21 octobre 2017 6 21 /10 /octobre /2017 23:24

Mise à jour : 21 octobre 2017.

L'architecture rationaliste :

 

Vous aurez compris qu’il ne s’agit pas ici de parler de la doctrine « rationaliste » mais du mouvement architectural qui prit ce nom à partir de la fin des années 20 pour donner le style qu’on peut aussi nommé de « Modernisme ».

Il faudrait peut être s’attarder un moment sur le style italien moderniste qui fut dans les années 20, le point de départ mondial de ce mouvement à travers le groupe des 7 (1926) qui prend le nom de MIAR (Movimento Italiano per l'Architettura Razionale), même si le Bauhaus allemand a son mot à dire dans ses racines. Ce mouvement accompagnant le fascisme en Italie à travers toutes les constructions de l’époque jusqu’à l’expo de Rome (EUR) en 1943, devient le style par excellence des années 30-40 dans l’architecture dite avant-gardiste. En France, sans aucun doute, Le Corbusier est l’architecte emblématique qui développa ce type d’architecture entre les années 20 et 40.

        

Photos de gauche à droite : Edificio "Beltza" (1930-1931). Edificio ALAS (1951-1957), Edificio COMEGA (1931).

A Buenos Aires : 

 

En Argentine et à Buenos Aires plus précisément, le style se développe entre 1930 et 1950. Dans ses premières années à la frontière avec l’art déco, c’est au moment ou les constructions perdent leurs dernières décorations qu’on parle enfin de « Rationalisme ». Certaines gardent encore quelques traces « Art déco » au niveau de leur rez-de-chaussée ou autour de leur porte d’entrée mais les lignes droites, simples, presque austères prenne le dessus.

On joue sur le linéaire, quelques fois totalement horizontal comme le Libertad, l’Uruguay, l’Hôpital Fernandez ou alors on jour sur une verticalité vertigineuse qui feront pousser la ville en hauteur avec leur premiers buildings tels que le Kavanagh, le Comega, Le Alas ou le Safico. De ci de la dans un style cubique on insère des arrondis de façade d’un pur « style dit paquebot » (« aerodinamismo » en espagnol) pour singulariser une silhouette.

Photo : Siège de l'ACA (1942-1943)

        

Photos de gauche à droite : Edificio SAFICO (1932-1934), Edificio Prefectura (1945-1950), Edificio Uruguay (1936).

Prise de conscience : 

 

C’est seulement aujourd’hui, que la ville de Buenos Aires prend conscience de l’intérêt de ce style et commence à les classer au patrimoine historique. Il y a encore quelques années, on les considérait comme « laids » sans aucun intérêt. Souvent mastocs, imposants, rigides pour ne pas dire étouffants, il faut tout de même reconnaitre qu’ils ont leur place à part entière dans ces genres qui ont ponctué les grandes courants architecturaux des capitales européens et américaines.  

Personnellement,  je trouve certain bâtiments élégants (comme le Kavanagh ou le Comega) et d’autres d’une extrême froideur, qui ne me les rend pas trop sympathiques comme l’Edificio Uruguay.

La plupart des bâtiments les plus remarquables sont dans le centre (Quartiers de Montserrat, San Nicolas et Retiro) ce qui fait que leurs visite s’en trouvent facilité et qu’il est possible aux intéressés d’aller les admirer en se baladant à pieds.

Photo : Porte principale du MOP (1934-1936)

       

Photos de gauche à droite : Edificio La Union (1933), Edificio Kavanagh (1934-1936), Edificio Transradio (1940). 

Quelques immeubles rationalistes : 

 

Voilà une liste d’une trentaine d’immeubles de Buenos Aires appartenant à ce mouvement.

 

Très difficile de les choisir, j’en oublie certainement énormément, mais je les ai plutôt choisis en fonction de mes propres goûts.

Photo : Hall d'entrée du Gran Rex (1937)

Ils sont classés chronologiquement

- Hospital Penna (Pedro Chutro 3380) (1926-1927)

- Edificio Comega (Corrientes 222) (1931)

- Edificio Beltza (1930-1931)

- Hotel Reconquista Louxor (Diagonal Norte 290) (1932)

- Edificio La Union (Diagonal Norte 811)(1933)

- Edificio Safico (Av Corrientes 456) (1932-1934)

- Banco Unido Holandes  (25 de Mayo, 81) (1935-1936)

- Edificio Uruguay (Uruguay 440) (1936)

- Edificio Kavanagh (Florida 1065) (1934-1936)

- Edificio MOP (av 9 de Julio 1925, Montserrat) (1934-1936)

- Immeuble d’habitations (Libertador 3080) (1936)

- Casa Colectiva América (Avenida San Juan 250) (1934-1937)

- Teatro Gran Rex (Corrientes 857)(1937)

- Edificio YPF (Diagonal Norte 777)(1936-1938)

- Edificio Banco Provincia (San Martin 137) (1939-1940)

- Edificio Transradio Internacional (Corrientes 500)(1940)

- Tiro Federal Argentino (Avenida Libertador 7001) (1937-1940)

- Edificio Senador Alfredo L. Palacios (Hipolito Yrigoyen 1750, Montserrat) (1943)

- Hospital Fernandez (1939-1943)

- Edificio ACA (1942-1943)

- Cine Gaumont (Av Rivadavia 1635) (1946)

- Palacio de los Gansos (Avenida las Heras 3800)(1947) archis : Luis Olezza et Ernesto Vautier

- Edificio Yatahi (Corrientes 389)(1947)

- Palacio de Hacienda (Hipolito Yrigoyen 250, Montserrat)(1937-1950)

- Edificio de la CGT (Azopardo 802)(1950)

- Edificio Guardacosta ou Prefectura (Av Eduardo Madero 235) (1945-1950)

- Edificio Alas (Avenida Leandro Alem 719) (1951-1957)

- Edificio Libertad (Avenida Comodoro Py 2055, Retiro) (1947-1970)

 

Les conseils du Petit Herge :

 

Profitez d’être a Buenos Aires pour vous plonger dans l’architecture de cette ville qui vous propose véritablement un tour d’horizon de toute les styles d’architecture allant de l’époque coloniale au dernières constructions de Puerto Madero. Pour le style rationaliste, la Avenida Corrientes propose un très grand nombre d’exemples tout comme la Diagonal Norte.

Si cela vous intéresse, je propose des visites de différents bâtiments rationalistes. Contactez-moi sur petitherge@hotmail.com

Photo : Sur Diagonal Norte, l'Hotel Reconquista Louxor (1932)

A lire aussi dans le Petit Hergé : 

         

Partager cet article

commentaires

Des questions ?

Contactez moi sur :

petitherge@hotmail.com

Recherche Sur Le Site

Cours du Peso Argentin

Euro : 03 juillet 2020.

Cours officiel : 76 ARS

Cours "bleu" : 120 ARS