21 mars 2006 2 21 /03 /mars /2006 20:21

Mise à jour : 1er septembre 2008 / 27 juilet 2009 

Mais où mange t'on bien ? Pour bien manger à Buenos Aires !

 

La découverte d'un pays se fait aussi à travers ses tables, vous êtes à Buenos Aires, donc c'est le moment d'aller essayer une multitude de bonnes adresses.

Impossible ici de pouvoir mettre même les principales tables intéressantes de la Capitale, des restos il y en a des milliers, de toutes sortes, les modes viennent et passent, les restos aussi, certains restent seulement à l'affiche quelques mois, comme si il s'agissait d'un spectacle de théâtre.
D'autres changent de "chef" tous les 3 mois, et la qualité tout comme le menu suivent les aléas des saisons.

Justement en ce 27 juillet 2009, je remets à jour cet article car depuis le 1er septembre 2008, (derniere remise à jour) et le 21 mars 2006 (date de mise en ligne de cet article), beaucoup de changement dans les adresses et surtout dans les prix !

J'ai tout d'abord classé les lieux en catégories (qui est je le reconnais un classement totalement personnel), mais bon, il fallait tout de même les classer ! 

Les catégories sont au nombre de 5 qui sont :

- A/ - Les Boui-bouis (entre 30 et 50 ARS par personne).

- B/ - Las Cantinas (entre 40 et 60 ARS par personne).

- C/ - Las Confiterias - Pizzerias (entre 40 et 60 ARS par personne).

- D/ - Les Restaurants ethniques (entre 40 et 80 ARS par personne).

- E/  - Les Restaurants gastronomiques et branchouilles (entre 60 et 100 ARS par personne).

Dans ces prix sont compris :

- Le prix du couvert, pas toujours payants, mais on a tendance depuis au moins 2007-2008 à les voir maintenant figurer sur les tickets. En général compris entre 4 ARS et 6 ARS suivant le standing de l'établissement.
- Le plat principal, ça teint souvent bien au corps, un bon bife, poulet, poisson accompagné par une salade, purée ou papas fritas.
- Un desert basique, souvent l'incontournable flan, ou alors une glace basique, celle qui vient sous forme de bochas dans une coupe.
- Le café
- Une boisson, le demi litre d'eau, ou le litre de bière Quilmes, Isenbeck, ou autres Stella Artois à partager avec son compagnon de table, ou alors une bouteille de vin basique sans tomber sur du rouge de chantier, mais sans vouloir non plus taper sur du Ventus ou du Rutini.  

 


A- Les Boui-bouis ( ici on appelle ça une parrilla )

C'est la catégorie la plus simple, on y mange surtout à midi, plus rarement le soir, suivant les zones et les quartiers ça peut être le rendez vous des costume cravates qui mangent sur le pouce et pour pas cher (car ils doivent y manger tous les jours) ou alors le "bar du coin" ou viennent s'agglutiner les routiers à la sortie du port. C'est d'abord une "bouffe" pas cher, qui tient au corps, les portions sont argentinesques, de la viande, du poulet, des frites, de la purée, des pâtes, des bouteilles par litre ( Bière, vin, coca, etc. ). C'est sur ! L'argentin n'y vas pas avec sa "novia" pour un premier rendez vous galant, c'est avant tout un endroit ou une table "tourne" en moins d'une heure (vous pouvez quand même y rester plus, jamais on vous mettra dehors) et ou même si vous n'arrivez pas avant 12h30 ...vous devrez patienter 15h00 pour avoir une table de libre. Ce n'est pas vous qui choisissez le repas, c est le patron, de toute façon à midi il a de tout y compris un bon bife de lomo, à 13h00 vous aurez du bife de Chorizo, à 14h00 de la milanesa, à 15h00 vous devrez vous contentez de pâtes ! Tampis pour vous vous n'aviez qu'à venir plus tôt ! ....... à 16h00 il vous restera des sandwichs ou une omelette ! Le rapport Qualité/prix/portion est de 5*****, un boui-boui qui tourne est forcement un bon boui-boui, un argentin, on ne le trompe pas avec de la mauvaise viande ou avec un flan con dulce de leche insipide. En ce moment : comptez pour un bon boui-boui : Viande, frites, salade, un litre de bière par personne (ou autre), un dessert, un café ..... Entre 30 et 50 ARS .... NE JAMAIS DEPASSER 50 ARS. Pour ceux qui veulent tenter le gros rouge : demandez un Vasco Viejo (c’est bon, ça passe pour 15 à 20 ARS la bouteille), évitez le Colon, le Carcassonne, ou encore plus le Santa Ana. ou pire le Toro Viejo ! C’est un truc à vous mettre une barre dans la tête pendant 24h. Pour note sachez que la palme vient au  "Termidor" en tetrabrik d'un litre qui a le mérite de pouvoir être catalogué dans "consulter un médecin en cas d'absorption". (Essayez le un jour, rien que pour le sentir) Quelques adresses : (chut gardez ça pour vous ! le jour ou ces adresses seront dans le Routard ou le Petit Futé, il sera trop tard !).

Los Gauchos jusqu'en 2008, toute une époque ! 0) - Los Gauchos: Chile 372 (Quartier San Telmo, metro Plaza de Mayo). N'existe plus !  

Edition 2009 : Toute une époque qui fout le camp ! Mon premier boui boui, celui que j'hantais déjà dans les années 1994-1996, le must dans sa catégorie, mais voilà le Père Jesus étais parti en 2007, et puis quelques mois de gestion par un autre patron, et l'appat du gain a fait que ce quartier (celui de San Telmo) est devenu tellement branchouille, neuneu à la bobo, que sur Defensa ou même sur Chile dans la zone Balcarce, ç'est totalemnet devenu pourri par le tourisme !
Quand je pense qu'au premier étage des "Gauchos" il y avait autrefois un squatt, où il m'était arrivé de voir la police debarquer en plein midi (alors que je terminais un bife bien installé à une table sur le trottoir) pour venir arrêter quelqu'un ou descendre un corps (si, si, je n'exagère pas, je l'ai vu de mes yeux), et bien maintenant c'est un guest hostal neuneu pour faux baroudeurs en socquettes blanches. Mon Dieu, comme les temps changent ! 
Los Gauchos etait même répertorié dans le Guia Oleo !

Ce que j'avais écrit sur Jesus et Los Gauchos en 2006 et 2007 :

En bleu, à gauche, Jésus ! Jesús
qui tenait ça depuis la nuit des temps est parti en mars 2007 ! Ah ben zut alors ! Mais bon on peut quand même y aller, mais moi j’y allais quand même pour parler avec lui de la pluie et du beau temps, en parlant de beau temps, allez y uniquement quand il fait beau, puisque la salle .....C’est le trottoir ! Demandez : Entraña con papas frittas (c’est de la viande) : 12 ARS (août 2007), avec ensalada mixta, la bière Quilmes en bouteille de 1 litre, l'eau en bouteille de 1/2 litre, le coca par bouteille de 1L1/2, Flan con Dulce de Leche (plutôt dulce avec un peu de flan en dessous), et café ! Vous roulerez sous la table après le repas, et vous ne mangerai rien le soir car vous serez encore en digestion. Absolument pas light ! Arrivez avant 13h quand il y a du soleil, ne travaille pas le soir, ni le dimanche midi. Soyez généreux, laissez au moins 10% de pourboire ! Le quartier se transforme à toute vitesse y compris cette cuadra de Chile 300, voila qu’à coté il y a déjà un guest neuneu et qu’en plus au dessus de ce bouiboui va ouvrir un autre guest neuneu… bref d’ici peu ce boui boui va sûrement se transformer en attrape neuneus. Dépechez vous, je ne pense pas qu’il tienne encore un an ! Déjà beaucoup trop d’anglo-saxons sac à neuneu sur le dos passent sur ce trottoir à mon goût. Ça va vite virer en 2008, en bar-pub (frime que je te la pète pour anglo qui se la joue). N’allez surtout pas au WC, c’est vraiment crapouillot.

Edition 2009 : (Juillet 2009), Ben voilà, c'etait à prevoir, en plus de ce Guest House à l'étage, les Gauchos se sont transformé en une sorte de faux bar branchouille qui se veut "typique" (je deteste ce mot !), car tout ce qui se croit "Typique" ne l'est justement pas ! Jesus était typique, ce qui le remplace ne l'est plus !  Bah plus j'ecris, plusje me rend compte qu'il faudra que je fasse un article a lui tout seul pour cet endroit qui m'etait mythique (et pas seulement à moi).

2) - Robesa sur Lavalle 3598 a l'angle de Mario Bravo ( Almagro ), rien de folichon pour ce qui est du cadre, moderne façon cantine d'entreprise, et pourtant j'adore ce qui se passe dans les assiettes. En fait ce qui chagrine dans le cadre c'est que ça fait trop propre et trop moderne et comme ils n'ont pas non plus joué la carte faux-vieux en accrochant des conneries au murs ( ce que font énormément les restos neuneus à Bsas ) et bien ça donne un cadre "anodin". Revenons donc aux assiettes, midi ou soir il y a du monde, beaucoup d'ouvriers ou de cols blancs à midi travaillant dans le quartier s’y pressent. Alors les rations sont abondantes, le choix y est, et surtout les prix sont dérisoires. Essayez d'y aller en horaires décalés avant 12h30 ou après 14h00 par exemple. Impossible de dépasser les 40 ARS.

3) - Punto Obligado sur Obligado 3799 (quartier de Nuñez), excellent boui boui, on y mange en salle et aussi sur le trottoir, c’est pourtant calme car installé dans une petite rue. C'est presque à la limite de Buenos Aires dans le quartier de Nuñez, donc pour s y rendre du centre soit le metro station Congreso de Tucuman et ensuite une bonne douzaine de cuadras à pied, soit le taxi. Dans l’assiette très bon, du choix et pas cher. Ambiance familiale, ouvert midi et soir. Difficile de dépasser les 40 ars par personne (septembre 2008) même avec des bouteilles de Quilmes par litre.  De la viande, des pâtes maison et des omelettes, salades etc…


B - Las Cantinas

L'article concernant les cantinas ayant doublé de volume, celui ci a déménagé sur :
http://www.petitherge.com/article-34296629.html
Allez donc le lire !

 

C - Las Confiterias - Pizzerias

On y mange tout le temps, c'est le grand avantage ! .......... ça ouvre à 6h00 du mat et ça ferme en semaine vers minuit, voir 1h ou 2h du mat. En fait on y vient pour manger, en général c'est bon, rapide, moins cher qu'un resto, ou même qu'une cantina, mais en tout cas c'est plus cher qu'un boui boui. Autre avantage à tout heure ça fait aussi bar, c'est-à-dire que même à 13h on peut s’y asseoir pour commander un café ou une bière, et on ne vous mettra pas à la porte pour autant ! Mais aussi si à 8h00 du mat, vous voulez un bife de chorizo avec des papas, ou une omelette ou même une pizza, on vous en fait une, il n'y a pas d'horaire.

La fin de semaine, certaines ne ferment pas dans la nuit du vendredi au samedi tout comme celle du samedi au dimanche. A 6h00 du mat on y croise les noctambules qui y sirotent un whisky et les premiers lève-tôt qui y viennent prendre le p’tit déj’. Le cadre est des fois assez simple, moins chic que les « cantinas », il n’y a pas toujours de serviettes ni de nappes en tissu. Certaines autres essayent de faire plus confiterias que Pizzerias et la le cadre est un peu plus soigné. D’une manière générale on peut dire que dans les vielles confiterias (1950-1990) c’est un peu rudimentaire, alors que dans les nouvelles (celles ouvertes depuis la fin des années 90 le niveau se veut un peu plus chic).

ah, j'oubliais...dans une confiteria ou pizzeria, forcemment le televiseur doit être accroché au mur pour le foot !

8) - Araca (Ayacucho 408). Metro : Callao. (Ouvert depuis février 2005 et fermé depuis le 1er juin 2007) Voila une excellente adresse qui vient de fermer, après que les dueños se soient engueulés ! (Ben, oui...) ça a fermé du jour à l'autre. Si ça vous intéresse le local et à vendre avec toutes les installations pour 170.000 USD.

9) - La Perlita (Jujuy 74). Metro : Plaza Miserere (Quartier Once). A une cuadra de Don Chicho, et un peu moins cher, pourtant on y mange de tout, y compris bien sur des pâtes, des viandes et des pizzas. Voila des années que c'est ouvert, du monde le soir meme en semaine. (Il y a même la photo de Ricky Martin de cette année avec les mozos...cherchez la, elle est discrètement accroché sur un mur !). Très bonne relation qualité/ portion/ prix. Il faut mettre 30 pesos par personne.

10) - Pizzeria San Carlos (Rivadavia 4548). Metro : Rio de Janeiro (Quartier Caballito ). Un grand oubli de ma part, et pourtant j y vais souvent ! Sur deux étages, les mozzos "atienden al publico" rapidisimo et avec style.  On vient pour y manger essentiellement des pizzas ou des calzones, mais on y trouve aussi des pâtes et bien sur aussi de la viande. La spécialité : La Pizza San Carlos. Ca ne dépasse pas les 40 pesos par personne. Le public est constitué par les habitants du quartier. Aucun touriste.

11) La Farola de Cabildo (Avenida Cabildo 2630). Metro : Congreso de Tucuman. (Quartier Belgrano). A la limite de Belgrano et de Nuñez, c'est tout simplement "LA" pizzeria-confiteria emblematique du quartier. Ouvert tout le temps (Ca ferme quand même entre 1h et 6h du mat...et encore !). Le monde s'y bouscule en permanence, un incessant ballet de mozos qui jonglent avec les plats entre les tables pour servir tout le monde avec efficacité et rapidité. Dans l'assiette, ça va, ce n'est pas de la haute gastronomie, mais c'est bon, ça tient au corps, bref on n'a plus faim quand on en sort ! Si on y va, c'est plus pour l'ambiance "hall de gare" style "..chaud devant... et un bife de lomo pour la 11 !". C'est plein à craquer, le bruits des conversations  masquent les claquements des assiettes. Y aller absolument avant 21h, sinon pas de place. Jeudi, vendredi et samedi soir....du monde à ne plus savoir qu'en faire. Les soir en été les tables sur le trottoirs dépassent largement la devanture de la Farola et s'étalent sur 50 m. A midi de même, oubliez d'y aller déjeuner entre 12h30 et 14h00, allez y après ! Coté prix : Autrefois bon marché, depuis 2004, c'est la valse des prix, c'est loin d'être aujourd'hui économique, il faut compter au moins 50 à 60 ARS par personnes.  


Chinoises de Buenos AiresD - Les restos éthniques.

Buenos Aires est une grande mégapole, alors bien entendu on peut aussi en profiter pour manger "autre que argentin" c'est ce que j'appelle ethnique, et dans cette catégorie y entrent les chinois, les allemands mais aussi les restos français. Etonnant non ?  

12) - La Mêlée (Viamonte 852), en plein dans le Micro Centre accolé au bâtiment des services de la ville, c'est un petit troquet tenu par un français (Stéphane) depuis début 2006, on y mange uniquement à midi, c'est simple, bon et pas cher. Entre 20 et 25 ARS pour y dejeuner. A partir de 15h, la cuisine ferme, mais on pourra toujours grignoter des cacahouettes et boire des cafés, des bieres et des alcools, bref ca se transforme en bar et ceci jusqu'à 21h ou plus. Il faut y aller en semaine, le dimanche toujours fermé, et le samedi soir c'est ouvert suivant l'humeur du patron. De nombreux français travaillant dans le micro centre en ont fait leur lieu de rencontre à midi et l'après midi. Depuis juin 2008, la "Mêlée" est devenue "Le Merval", toujours avec Stephane aux commandes et deux autres français. je n'y suis pas retourné depuis, pour gouter et sentir une difference, donc d'ici peu je vous donne mon avis !  

13) - Finistère (Montevideo 973), dans le quartier de Tribunales, un des derniers installés à Buenos Aires, ouvert depuis août 2007, Rémi, sa femme et leurs 2 fils viennent d'ouvrir une crêperie (normal, il est breton), le menu n'est pas cher 20 ARS (impossible de trouver moins cher dans le quartier), galettes, crepes sucrées, et cidre. Ca fait plaisir à manger si ça fait longtemps que l'on n'est pas rentré en France. Ouvert, midi, après midi et soirée sans interruption. Du lundi au samedi. Dimanche fermé. Le soir Remy se risque à l'accordéon.

14) Bavaria (juste à l'angle de Juramento et de Ciudad de la Paz). Metro Juramento. Quartier Belgrano. Comme l'indique son nom, c'est un petit resto allemand (ou plutôt argentino-allemand), donc mélange de plats germano-criollos. Cadre en bois, style germano-disney mais les plats sont délicieux. La “cuenta” tourne autour de 50 a 60 ARS par personne.

15) - Todos Contentos : Arribeños 2177 (Barrio Chino) (Barrancas de Belgrano) Metro Juramento (à 8 cuadras) ou alors la ligne 60 de collectivo qui vient du centre. Un des meilleurs chinois de Buenos Aires installé dans "La Rue" du Barrio Chino de Buenos Aires, à savoir la calle Arribeños. Un mixte entre la comida argentina et les centaines de plats chinois proposés. Il faut compter entre 25 et 30 ARS par personne. Evitez les vendredi soir, samedi midi et soir et dimanche midi, c’est bondé ou alors arrivez avant 21h00 ou alors après minuit. Le reste de la semaine c’est plus tranquille. Uniquement ouvert le soir, et fermé le dimanche soir. Le seul coté négatif : le service archi escargot lent, vous avez compris il ne faut pas être pressé quand on y va !

16) - Status : Virrey Ceballos 178 (Quartier Congreso). Metro Congreso. C'est un tres bon restaurant péruvien, nettement au dessus de la majorité des autres péruviens de Buenos Aires. Enormement de monde, essentiellement composé d'habitants du quartier et de quelques autres à la recherche de nouvelles saveurs. On y mange le ceviche (bien sur) plus quelques specialités à base de requin, huitres, poisson et chèvre. On est un peu les uns sur les autres (les allées ne sont pas larges), mais comme c'est bon ! Pour les amateurs, prennez en apéro le pisco sour ! Les portions sont énormes et les prix relativement bas. Comptez entre 30 et 50 Ars par personne. C'est plein tous les soirs, il faut y arriver avant 21h.


Las Cholas dans le quartier de las CañitasE - Les restos gastronomiques et branchouilles* 

Un peu plus classe, et un peu plus cher ....mais attention il faut tout de même la qualité, le cadre ne fait pas tout ! C’est l'assiette qui compte.

17) - Don Chicho sur avenida Jujuy 136. (Métro Plaza Miserere) Quartier Once. Un décor un peu Poet Poet (la vérité si je mens..... ça brille mon fils !).... la parilla en vitrine pour montrer à ceux qui passent que c'est de la vraie viande qui grille. Bonne table, serviette, mozo toujours prêts à vous servir, et puis dans l assiette c'est succulent ! Il faut compter entre 40 et 50 ARS (Sept 2008), au dessus c'est impossible on éclate !

18) Las Cholas (sur Arce 306) Quartier de las Cañitas (Belgrano). Pas de métro, uniquement en bus ou en taxi. Un endroit un peu genre bo-bo (table en bois bancale, faux vieux, pommette au sol), mais ce qui sauve c'est la carte, surtout pour les plats "typiques" du NOA, donc en fait pour les amateurs du NOA c'est une bonne adresse, il y a aussi pour les autres l'éternelle bife de chorizo ou autre lomo. Ambiance "nombril à l'air" pour les serveuses, donc branché (comme tout le quartier d'ailleurs), mais les plats sauvent.  Il faut comptez 40 à 50 ARS par personne (Sept. 2008). A midi on y voit clair, le soir avec leur "ambiance bougie sur la table", il vaut mieux apporter sa lampe torche pour y voir clair. Donc je le recommande à midi. Samedi soir, ambiance midinette jeunesse dorée endimanchée (20-40 ans). Trop de monde, donc je recommande plutôt en semaine le soir, ou alors à midi quand il fait beau pour profiter des tables exterieures. 

19) La Fonda del Polo (Baez 301, angle Arevalo) Quartier de las Cañitas (Belgrano). Y aller en bus ou en taxi. Bien plus BCBG que las Cholas, clientèle classe moyenne supérieure entre 30 et 50 ans. C'est un excellent endroit pour déguster de la bonne viande. Cadre classique brique, bois, parilla rustique. Confortable, silencieux, et service à la hauteur de l'endroit. Pour ce qui est de l'assiette, part généreuse, et je n'ai jamais été déçu par ce que j'avais commandé. Mon adresse favorite à las Cañitas. Comptez 50 à 60 ARS par personne (Sept. 2008).

20) Quimbombó (Costa Rica 4562). Quartier Palermo Soho. Metro Scalabrini Ortiz, ou bus, taxi. C'est l'endroit branchouille comme il faut en plein sur la place Malabia x Costa Rica. Le boom culinaire des années 2006-2008 dans la zone. Le restaurant est placé au 1er et 2ème étage d'un immeuble nouveau. L'intérêt d'un tel lieu est de pouvoir manger différemment, loin des sentiers battus de la comida porteña classique, plutôt à classer dans cuisine fusion avec légère tendance indienne (d'Inde) et végétarienne. Bref une fois de temps en temps pour sortir de l'éternel choix porteño "pâtes ou viande". En été prennez plutôt les tables qui sont sur la terrasse au 2ème. A midi ou le soir, toujours de la place sauf vendredi et samedi où il vaut mieux arriver avant 21h. Apres 23h souvent complet. Ambiance bambou, bois, musique techno lounge gentil, terrasse en deck avec parasol. J'aime l'ambiance tranquille, les plats sont savoureux, tendance grande assiette pour petite portion (le seul defaut que je leur trouve). Le chef et le patron du lieu c'est Daniel Martitegui. (l'ancien chef du Janio, qui fait face à 50m de là). Coté prix, comme ça sort de commun, il faut aligner plus que de coutume. Comptez entre 60 et 80 Ars par personne.  http://www.quimbombo.com.ar/

* resto gastronomique signifie que l'assiette compte bien plus que le cadre, mais tout de même dans un cadre agréable, propre, silencieux et service très correct.


Echoppes attrape neuneu de San TelmoLes conseils du Petit Herge :

D'une manière générale pour bien manger : Evitez les bouis bouis, cantines et restos de la calle Defensa à San Telmo. Des restos à neuneus à profusion à ne pas mettre les pieds. Complètement bourrés de neuneus qui "font" Buenos Aires en 48h.

Evitez les restos de Puerto Madero et de Recoleta ou vous paierez la location de leur pas de porte et non ce que vous avez vraiment dans l'assiette.

Dans le micro centre, évitez tout ce qui est sur Florida, Lavalle, Avenida de Mayo.

Ex : Del Anticuario (Defensa 963), encore bien au début des années 90, aujourd'hui, portion française dans l'assiette (c’est à dire minuscule), on vous pousse vers la sortie dès que vous avez terminé pour placer des nouveaux neuneus à votre place, et des prix (soit moins cher qu'en Europe, mais cher pour Bsas). Il n y a QUE des touristes dedans, par forcément européens, mais aussi des touristes chiliens, brésiliens, ou provinciaux.... les porteños n’y vont plus bien sur.

Autre exemple à fuir même si on y est invité Plaza Dorrego Bar ou El Balcón à San Telmo, totalement surfait, faux vieux, vieilles photos aux murs qui ne correspondent à rien, et bourrés en permanence de neuneux anglo saxons qui fait oublier que l'on est à Buenos Aires ! D'une manière générale, si vous avez en main un menu en anglais, vous le deposez sur la table et vous fuyez !!!

Un truc à savoir, dès qu'il y a un "rabatteur" dans la rue avec des prospectus pour vous inviter à venir manger dans le resto qui se trouve derrière lui, c'est forcement mauvais, car à Bsas, un Bon Resto se remplit seul ! Plus il y a du monde plus c'est bon, on ne gruge pas à deux fois un porteño, si il y a mal mangé une fois, il n y va plus, donc un resto vide est forcément mauvais. Si vous devez choisir entre deux restos l’un en face de l’autre ou accolés, choisissez toujours le plus bourré.


Boutique à Palermo Buenos Aires

D'autres articles à lire dans le Petit Hergé :

- Un restaurant gratuit à Buenos Aires.(Juin 2008).
-
Restaurant Cosmopolitain de Buenos Aires.(Juillet 2009).
-
Bar Le Merval de Buenos Aires.(Juillet 2009).
-
Retour page d'accueil
- Tout ce qu'il faut savoir avant de partir
- A savoir quand j'arrive à Ezeiza
- A savoir quand j'arrive à Buenos Aires
-
La province de Misiones
-
La mode argentine - Indumentaria Argentina
-
La province de Salta


Partager cet article

Published by Hergé - dans 3B - Manger
commenter cet article

commentaires

TUDELA 27/08/2010 19:32



Il faut aller aussi au New Brigthon, près Calle Florida et Avenida Corrientes : ancien magasin de chemises de 1910, lieu magique



Le Petit Hergé 17/09/2010 18:41



Le New Brighton, pour ceux qui veulent s’y rendre : Sarmiento 645. C’est vrai c’est un endroit à ne pas
manquer !!!  



