15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 20:45
Mise à jour : 15 septembre 2008.

Fotolog, passion argentineLe fotolog

Depuis la reprise économique (début 2004) mais surtout depuis le développement des blogs Internet et surtout des photo blogs (ou fotoblog), on assiste à Buenos Aires à des regroupements hebdomadaires dans différentes parties de la ville d’adolescents.

Bien entendu chacun choisit son clan (ou tribu) en fonction de ses goûts musicaux (à la base) puis de son allure vestimentaire et comportementale.
En voilà du travail pour les ethnologues urbains !

Le flogger est né en Argentine, plus exactement à Buenos Aires, difficile de mettre une date exacte, mais le mouvement est né à partir du site de fotolog.com (ex fotolog.net). Ce site existe depuis fin 2002, et consiste à monter un site perso sur soi (très égocentrique) avec peu de texte, mais surtout un maximum de photos. Tout l’intérêt ou plutôt le « jeu » étant de monter au moins une photo par jour de soi même sur son site et d’avoir le maximum de lecteurs, ou plus exactement de « signature ». Car le « blogger photo » doit attirer l’attention et surtout avoir de la « fama » (popularité) C’est une course à la signature.

Un blogger photo « existe » uniquement si son site est lu et signé.

Il est certain que le phénomène « mode » est aujourd’hui accéléré par internet. Tout ado a à Buenos Aires forcément  un fotolog, sinon comment pourrait il exister au sein d’un collège, ou de son propre groupe d’ami ?

Floggers à Abasto (Buenos Aires)
Photo : Un mercredi à Abasto, on se montre, on s'exhibe, on se prend en photo, et on les monte sur son fotolog.


Pourquoi en Argentine et au Chili ?
 

Phénomène Fotolog Chili-Argentine-Brésil
Photo : Phénomène Fotolog jusqu'en 2007 essentiellement chilien, aujourd'hui argentin. Très culturel, en Asie on ne parle pas de soi, en Argentine on ne fait que ça !

Ce n’est pas un argentin qui a mis au point le site fotolog.com, (ce sont des new-yorkais). Pourtant dès mai 2005, il y a 1.300.000 utilisateurs dessus dans le monde (la barre du million est passé en février 2005) dont 400.000 argentins (soit 31% de l’ensemble), étonnant non ? Pourquoi en Argentine, et pourquoi pas dans un autre pays plus développé ou plus habités ? (Aujourd’hui (sept 2008) les pays possédant le plus d’utilisateurs de photolog sont aussi le Chili et le Brésil)

Début 2007, déjà 1.000.000 d’argentins dessus (sur 6.500.000 d’utilisateurs) soit encore 15%.

Juillet 2007 : 10.000.000 d’utilisateurs, juillet 2008 : 18.000.000.

En septembre 2008 : 20.000.000 utilisateurs dans le monde dont 3.000.000 d’utilisateurs en Argentine, puis arrivent le Chili avec près de 3.000.000, et enfin Brésil 1.500.000, les autres pays arrivent très loin derrière. Outre que www.fotolog.com., le deuxième site spécialisé dans ce type de blog est www.terra.com. ou www.fotolog.terra.com.ar (pour le portail argentin). Pour Terra, les argentins arrivent aussi en première place mondiale avec près de 2.000.000 d’utilisateurs, le Brésil avec 1.500.000 et ensuite le Chili avec 500.000.

Il y a donc à cette date 5.000.000 d’argentins possédant un fotolog* (soit 14% de la population) premier consommateur au monde de ce genre de site.

* En espagnol comme en portugais, on utilise fotolog ou fotoblog, en anglais ça sera toujours photoblog.


Alors pourquoi d'abord ici (Argentine) et non pas ailleurs ? 
Je ne sais pas, peut être plusieurs raisons : Les argentins sont passionés par l'informatique et par Internet, la population du pays est très jeune (age moyen de l'argentin : 25 ans), culte du corps important dans la culture argentine, vie sociale active, les argentins se retrouvent souvent et communiquent plus facilement que d'autres nationalités. Société machiste, l'homme doit être fort et la femme doit être belle, et il faut le montrer ?

Société éphémère ? Instant présent ? superficialité ? Que de questions !!!
Ou tout simplement un jeu ?
Elle, joue à la starlette qu'elle ne sera jamais, et pose d'une manière la plus provocante possible.
Lui, joue le gars sympa qui a plein de copains, une sorte de "winner" que tout le monde admire !

