27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 18:29

 Mise à jour : 25 mai 2014. Article original : 27 mai 2008

San Miguel de Tucumán 
En dehors du centre ville

Pour ceux qui disposent d’une voiture ou tout simplement qui ont un peu plus de temps et qui peuvent se servir des lignes de bus urbains, voilà quelques idées de visites et d’excursions en dehors du centre ville. Un bon nombre de balades dans les quartiers périphériques ou dans les alentours. N’hésitez pas à sortir des sentiers battus. L’avantage de ces villes de taille moyenne et d’être vite à la campagne. La ville de Tucuman est entourée de sierras très verdoyantes, et de suite en altitude vous sentez l’air bien plus frais en été. Les jungles sont à portée de la main. Inutile de déménager, gardez votre hébergement en ville et partez pour des journées d’excursion dans un rayon de 30 km. Si vous avez besoin de renseignements plus précis, n'hésitez pas à me contacter sur : petitherge@hotmail.com

1 – El Parque 9 de Julio :

 

On l’appelle aussi le Parque Centenario puisqu’il a été créé pour le centenaire de l’indépendance du pays en 1916. Pour le former, il a fallu exproprier entre 1906 et 1910, 400 hectares de terrain déjà plus ou moins occupés par des constructions et des chacras.  100 hectares ont été réservés à la création du parc en lui-même, alors que les 300 autres ont pu être ré-urbanisés. C’est à nouveau le français Charles Thays (déjà connu pour les parcs de Palermo à Buenos Aires et le Parc Sarmiento à Córdoba) qui a été appelé pour le dessiner. Le parc compte les installations de la Société Rurale, un lac artificiel, le Palais des Sports, l’Autodrome, le terrain de polo, la roseraie et bien sur l'horloge florale. Il a été inauguré le 23 septembre 1916, et depuis toutes les fins de semaines, les Tucumanos l’envahissent. C’est le lieu de rendez vous idéal pour le samedi et dimanche après midi. 

2 - La Casa del Obispo Colombres :

Restons dans le Parque 9 de Julio. Cette construction date de la fin du XVIIIème siècle (rénovée en 1913) et donc antérieure à la création du parc. La Casa date de la période coloniale espagnole, elle appartenait à l’Obispo Eusebio Colombres (1778-1859)(Evêque). Ce fut le premier à se lancer dans la production de sucre à partir de la canne. Ce qui explique qu’aujourd’hui cette demeure s’est transformée aussi en Museo de la Industria Azucarera. La canne a sucre et son exploitation a été pendant tres longtemps (aujourd’hui encore) la principale industrie de la province. Le musée expose des meubles de l’évêque et explique aussi toute l’histoire du développement de cette industrie à Tucuman depuis 1821. Je recommande d'y aller jeter un œil. La maison est classée monument historique depuis 1941.                                 

3 – Museo de Ciencias Naturales  : (Miguel Lillo 251).

Le musée se nomme aussi Museo Miguel Lillo (MUL). Insectes, minéraux, paléontologie et arboretum. Le musée est installé sur un hectare et entouré par le jardin botanique créé par le botaniste Miguel Lillo à partir de sa propre collection. Le musée a pris un coup de jeune avec la rénovation totale de toutes ses salles en mai 2010. Donc allez y ! 

Vidéo : Musée des Sciences Naturelles de Tucuman. (Image : La Gaceta) Mai 2010. 5 mn.

4 –  Le Teatro San Martin : 

 

En 1908, le gouverneur de Tucuman Luis F Nougues fait promulguer une loi qui donne l’autorisation à un impresario du spectacle Faustina Da Rosa de construire sur le Boulevard Sarmiento, 3 édifices. Un Hotel (Le Savoy), un Casino et un Théâtre (L’Odeon). En 1912, les travaux sont achevés et le plus grand des théâtres de la ville ouvre ses portes le 18 mai 1912. Il a été dessiné par les architectes Hughe et Colmegna.. Il est racheté en 1945 par la province de Tucuman. Il ferme ses portes en 1951, et reste fermé ensuite quelques années avant d’être rénové et ré inauguré en 1959 en prenant le nom de Théâtre San Martin. Il sera une dernière fois rénové et agrandi en 1979. Vous le trouvez sur Boulevard Sarmiento à l’angle avec la calle Muñecas.(Sarmiento 601).

