc si vous êtes de passage dans le quartier de San Telmo le samedi à 18h ou le dimanche à 10h allez y ! Si vous pouvez assister à une messe en écoutant  des chants est à couper le souffle, pourquoi pas ! L’atmosphère est très particulière et c’est une bonne occasion pour assouvir sa curiosité intellectuelle vis-à-vis de l’Orthodoxie. Il est nécessaire de prendre quelques précautions avant de visiter l’église car une tenue correcte est exigée pour les hommes et les femmes (jupe et foulard normalement). Toutefois pas d’inquiétude, l’église vous prêtera les habits nécessaires si besoin. En effet les membres de l’Eglise sont très accueillants et surtout n’hésitez pas à interpeller un des fidèles qui se fera un plaisir de vous raconter l’installation de l’orthodoxie en Argentine.

Photo : Entrée de l'église orthodoxe russe. Août 2011.

Fiche technique :

Adresse : 315 Brasil (à l’angle de Balcarce) dans le quartier de San Telmo.

Visites : ouverture pendant la journée et surtout pendant les messes le Samedi à 18h et le Dimanche à 10h

Tenue correcte exigée. Photos interdites à l’intérieure de l’Eglise.

Site internet : http://www.iglesiarusa.org.ar

A lire dans le Petit Hergé :

Cultes religieux argentins et béatification- Cultes argentins en Argentine. (Avril 2011).Parmi les cultes religieux propres à l’Argentine, la Difunta Correa, le Gauchito Gil et Ceferino Namuncura.La plupart de ces cultes ne sont pas reconnus par l’Eglise...

 

Eglise de San Ignacio de Loyola (Buenos Aires)

- San Ignacio de Lyola à Buenos Aires.(Avril 2011). L’Eglise de San Ignacio de Loyola est aujourd’hui la plus ancienne église de Buenos Aires mais aussi le plus ancien bâtiment de l’époque coloniale espagnole encore en activité...

Un futur rose pour le tourisme gay en Argentine- Le futur rose du tourisme gay à Buenos Aires.(Septembre 2010). En Argentine vivent plus de millions de gays ou lesbiennes. Les homosexuels disposent d’un pouvoir d’achat supérieur à la moyenne...

 

La Feria de Mataderos à Buenos Aires

- La Feria de Mataderos à Buenos Aires.(Août 2011). Se rendre à la feria de Mataderos, c’est l’occasion de sortir un peu du centre ville pour profiter du folklore Argentin ...
 

 

Par Le Petit Hergé - Publié dans : 02 - Tourisme - Communauté : Argentine pour tous !
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Cours parallèle du Peso Argentin

null

Cours Parallèle

Hergé

1 EUR = 13,80 ARS

 18/12/2014

--------------------

Cours Officiel

1 EUR = 10,60 ARS

--------------------

Le Parallèle est à  

+ 30%

que l'officiel

Recommander

D'autres articles :

 

Ville de Buenos Aires


 

Province de Misiones


 

Province de Formosa

 

 

Province de Entre Rios

 

 

La ville de Tucuman

 

 

La ville de Salta

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 






























Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés