Samedi 24 septembre 2011 6 24 /09 /Sep /2011 19:20

Mise à jour : 24 septembre 2011. Article écrit par Bastien Hattiger.

Un salon de thé en danger

 

Les gens l’appelaient affectueusement « La Richmond », c’était un classique de la rue touristique Florida dans le quartier San Nicolas de Buenos Aires. Voici un lieu qui avait su conserver depuis plus de 70 ans tout le glamour des années 40 et où il était possible de déguster un café, un thé ou bien même un bon repas. En bref c’était un lieu chargé d’histoire et de tradition, c’était un icône, à tel point qu’il est aujourd’hui comptabilisé parmi les 54 bars notables de Buenos Aires. Mais pourquoi utiliser le passé pour parler de ce célèbre salon de thé traditionnel ?

Tout simplement car La Richmond est aujourd’hui menacé de disparition.

 

Les débuts de La Richmond :

 

Débutons par un peu d’histoire. Depuis son inauguration le 17 novembre 1917, le café avait su résister au temps en parvenant à maintenir intact son identité au beau milieu d’une rue piétonne constamment envahie de touristes. Il était un des plus beaux établissements de Buenos Aires. A partir de 1924 et jusqu’en 1927, l’édifice fut le siège des réunions du  groupe littéraire appelé « groupe Florida », une élite de jeunes écrivains formé entre autres par Jorge Luis Borges, Baldomero Fernández Moreno, Eduardo Mallea et Leopoldo Marecha, qui publiaient la revue Martín Fierro (A partir de février 1924). Pour l’anecdote, tous les jours à 20h et avant leur petite réunion informelle, le groupe s’acquittait d’un rite : debout autour d’une table, ils entonnaient en souriant « la donna è mobile » que Giuseppe Verdi composa pour son opéra Rigoletto, mais ils remplaçaient le texte original par leur propre rythme. Les murs de l’établissement résonnent certainement encore du son de ces chants, de ces débats d’intellectuels et d’artistes qui établirent « La Richmond » comme le lieu privilégié pour leurs réflexions et le partage de leur amour pour la poésie.

Dans les années 20, existaient deux autres « Richmond » à Buenos Aires dans le même quartier, celle de Suipacha et celle d’Esmeralda (toute deux situées aussi dans les 400 de leur rue respective), ces deux autres « Richmond » ont disparu depuis longtemps, mais en 1920, La Richmond de Florida restait la pluc chic au public le plus élégant !

Le salon de thé, c’était tout ce qu’il restait de l’hôtel Richmond et prenait en effet place dans le lobby de l’ancien hôtel. C’est l’architecte belge Jules Dormal (1846-1924), (qui termina les travaux du célèbre théâtre Colón de Buenos Aires quelques années auparavent), qui s’occupa de l’architecture du bâtiment. Le mobilier respectait fidèlement le style anglais  avec des chaises et des fauteuils Chesterfield recouverts d’un cuir rouge, des tables en marbre, l’intérieur étant principalement constitué de laiton et de bois. L’entreprise propriétaire fit un investissement colossal pour rénover les locaux en tentant de maintenir son style originel. Le rez-de-chaussée témoignait d’une certaine transparence qui mettait en valeur la relation intérieur/extérieur du bâtiment.

L’atmosphère y était relaxante et authentique, la carte proposait principalement des produits argentins, le choix était vaste concernant les pâtisseries, le restaurant servait des plats relativement classiques à base de poulet, poisson ou bœuf dans un bon rapport qualité/prix. La fréquentation était très hétérogène dans un lieu où se mêlait travailleurs de toutes sortes; touristes, passants, habitués du quartier et aux hommes en costumes cravates. Personne n’était insensible au charme du salon de thé.

Pourtant le 15 août 2011, la nouvelle retentit comme une bombe ! La Richmond est fermée !

Photo : Pendant la semaine du 15 août 2011, medias, journalistes et groupes de soutien pour la Richmond sur la calle Florida.

Remplacé par Nike ?