5 – La Legislatura :

 

Très proche du Teatro San Martin, c’est l’un des trois bâtiments construits par l’impresario Faustina Da Rosa. Il s’agit en fait de l’ancien édifice du Casino construit en 1911 toujours par les mêmes architectes Louis Hughe et Colmegna. En 1983, juste à la fin de l’époque militaire, il est transformé pour recevoir la Legislatura (pouvoir législatif provincial). Il se trouve sur Sarmiento 655.

6 - Yerba Buena :

 

Si autrefois on considérait que Yerba Buena était hors les murs, voilà qu’après sa rapide extension des années 1990, aujourd’hui on peut la considérer comme la banlieue résidentielle de Tucuman. C’est le quartier chic qui regroupe les restaurants, bars et discothèques à la mode. Coté nature, à voir tout autour en parc : Parque Sierra de San Javier, Parque Aconquija, Reserva Experimental de Horco Molle, Parque Percy Hill.

Enfin coté shopping, c’est aussi le quartier ou se trouvent les 3 centres commerciaux de luxe de la ville : Yerba Buena Shopping, Shopping Solar del Cerro et le Portal Tucuman Shopping.

 

Vidéo : Tour d'horizon de la province de Tucuman. (Images Province de Tucuman) 2008. 7 mn 17 s. 

Aux alentours de Tucuman :

7 - Lules :

Au sud de Tucuman, le petit village de Lules a été édifié autour de son église à partir de 1851. C’est le royaume de la culture de la fraise. Il faut aller voir dans ce village le sanctuaire de la « Reduccion » on y vénère la « Vierge de la Vallée » tous les 8 décembre (fête à ne pas manquer). Sur les hauteurs, la Quebrada de Lules, paysage superbe, des forets, pour les amateurs de la flore et de la faune. Enfin à 2km du village sur RN 38, les ruines de San Jose de Lules, c’est un ensemble jésuite qui fut le premier collège du pays. Il a été déclaré monument historique provincial en 1944. Les jésuites au XVIIIème siècle y ont cultivé pour la premiere fois la canne à sucre. 

8 - San Pablo : 

La localité de San Pablo est situé à 12 km au sud-ouest de Tucuman par la route 380. C’était un village totalement employé par son centre industriel de transformation de la canne à sucre. Avec l’arrivée du chemin de fer en 1876, elle commence à toucher son apogée à la fin du XIXème siècle et début du XXème. Puis les crises affectant l’industrie sucrière dans les années 1970 fait chuter l’activité, et l’usine tombe peu à peu dans l’oublie pour fermer définitivement en 1989. Restés depuis à l’abandon, les bâtiments sont tombés en ruine. En 2007, création de l’Université privée laïque de San Pablo-T (USP-T) qui s’installe dans le « Chalet » de l’Ingenio San Pablo. Il y a aussi une égñise dans le parc proche du chalet.

9 - Sierra San Javier :

A 26 Km plein ouest de Tucuman. Bien entendu un des meilleurs points de vue de la ville puisque vous passez à 1.220 m d’altitude au niveau du Christ Rédempteur qui surplombe la ville. En suivant toujours la RP 340, vous arriverez à Villa San Javier qui est un petit village très prisé le week-end. La route traverse le Parque Biologico Sierra de San Javier. A voir absolument, vous serez en pleine forêt ! Un bon bol d’air frais ! Poursuivez sur la RP 338 jusqu'á Villa Nougues, la petite Suisse de Tucuman, charmant ! 

10 - Tafi Viejo :