Je suis la plus belleJe suis le plus fort
Photos : Je suis la plus belle, et moi je suis le plus fort ! J'ai mon fotolog et tout le monde me regarde !

Les tribus urbaines "Internet" 

Ci je vous parle de ces sites Internet, c’est pour expliquer comment ce « phénomène Internet » de fotolog a donné naissance à toute une série de "tribus urbaines" qui n'auraient surement jamais du exister sans l'informatique ou tout du moins progresser aussi rapidement dans les rues de Buenos Aires. Ce phénomène s'étend aux autres grandes villes d'Amerique du sud

Qu'est ce qu'un flogger ?

Le floggers aux cheveux dans les yeuxFille et garçon (50-50), jeunes (entre 12 et 20 ans aujourd’hui), mais qui vieillit (si on peut dire) avec les mois qui passent. Totalement urbain, grande ville argentine mais essentiellement de Buenos Aires. Condition sociale bonne (classe moyenne et supérieure). Accroc à Internet (sinon ils n’auraient jamais existé), passent de nombreuses heures dessus (3 à 4 heures par jour) et vivent accrochés aussi à leur cellulaire (téléphone portable) pour faire des photos et envoyer des Sms. Sortent et se déplacent à plusieurs, ciné, discos, mais aussi s’invitent chez eux (c’est à dire chez leurs parents) pour parler bien essentiellement de leur photo blog.

Vêtements : Jeans, (le plus serré possible), couleurs voyantes, le plus fluo possible, Converse de rigueur aux pieds.

Ustensile : la sucette (de préférence grosse et colorée), et les grosses lunettes de soleil à la Polnareff.

La coiffure : très importante, forcément les cheveux qui arrivent aux niveau des yeux, avec une mèche sur un coté qui peut cacher totalement sa vision.

Musique : La Techno.

Danse : L’Electro (une manière de danser la tecno)

Ennemi : Los cumbieros (ceux qui écoutent la cumbia), los emos (les "émotifs", la tribu qui ne croit plus en rien, onda depresiva, à s'ouvrir les veines pour un premier chagrin d'amour).

Lieu de rendez vous : A Buenos Aires, tous les mercredis après midi dans Abasto Shopping.
Le geste Floggers : Cacher sa bouche avec son poing quand on se prend en photo !



Vidéos : Les floggers à Abasto le mercredi. (Février 2008).

Fashion floggerUne mode est lancée
Photos : 2008 Buenos Aires Floggers ! 
 

 

Phénomène éphémère ou durable ?

Sûrement ni l’un ni l’autre, puisque tout phénomène se transforme au fil du temps. Le seul aspect nouveau est l’apport d’Internet qui a « créé » cette mode et qui le diffuse très vite. Phénomène local argentin ? Peut être pas, le flogger a déjà contaminé le Chili, l’Uruguay et le Brésil.
Si vous êtes de passage à Buenos Aires, passez dans le Shopping d'Abasto un mercredi après midi ou en soirée vous en verrez ! 

Electro floggers argentinAutres articles dans le Petit Hergé :

- Mercado Abasto et Abasto Shopping.
-
Le Dakar 2009 en Argentine.
-
Manger à Buenos Aires.
-
Le cinéma argentin.
-
Tango Electronico

- La mode argentine.


La décennie floggers
Photo : 2008-2017 : La décennie de la culture floggers ?

Partager cet article

Published by Le Petit Hergé - dans 6B - Les coutumes argentines
commenter cet article

commentaires

maud 17/09/2008 21:19

en france, c'est la tecktonik qui s'apparente à ça ! quelle épidémie !

Le Petit Hergé 01/10/2008 20:46


Ce n'est pas une épidémie, c'est une mode ! En effet la tecktonic est né en France, l'Electro est né en Argentine, les deux musiques sont semblable, les deux danses ont des liens de parentés, mais
les deux modes sociales et vestimentaires sont encore bien démarquées. 


Se loger à Buenos Aires

 

Vous cherchez à vous loger à Buenos Aires ?

Contactez moi :

petitherge@hotmail.com

Pour Trouver Un Article Dans Le Petit Hergé Argentine

Cours du Peso Argentin

27 juillet 2017

L'Euro est à

↑ 20,50 ARS

L'USD est à

↑ 17,40 ARS