9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 19:23

Mise à jour : 09 juin 2015. Catégorie : Province de Buenos Aires.

 

La ville de Balcarce :

 

Un article spécial pour ceux qui pensent que la province de Buenos Aires n’est qu’une succession de pampa plate et monotone. En effet, la ville de Balcarce se trouve en plein dans le massif dit du « système de Tandilia ». Drôle de nom pour un massif, mais sachez que celui-ci a plus de 2,5 milliards d’années (je pèse bien mes mots) ce qui en fait un des plus anciens au Monde. Cela fait donc le bonheur des géologues en herbes. Nous sommes dans le Précambrien juste au début du  Protérozoïque… j’ai vérifié ! Il n’y avait pas encore d’oxygène dans l’air….

Une chaine de 340 km de long sur 60 km de large. Le plus haut sommet est à 524 m. C’est aussi dans cette chaine, qu’on a trouvé les restes les plus anciens de l’homme en Amérique. En effet si jusqu’á présent on a toujours prétendu que l’homme était arrivé en Amérique par le détroit de Béring il y a 14.000 ans, voila que quelques découvertes au Brésil et en Argentine (dont dans cette sierra) remet tout en doute. Nous y avons trouvé des traces de l’homme d’il y a 60.000 ans ! La controverse est ouverte et pour le moment aucune des deux théories ne remporte la majorité. Bref, pour les amateurs, des découvertes à faire dans cette sierra ou il y a de très nombreuses grottes !

Pour en revenir donc à Balcarce, qui se trouve juste au pied d’une des sierras du système de Tandilia (La sierra de Balcarce), vous comprendrez donc que c’est bien plus qu’une simple visite de la ville qu’il faut effectuer mais plutôt profiter de cet excellent point de départ pour aller explorer tous les alentours, varappe, escalade, randonnée, etc…  De quoi vous occuper quelques jours !

Photo : Vue de la région de Balcarce.

Photo : Plaza Libertad, la place principale de Balcarce.

Un peu d’histoire : 

Nous sommes à 416 km par la route au sud de Buenos Aires. Toute une région ou l’Espagnol n’a pas osé s’installer pendant l’époque coloniale. Bien trop d’indiens, et pas de richesses à convoiter. Les Espagnols y passaient de temps en temps pour chasser mais ne s’y établissaient pas. Il faut attendre l’indépendance du pays (1810) et c’est en 1827, que le gouvernement de Buenos Aires commence à donner des titres de propriétés aux colons qui s’y installent (à leurs risques et périls) puisque nous ne sommes pas encore dans une zone « pacifiée ». En effet les « araucanos » (venus du Chili) attaquaient les estancias et fuyaient ensuite se refugier dans la sierra.

Il faut attendre la fin du XIXème siècle, la fin de la guerre contre les indiens, pour que les nouveaux colons européens fraichement débarqués à Buenos Aires osent enfin venir s’y établir et fonder en 1876 le village de San José de Balcarce.

Etonnant de voir en l’espace de 15 ans une ville nouvelle champignon se former au milieu de la plaine au pied de la sierra, et se peupler rapidement. Entre 1876 et 1892, presque tout est fait, les rues, avenues, commerces, installations publiques,… En ces années d’explosion du capitalisme économique sauvage en Argentine, étonnant aussi de voir que le télégraphe (1884) et la principale banque (1884) furent ouverts avant l’église (1885). Ville jeune, peuplée de 4000 européens jeunes venant tenter l’aventure à l’autre bout du monde, et gonflés d’ambition pour y faire fortune. En 1892, le train de la ligne Ferrocarril del Sud entre en gare pour la première fois, provenant de la gare de Constitucion de Buenos Aires. C’est à nouveau un afflux de migrants qui fait passer la population à 8.000 habitants.

Autre coup d’accélération en 1903 quand la société française Société des Grands Travaux de Marseille décroche le marché de construction du Port de Quequén, elle lui faut du granit, et on vient le chercher justement dans la sierra. Ce qui provoque une demande de main d’œuvre qui fera encore grossir la ville de Balcarce. On passe à 20.000 habitants en 1914. La progression se poursuit jusqu’à la fin des années 40 ou Balcarce atteint les 30.000 habitants. Mais très proche, à 64 km, la ville de Mar del Plata grossit plus vite et on assiste à partir des années 50 à un déplacement de population vers cette nouvelle station balnéaire alors en vogue pour la classe moyenne. Ce n’est qu’á partir des années 80, que Balcarce se peuple à nouveau et héberge aujourd’hui 44.000 habitants.

Photos : De haut en bas, un magasin général de Balcarce vers 1900, la mairie de Balcarce, et une Talbot de 1950 du musée Fangio.

Photos : Vue sur la Laguna Brava.

Balcarce aujourd’hui :

Aujourd’hui les carrières de granit sont fermées, et l’industrie est réduite. L’économie est donc centrée sur l’élevage, la foret (plantation d’eucalyptus sur plus de 300 hectares) et l’agriculture. Depuis quelques années, le tourisme est en plein développement. C’est grâce à la proximité de la Laguna La Brava qu’on a pu développer les sports nautiques. Quant à la Sierra del Abra toute proche, c’est le trekking et le parapente qu’elle concentre.

Sans aucun doute, la personne la plus emblématique de la ville reste Juan Manuel Fangio (1911-1995), un des plus grand pilote automobile de tous les temps, il a gagné 5 championnats du monde entre 1951 et 1957. Il est né à Balcarce et y a vécu une grande partie de sa vie. Il est enterré dans le cimetière de Balcarce.

 

Son passage a donc laissé des traces dans la ville, tout d’abord une excellente piste de circuit, l’Autodrome Juan Manuel Fangio (1972), qui propose plusieurs compétitions par an. Enfin le Musée Manuel Fangio, financé par Mercedes, qui propose surement le plus grand musée automobile d’Argentine. Y sont présentés bien sur les bolides sur lesquels Fangio a couru tout au long de sa vie, mais aussi des voitures particulières récupérées au fil des années dans les environs !

Les quelques éléments à voir à Balcarce, sont le Cerro El Triunfo qui est un parc au sud de la ville. Le point panoramique El Mirador, sur la sierra La Barrosa, ou est installée une énorme croix. Très beau panorama sur la ville. Quant au Musée Fangio il n’est absolument pas à rater !

Photos : Entrée du Parc Municipal Cerro El Triunfo. Intérieur du Musée Fangio. 

   

Photos : Chevrolet et Ford au Musée Fangio.

Les Conseils du Petit Hergé :

Vous avez décidé de louer une voiture à partir de Buenos Aires pour faire une boucle de 1500 à 2000 km dans le sud de la province. Vos roues vont vous déposer certainement à Balcarce. 2 journées sont suffisantes à Balcarce en y joignant des randonnées, ou alors vous êtes un mordu des sierras qui l’entourent et dans ca cas la, alterner aussi parapente et randonnées un peu plus ardues avec visites de quelques grottes. Randonnées à cheval ou tour en barque sur les lacs environnants. Vous êtes plongés à fond dans la campagne et surtout totalement hors des sentiers battus. A découvrir aux alentours dans un rayon de 100 km : Sierra de los Padres, Necochea, Mar del Sur, Tandil, Mar del Plata et Laguna Brava.

Photo : Mais oui il y a encore des dinosaures ! En tout cas il y en a un dans le Parc Municipal Cerro El Triunfo.

 |

Photos : L'entrée du Musée Fangio à gauche. La Cathedrale de Balcarce au centre, l'entrée du cimetière à droite.

A lire aussi dans le Petit Hergé :

      

 
 
 
 
 
 
 
 

Partager cet article

Published by Le Petit Hergé - dans Province de Buenos Aires
commenter cet article

commentaires

Michel T. 11/06/2015 19:43

Hello,
Impressionnant les 2,5 milliards d'années !! Aussi, le musée Fangio doit être vraiment sympa.

Pour le fun, Balcarce est aussi le nom d'un quartier super vivant (le soir) à Salta ...

Se loger à Buenos Aires

 

Vous cherchez à vous loger à Buenos Aires ?

Contactez moi :

petitherge@hotmail.com

Pour Trouver Un Article Dans Le Petit Hergé Argentine

Cours du Peso Argentin

02 mai 2017

L'euro est à

→ 16,70 ARS

L'usd est à

↓ 15,20 ARS