A 20 km au nord ouest de Tucuman, Tafi Viejo, petite ville de 40.000 habitants, c’est à la fois la capitale du citron (la plus grosse industrie de la ville) et aussi le berceau des chemins de fer dans le NOA. Pour le citron ainsi que les autres agrumes, la région produit et exporte dans le monde entier. Le festival du Citron (Festival del limon) est reconnu et a lieu tous les ans à la mi-novembre. Pour 2014, nous attendons la 44eme édition du Festival les 15 et 16 novembre. C’est l’occasion de connaitre le folklore de la province de Tucuman. Tafi del viejo c’est aussi sa gare, mais aussi ses ateliers mécaniques de construction, de réparation et d’entretien qui depuis les années 1980 sont presque à l’arrêt. Pourtant la fierté des cheminots de Tafi font perdurer l’intérêt et l’amour de « l’art ferroviaire ». Les « Talleres Ferroviarios del Estado » existent depuis le début de leurs constructions en 1902 et inaugurés en 1910. En 1950, ces ateliers étaient parmi les plus grands d’Argentine, comptait près de 6.000 ouvriers qui produisaient chaque mois, 24 wagons de marchandises, 11 de voyageurs et 2 locomotives a vapeur. Avec le début de privatisation des voies ferrées et des installations durant l’époque de Menem en 1994 le déclin de l’activité des ateliers est irréversible. En 1996, tout est fermé. En 2003, il ya  essai de ré-inauguration qui se solde par un échec, puis un second en 2008 qui suit la même voie. Pour les amoureux des vieux trains, sachez qu’il y a une association bien vivante, la « Asociación Amigos del Museo y los Talleres Ferroviarios de Tafí Viejo », on peut y voir de vielle locomotives.

 

Les conseils du Petit Hergé :

Si vous n'avez pas de véhicule propre (Nettoyez le ! Hahaha elle est bien bonne celle là !), vous pouvez quand même aisément vous déplacer aux alentours de Tucumán en colectivo (bus urbain). Pour tout ce qui est dans le parc 9 de Julio, ou aller vers les quartiers Nord, ou même aller trainer du coté de Yerba Buena, c’est même possible à pied si vous êtes de bons marcheurs urbains. Compter au moins 2 journées tranquilles pour découvrir les alentours de la ville sans trop forcer. Au total pour la ville et ses alentours, réservez vous 4 nuits et 3 jours sur place. Pour l’hébergement, un très large choix sur San Miguel de Tucumán, ou alors profitez au moins d’une nuit sur Villa Nougués. (Un peu de verdure vous fera du bien !).

A lire aussi dans le Petit Hergé :

      

Partager cet article

Published by Le Petit Hergé - dans 02 - Tourisme
commenter cet article

commentaires

bobic 29/05/2008 02:00

bonjour hergé, quel plaisir de te voir parler de tucuman. J'aime bien surfer sur ton site de temps en temps, il est vraiment complet. j'aimerai rajouter, pour l'histoire de tucuman, qu'elle est aussi le berceau des fameuses empanadas, en effet j'ai appris que son origine provient d'un petit village, à qq km au SUD de tucuman, s'appelant FAMALLA. Je pense que cette information detient un caractère important étant donner que ce délicieux chausson représente une des spécialité culinaire principale de l'argentine ( apres la viande  bien sur ), et au moins certains ne pourront pas se l'aproprier ( comme les Uruguayens avec GARDEL, même si tu sais q je n'ai riencontre les uruguayen...ne ).encore félicitation pour ton site, et je te donne RDV début juillet pr un asado a buenos aires...a +loris 

Le Petit Hergé 29/05/2008 19:46



Bonjour Bobic,


Huy ¡ Commencer à se demander d’où vient la empanada, va ouvrir la porte à une multitude de réponses diverses,
dans lesquelles chaque province va se prévaloir de l’avoir elle même inventé. Donc je m’abstiens….


Ce qu’il faut savoir, c’est que l’empanada existe depuis la nuit des temps en Espagne (plus petite qu’en
Argentine), et qu’il y a de fortes chances que celle-ci y soit arrivée d’Afrique du Nord avec les arabes il y a plus de 1000 ans. Mais bon…. Donc pour ce qui est de Tucuman, je doute fort qu’il y
a un siècle ou deux, un(e) brave tucumano(a) ait inventé le fil a coupé le beurre. Pour ce qui est de Gardel et de sa naissance….. Ça devient un sujet « chaud » mais qui pourrait
devenir le sujet d’un article. A chaque fois que je sors le sujet devant mes amis uruguayens, c’est à peine si je me fais lapider. (Ca ne va pas leur faire plaisir, mais Gardel est bien né à
Toulouse). Pour l'asado, c'est quand tu veux en juillet ! Hergé !


 



Se loger à Buenos Aires

 

Vous cherchez à vous loger à Buenos Aires ?

Contactez moi :

petitherge@hotmail.com

Pour Trouver Un Article Dans Le Petit Hergé Argentine

Cours du Peso Argentin

31 août 2017

L'Euro est à

↑ 20,65 ARS

L'USD est à

↑ 17,15 ARS