Ph 20/06/2008 20:43

Si, au lieu d'aller au resto, vous voulez vous mettre à la cuisine argentine, il y a pas mal de sites intéressants.Mais citons deux blogs avec plein de recettes, pas seulement argentines, mais on y trouve quand même les plus traditionnelles : pionono (si vous n'avez pas goûté je recommande), pâtes fait maison (à mon avis les pâtes argentines sont bien meilleures que leurs pizzas) etc.Le premier en espagnol :http://lacocinadeile-nuestrasrecetas.blogspot.com/Le second, avec pas mal de recettes internationales, dont certaines en français : http://lacocinademyri.blogspot.com/Le tout arrosé d'une bonne bière Quilmes !Ciao, et bonne continuation (merci pour ton site).

Paddy 02/03/2008 22:36

Il y a une chose que je n'ai pas comprise à Buenos Aires. Avant de partir, j'avais lu que, immigration italienne obligeant, les bars et restaus argentins faisaient un café à tout casser.  Moi (enfin nous, on était deux) je l'ai trouvé particulièrement ignoble, à peu près partout. Plus proche du jus de chaussette américain du  nord que de l'espresso italiano. Qu'en est-il exactement ? Je n'ai pas eu de chance ?A signaler en passant, puisqu'on est à la rubrique gastronomie, un restau français qui a ouvert en novembre au coin des rues Defensa et Carlos Calvo (Si je ne me trompe pas de cuadra). Nous y avons mangé deux fois : très bonne adresse (D'accord, c'est à San Telmo, mais bon, hein), chouette décor, prix corrects. Chez, ça s'appelle, simplement. (Ceci n'est pas du copinage, on ne les connaissait pas, mais nous avons été emballés par l'accueil et l'assiette.)

Paul 26/08/2007 19:24

Dans la catégorie Restos à éviter, je déconseillerai aussi TRES fortement la plupart des restos de l'avenue Lavalle, dont la plupart se remplissent grace aux rabatteurs...On vous y sert des parillas vraiment mauvaises, sans parler des papas fritas ayant trop baigné dans l'huile de mauvaise qualité...Vraiment comme il est écrit plus haut, un bon resto à Bs

Le Petit Hergé 27/08/2007 01:30

Bonjour Paul, tu as parfaitement raison de signaler les restos attrape-neuneus des rues piétonnes Florida et Lavalle dans le micro centro. Il faut les fuir ! Je vais donc remettre à jour cet article, déjà bien vieux (21 mars 2006). A bientôt ! Hergé !
 

jeckel 02/09/2006 01:38

Pour manger la meilleure pizza du pays il faut aller a Guerin avenida COrrientes dans al capitale, elle existe depuis le début du siècle, c'est une valeur sure croyez moi !

Gilles 23/03/2006 09:46

Bonjour,Vous aimez les pizza en Argentine ? moi j'en ai essayé plusieurs mais j'en ai aimé qu'une (dans un pueblo pres de Puerto Madryn) mais surtout je trouve qu'ils mettent beaucoup trop de fromage au point que j'ai l'impression de manger une fondue savoyarde (bon faut savoir que ne mangeant pas de porc beaucoup de variétés de pizzas me sont "interdites")CiaoBon app'

Neo_Criolla 22/03/2006 15:32

J'en connais un de super boui-boui à Buenos Aires. Si mes souvenirs sont bons, cela s"appellait la pizzeria "Burjos" (ou Burgos?) située sur Cabildo à hauteur du subte Juramento environ. Dans le quartier de belgrano.On y mange des pizzas excellentes (car l'Argentine c'est aussi le pays de la pizza) servis par des serveurs âgées d'environ 60 ans et pesant en moyenne 120 kg... On mange dans des assiettes bien vieillottes et on se brûle les mains en voulant couper la pizza dans le plat... On en ressort avec une bonne odeur de graisse dans les cheveux, les vetements mais avec un certain plaisir d'avoir très bien mangé!! Par contre j'ai oublié les prix mais c'était très abordable !!

Se loger à Buenos Aires

 

Vous cherchez à vous loger à Buenos Aires ?

Contactez moi :

petitherge@hotmail.com

Pour Trouver Un Article Dans Le Petit Hergé Argentine

Cours du Peso Argentin

31 mai 2017

L'euro est à

► 17,95 ARS

L'usd est à

► 15,90 ARS