 

La Richmond pourrait être en réalité remplacé par le plus grand magasin Nike de Buenos Aires, seul la succursale Nike du shopping Unicenter en banlieue le dépasserait. D’après les premières informations sur le futur magasin de sport, ce dernier s’étendrait sur un seul étage de 600 mètres carrés et reprendrait le design et l’agencement utilisés par Nike dans d’autres villes du monde.

C’est donc toute l’histoire du café Richmond, ses illustres clients d’autrefois, sa réputation comme Bar Notable, qui sont sur le point de s’évanouir pour être remplacés par des étals de baskets, des ballons de foots, des maillots de Boca Juniors ou de River Plate, et d’autres accessoires sportifs en tout genre.

Vidéo : Le vendredi 12 août 2011. Un groupe vient soutenir la Confiteria puisqu'on connait les problemes financiers de la Richmond.

Vidéo : Le lundi 15 août, le personnel de la Confiteria prend la parole, les propriétaires sans avertir les employés ont profité du week end pour demenager les meubles.

La lente décadence du Richmond :

 

Cela faisait en réalité quelques temps que le salon de thé connaissait des difficultés et de nombreux licenciements eurent lieu ces derniers mois. La Richmond comptait effectivement il y’a quelques années 50 employés, lundi ils étaient seulement 12 à se rendre sur leur lieu de travail. Endroit de rencontres et repères de nombreux artistes depuis 1917, peu à peu l’établissement vit ses 1500 mètres carrées devenir de plus en plus vides à mesure que les clients s’évaporaient. Aujourd’hui, après la fermeture au public du salon pour fumeurs et de la salle de billard au sous-sol, c’est au tour du salon principal du rez-de-chaussée à être fermé ! Ce phénomène n’est cependant pas un cas isolé et beaucoup de cafés traditionnels de Buenos Aires ont été menacés, mais ont pu survivre et renaitre de leurs cendres, tout comme las Violetas, el Café Britanico ou encore La Confiteria del Molino qui attend encore un repreneur depuis 15 ans.

A la base il existe cependant la Loi 35 qui protège les bars, cafés et salles de billards de Buenos Aires, ainsi que la Loi 2548 de Protection du Patrimoine qui prévoit un projet de protection historique de toute la zone autour de Diagonal Norte. Mais sur le plan légal, Nike n’enfreignait aucune règle puisque la marque de sport conserverait la façade et l’infrastructure de l’édifice. Voilà pourquoi la législature décida d’aller encore plus loin en classant la même semaine La Richmond site historique afin de protéger l’établissement de la vente définitive à la chaine américaine d’accessoires sportifs. Mais l’initiative n’a pas encore été promulguée par l’exécutif de Buenos Aires et n’est donc toujours pas entrée en vigueur, ce qui explique la sortie des meubles de l’établissement le week-end et le badigeonnage en blanc de la vitrine du salon de thé. Par ailleurs la même semaine,  une manifestation des citoyens de Buenos Aires eut également lieu devant la vitrine du Richmond pour témoigner de leur mécontentement. Le plus dramatique, dans ce gigantesque fouillis, est l’arrivée des 12 employés du Richmond sur leur lieu de travail le lundi 15 août et trouvant portes closes et baies vitrées recouvertes de peintures blanches. Ces derniers n’étaient en effet absolument pas au courant de la cessation d’activité de l’établissement. Par conséquence, le lendemain, ces 12 mêmes employés entrèrent dans les lieux après avoir cassé la chaine qui verrouillait la porte et réclamèrent pacifiquement le maintient de leur « outil » de travail.

Photo : Un petit déjeuner à "La Richmond".

Depuis le mois d'août 2011 :

Aux dernières nouvelles, par l’intermédiaire d’un communiqué officiel, Nike Argentina SRL se déclare prêt à respecter la loi, et se retirera du projet s’il s’avère qu’aucun changement ne peut être réalisé au sein de l’établissement. La multinationale a par ailleurs affirmé être disposée à dialoguer. L’affaire reste donc à suivre… Nike, qui surveille de très près son image de marque, a tout à perdre à se mettre à dos les porteños soucieux de leur patrimoine !

Photo : Le 15 août au matin, les employés surpris de la fermeture du bar, manifeste sur la calle Florida.

Fiche pratique :

 

Adresse : Calle Florida 468

Horaires : Le Richmond était ouvert de 7h à 22h du lundi au samedi. Aujourd’hui fermé

Pour s’y rendre : A 50 m de la station de métro Florida, en plein micro centre.

L’avis du Petit Hergé :

 

Comme vous passerez forcement lors de votre séjour à Buenos Aires sur la peatonal Florida. Vous croiserez forcement la devanture du 468, un peu de nostalgie, ou alors peut être un agroupement de défenseurs du patrimoine de la ville devant l’ancienne entrée vous rappellerons que vous passez devant l’ancien Richmond !

Je vous tiendrai au courant de la suite de cette affaire ! 

Photo : La "Federal" protège les lieux après la fermeture de la confiteria. (Août 2011).

A lire aussi dans le Petit Hergé :

Reportage sur Buenos Aires- Reportage sur Buenos Aires. (Septembre 2011).

Un excellent reportage de 2007 de la télévision espagnole du canal « La Sexta » qui donne une vision européenne de ce que peut être Buenos Aires et la onda porteña. Excellent et amusant. Ce reportage est en « castillan » mais même si vous ne comprenez pas tout, regardez-le, très proche de la réalité !... (Pour lire la suite).

 

Maison de Catalogne de Buenos Aires

- La Casal de Catalunya à Buenos Aires.(Août 2011) Ecrit par Bastien Hattiger.

La Maison de la Catalogne est un important centre culturel de la communauté catalane situé à Buenos Aires, dans le quartier de San Telmo, calle Chacabuco 863. L’établissement fait aussi principalement office de restaurant, le restaurant Hostal del Canigo, et de théâtre, le fameux théâtre Margarita Xirgu. C’est la plus ancienne Maison de la Catalogne au monde située à l’étranger...Le Club Espagnol de Buenos Aires(Pour lire la suite).

- Le Club Espagnol de Buenos Aires.(Août 2011) Ecrit par Elodie Charrier.

L’Argentine s’est faite avec l’émigration européenne á partir du milieu du XIXème siècle. Les premiers à débarquer sur ces nouvelles terres furent les espagnols. L’association espagnole de Buenos Aires est une des plus anciennes au monde puisque dès 1852, ils sentirent la nécessité de s’unir pour se rappeler leur terre natale mais surtout pour s’organiser en force dans leur nouvelle vie de pionniers...(Pour lire la suite).

- La Confiteria Ideal de Buenos Aires.(Septembre 2010). Ecrit par Martin Texier.

"La Ideal" a été inaugurée en 1912, par Manuel Rosendo Fernandez, entrepreneur espagnol, et a d’abord été fréquentée par des travailleurs et cadres porteños (surtout les femmes actives de l’époque, comme le montre l’exposition de photos d’époque à l’entrée du café) tout en attirant de nombreuses personnalités de la ville. La Confiteria est devenue rapidement le rendez vous porteño du monde culturel, artistique et politique...(Pour lire la suite)

- Les estancias jésuite de la province de Córdoba.(Avril 2006).

Les premiers agriculteurs de la province de Córdoba sous sans aucun doute les jésuites qui s’installent autour de la ville de Córdoba à partir de 1616 dans les environs pour créer six estancias. Par manque d’indiens et de colons espagnols, ils achèteront des esclaves noirs à Buenos Aires pour les faire travailler sur leurs terres. Aujourd’hui classé Patrimoine mondial de l’Unesco, cinq des estancias encore existante se visite...(Pour lire la suite)

 

Par Le Petit Hergé - Publié dans : 3B - Manger - Communauté : Argentine pour tous !
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Cours parallèle du Peso Argentin

null

Cours Parallèle

Hergé

1 EUR = 13,80 ARS

 18/12/2014

--------------------

Cours Officiel

1 EUR = 10,60 ARS

--------------------

Le Parallèle est à  

+ 30%

que l'officiel

Recommander

D'autres articles :

 

Ville de Buenos Aires


 

Province de Misiones


 

Province de Formosa

 

 

Province de Entre Rios

 

 

La ville de Tucuman

 

 

La ville de Salta

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 






























Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés