Dimanche 1 juillet 2012 7 01 /07 /Juil /2012 19:00

Mise à jour : 01 juillet 2012.

nullLe Ciné Théâtre Opera de Buenos Aires enfin sauvé !

 

Troisième et dernier volet de la saga du Teatro Opera de Buenos Aires.  En effet, après une rénovation effectuée en 2010 par la société T4F et financé par la banque Citi. Cette dernière, voulu changer le nom de l’emblématique salle de l’avenida Corrientes, en la baptisant modestement Teatro Citi. Levé de bouclier en 2010 de toutes les instances de conservation du patrimoine historique de la ville suivi par des pétitions et un rejet orchestré sur Facebook par des milliers de porteños. L’image de Citi Bank en avait pris un coup. En cette année 2012, voila que le gouvernement de la ville de Buenos Aires a enfin pris une décision concernant le Théâtre !

Photo : La façade du Teatro Opera de l'avenida Corrientes en 2007 avant les travaux de rénovation.

nullLes trois visages d'un même théâtre aux nom différents :

Avant 2010, Teatro Opera, puis après la rénovation de 2011, Teatro Citi et enfin fin 2011, Teatro Opera Citi. Depuis mai 2012, le Théâtre reprend son premier nom Teatro Opera.

Voici les deux premiers articles sur le thëâtre :

Lire article sur Cine Teatro Opera (datant de août 2008).

Lire article sur Une opération marketing qui tourne au fiasco (datant de mai 2010).

 null null

nullSauvegarde de l'architecture mais aussi du nom :

Le gouvernement de la ville a fait passer dans son parlement une loi de préservation des façades du Teatro Opera mais aussi la préservation du hall d’entrée, de la salle principale, des sanitaires, et du « Petit Opera » (situé en sous sol), tout comme tout le revêtement et ornementation intérieur, marbre, luminaire, ferronnerie, boiserie. En un mot, le Théâtre est préservé de toute démolition dans le futur.  Autre bonne nouvelle, la loi intègre aussi toute interdiction de changement de nom pour la salle. Voila donc clos une fois pour toute, le débat sur le droit ou non des sociétés à vouloir changer les noms d’établissements et d’édifices connus. Cette loi fera surement date et d’autres bâtiments vont surement recevoir le même type de préservation dans la capitale.

 

Photo : Sur l'Avenida Corrientes, le Teatro Opera au milieu des années 40.

nullPrise de conscience politique du patrimoine architectural de la ville :

C’est l’ancien député de la ville, Sergio Abrevaya, qui avait en 2011 déposé le texte de loi à l’assemblée. Il avait été lu et approuvé en première lecture l’année dernière, mais c’est donc en avril 2012, que la loi a reçu l’approbation définitive.

Le député Fernando Sánchez (président du groupe au parlement de la ville de la Coalicion Civica – ARI) a déclaré «Ces dernières années, le patrimoine  s’est vu gravement menacé avec même quelques cas de démolitions totales. Avec cette loi non seulement on reconnaît l’importance architectonique du Cine Teatro Opera, mais aussi son rôle vital culturel qu’il apporte à la ville de Buenos Aires et particulièrement à l’avenida Corrientes ».

nullLoi 4.144 :

 

C’est la loi 4.144 du 26 avril 2012 et publié le 29 mai 2012 qui est donc le garant de la sauvegarde de ce bâtiment. Vous pouvez consultez la totalité des lois (dont la 4.144) sur le site des legislation de la ville de Buenos Aires. (Site).

 

Un excellent site aussi à consulter d’une association de conservation du patrimoine, qui se nommée « Basta de demoler » (arrêtez de démolir) : http://bastadedemoler.org/

 

Photo :  Prise de la terrasse de l'Hotel Panamericano en 2010. On reconnait le haut du Teatro Opera, les coupoles de Diagonal Norte et du beffroi du Palais législatif de la ville.

A lire aussi dans le Petit Hergé :

- Les grands magasins Harrods de Buenos Aires : Harrods-Knighstbridge de Londres fut fondé en 1849, et en 1914, ouvrit la seule succursale mondiale de la marque : Harrods-Buenos Aires dans la calle Florida. Depuis 1998, le grand magasin est fermé, mais a pu conserver à la fois ses façades et sa décoration intérieures d'origine. A plusieurs reprise depuis cette date, on nous annoncé sa réouverture prochaine, et une multitude de nouvelles enseignes et de nouveaux projets ont été avancés. A chaque fois sans succès, le bâtiment est resté endormi et attend un coup de baguette magique pour revenir à la vie. Depuis fin 2009, l'espoir revient avec un nouveau projet d'une réinstallation des grands magasins Harrods pour 2013...

- Le Gato Negro de Buenos Aires : Le Gato Negro, situé au 1669 de l'Avenida Corrientes, a été déclaré site d’intérêt culturel en 2003 par la ville de Buenos Aires et « café notable » en 2004. Les différents propriétaires n'ont jamais été superstitieux car cette boutique existe depuis 1927 et quatre générations ont déjà fait connaitre les saveurs exotiques des épices aux porteños et aux provinciaux de passage dans la capitale.
Le Gato Negro fait partie de l'âme de l'Avenida Corrientes, allez y tremper vos narines et déguster un café !...

- Le Cabildo de Buenos Aires : La ville de Buenos Aires est fondée en 1580, et 28 ans plus tard (1608) on décide d’édifier le premier Cabildo au même emplacement qu’il occupe aujourd’hui, à savoir sur le coté Ouest de la Plaza Mayor (Plaza de Mayo).  En cette année 1608, Buenos Aires est un gros village, on peut estimer la population de la ville autour de 800 habitants, en 1620, la barre des 1.000 habitants est dépassée pour la première fois. Le Cabildo est l’instance civile locale de l’administration coloniale. Le bâtiment du Cabildo cessera toutes activités administratives en 1894. Abandonné un certain temps, racheté par le gouvernement National, il est depuis 1940 transformé en musée.

Le village de Cafayate (Province de Salta) : Le village de Cafayate se trouve dans l'extrême sud de la province de Salta, il est le passage obligé pour visiter la vallée Calchaquie et la Quebrada de las Conchas, ainsi que pour découvrir les bodegas de la région. Le plus Cornu étant le Torrontés. Lorsqu'au XVIème siècle les espagnols ont affronté les diaguitas, ces derniers se sont réfugiés dans cette partie des vallées pour résister et finalement se rendre en 1657. Les terres étaient fertiles, et la famille Aramburu fut une des premières familles espagnoles à venir s'y établir...

Par Le Petit Hergé - Publié dans : 06 - Culture - Communauté : Argentine pour tous !
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Cours parallèle du Peso Argentin

null

Cours Parallèle

Hergé

1 EUR = 17,00 ARS

 21/08/2014

--------------------

Cours Officiel

1 EUR = 11,00 ARS

--------------------

Le Parallèle est à  

+ 55%

que l'officiel

Recommander

D'autres articles :

 

Ville de Buenos Aires


 

Province de Misiones


 

Province de Formosa

 

 

Province de Entre Rios

 

 

La ville de Tucuman

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 






























Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés