7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 18:00

Mise à jour : 07 septembre 2014 / 07 octobre 2007. Catégorie : Province de Salta.

Les alentours de la ville de Salta :

Après les trois articles concernant la ville de Salta,

- Tout ce qu'il faut savoir sur Salta.

- A visiter dans la ville de Salta.

- Le Cabildo de Salta.

Voila celui ci qui va vous faire découvrir les alentours, une voiture est hautement recommandée, si vous n'en avez pas loué, il vous reste le taxi, très accessible financièrement si vous êtes plusieurs.

Comptez deux bonnes journées pour la visite des alentours.

 

Villa San Lorenzo :

Appelée aussi Villa San Lorenzo, c'est une commune très proche de Salta située à 8 Km au nord ouest de celle ci. Crée le 17 août 1917, San Lorenzo a toujours été un village de villégiature pour la petite bourgeoisie de Salta qui y vient passer les fins de semaine ou les vacances. Légèrement installée plus haute que Salta (1.450m contre 1.187m pour Salta), elle offre un climat plus doux en plein été. Très peu d’habitants pendant la semaine (6.000 hab.), elle se remplit bien vite dès le vendredi soir. Quelques bâtiments à voir sur place comme le Castillo de San Lorenzo qui à été converti en hôtel et restaurant, la Iglesia de San Lorenzo ou le Mercado Municipal (vous y trouverez un feria de produits artisanaux). Vous pouvez bien imaginer que la principale activité de ce village est le tourisme mais aussi la production de quelques fromages, empanadas, humitas ou tamales, bref allez y pour vous y restaurer ou alors déplacez vous un dimanche pour profiter de l'ambiance des grands jours. Si vous y passer en août, la grande fête c’est le 16 août, on célèbre le patron du village !

Comme le village est accolé a une montagne (La Quebrada de San Lorenzo), à partir du centre prenez la rue (vers le nord ouest) qui se transforme en route vers celle ci, le paysage est superbe. Le "Castillo" est placé le long de cette route. Vous pouvez déjeuner sur les hauteurs de la Quebrada par exemple au "Duende".

- Page de Wikipedia sur la Villa San Lorenzo (En espagnol).

- Géolocalisation de la commune de Villa San Lorenzo sur Wikimapia.

 

La Finca Castañares :

Au nord de la ville de Salta, proche de l'Université National, aujourd'hui englobé dans la banlieue, se trouve la Finca Castañares, qui est une grosse maison de campagne, qui a pour intérêt d'avoir hébergé l'armée du Général Belgrano la veille de la bataille de Salta, le 20 février 1813. La ville de Salta était occupée par les forces royalistes espagnoles et Belgrano provenant de Tucuman avec ses "patriotas" (terme officiel argentin pour désigner les insurgés s'étant rebelés contre le pouvoir espagnol) attaquèrent la ville par le nord. Apres 3 heures de bataille, les espagnols se rendirent et Belgrano pu entrer dans la ville. 481 morts coté espagnol, 103 morts coté "patrotes". Intérêt donc historique, la maison est préservée tout comme un parc l'englobant, malheureusement tous les alentours ont été lotis et construits, on a donc du mal a imaginer qu'au XIXème siècle nous nous trouvions en pleine campagne et sur un champ de bataille ! La finca est déclarée monument historique depuis 1941. A l’intérieur, un musée retraçant la bataille (1813), les luttes avec Jujuy (1834), et l’invasion de Felipe Varela (1867), bref une bonne base pour connaître l’histoire de Salta. Le musée est ouvert du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30, fermé les samedis et dimanches.

- Article sur les fouiles archéologiques dans la Finca Castañares en septembre 2013. (En espagnol)

- Géolocalisation de la Finca Castañares sur Wikimapia.

 

El Parque 20 de Febrero :

Toujours au nord de la ville, en 1900, le paysagiste français Charles Thays ( celui qui a dessiné les bois de Boulogne et de Vincennes à Paris, mais aussi le bois de Palermo à Buenos Aires) arrive à Salta pour s'occuper de monter un parc à la gloire de cette victorieuse bataille contre les troupes espagnoles. Grand de 4 hectares, il est aussi dénommé Parque Belgrano au milieu duquel l'année suivante est placée la statue du sculpteur catalan Torcuato Tasso representant le "Monumento 20 de Febrero".

- Article sur le monument du 20 de Febrero. (En espagnol)

- Géolocalisation du Parque 20 de Febrero sur Wikimapia.

 

El Fuerte de Cobos :

Située dans le departamento de General Güemes, j'ai placé tout de même cette visite dans la page de Salta, car très facile d'accès à partir de la ville.

Cobos est un tout petit village de moins de 1.000 hab. situé sur la RN9 à 40 Km du centre de Salta (une voiture est indispensable). C'est un très vieux village puisque certaines "casonas" (maisons) datent du début du XVIIIème siècle. Les espagnols pensaient au tout début de la colonisation y placer la ville de Salta qui devait porter le nom de San Clemente de la Nueva Sevilla, mais devant les attaques incessantes des indiens provenant du Chaco, ils durent abandonner cette idée et placer la ville plus à l'ouest. La principale rue est bordée de maisons à galerie posées sur des trottoirs extrêmement haut (les pluies en été sont très fortes). Après l’abandon d’y fonder une ville, les espagnols décidèrent tout de même d’ériger un fort en 1690, ce fort existe toujours et peut se visiter. Il est situé à 500 m de la rue principale du village sur une petite hauteur à 800m d'altitude ce qui permet a partir de son balcon d'avoir un tres bon point de vue sur la région. En 1733 lwe gouverneur Juan de Armasa y Arregui fait agrandir le fort, ce qui explique l'inscription au dessus de la porte principale : "Año D este fuerte lo hiso el S. S. Dn. Jn de arman 1.733 so y aregi sie Do Gor y Capitán Gel". Pueyrredon en 1816 pendant les guerres de libération, demanda à Güemes d’occuper le fort pour protéger Salta d’attaques possibles de troupes espagnoles. Après les guerres d’indépendance, le fort fut reconvertit en ferme. Il possède deux niveaux avec balcon et abrite aujourd’hui un musée retraçant à la fois les guerres contre les indiens et contre les espagnols. Le fort est déclaré monument historique depuis 1941.

- Article sur le Fuerte de Cobos de Wikipedia en espagnol.

- Géolocalisation du Fuerte de Cobos sur Wikimapia.

 

La Finca La Cruz

Un peu difficile d'accès car à 25 Km de Salta au Sud Est par une route en terre (si il a plu dans les dernières 48h, évitez d'y aller, la finca est tout de même à 2800 m d'altitude). Tout comme le Fuerte de Cobos, son principal intérêt est historique, puisque la Finca servit de base arrière pour la guérilla pendant la période 1816-1821 contre les troupes espagnoles, cette demeure appartenait à la famille du Général Güemes et date possiblement du tout début du XVIIIème siècle. Un des premiers propriétaires fut le beau-père du Général Güemes, José Francisco de Tineo qui la passa ensuite à Napoléon Güemes en 1843, et demeura à la famille jusqu’en 1887. Le bâtiment a deux niveaux, dont le supérieur possède une galerie balcon en bois. Déclaré monument historique national en 1941, aujourd’hui y fonctionne le « Museo de la Vida Rural Salteña » administré par Ernesto Gorena. Le musée est ouvert du mardi au dimanche de 09h à 18h. Fermé le lundi.

En continuant la même route de terre, 10 Km plus loin vers le sud, vous arrivez à la Capilla del Chamical, construction datant de 1818. D'après certains historiens le 17 juin 1821 la dépouille du Général Martín Miguel de Güemes fut déplacée dans cette chapelle et le lendemain enterré dans le cimetière. Ce n'est qu'en 1823 que le corps du général fut exhumé pour être conservé dans la Cathédrale de Salta.

- Géolocalisation par Wikimapia de la Finca la Cruz.

 

La Finca Carmen de Güemes

Il s'agit d'une ancienne maison de campagne que le Général Güemes acheta en 1817.

Le terrain appartenait jusqu'alors à Pantaleón Aguirre qui la céda en août 1817 à Martin Miguel de Güemes alors gouverneur de la province de Salta. Pendant un temps, l'établissement prit le nom de Carmen en l'honneur de la femme du gouverneur et pu abriter la cavalerie gaucha des "patriotes" pendant les guerres contre les espagnols. A la mort du général la propriété passa aux mains de son fils, puis petits fils qui la céda à la province pour y installer une école agricole. La maison a un intérêt architectural, puisque c'est une construction typique de l'époque coloniale, la partie avant a gardé son style original début XIXème. Structure en bois complétée par des murs en brique pleine recouverts de chaux, couverture en tuile sur charpente en bois. Alors que la partie arrière du bâtiment date du début du XXème en style italianisant.

A 7 km au sud ouest du centre de Salta. Emplacement : Sud 24º49'49" Ouest 65º26'54"

- Article sur la restauration de la Finca en février 2013.

 

A lire aussi dans le Petit Hergé :

   

Partager cet article

Published by Le Petit Hergé - dans Province de Salta
commenter cet article
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 20:34

Mise à jour : 25 juillet 2014. Catégorie : Province de Salta.

nullLe train des nuages de Salta :

 

Le train des nuages de Salta, tout un programme dans le titre, pourtant derrière ce nom se cache une réalité un peu moins poétique. En effet depuis maintenant des années, le service du « train des nuages » se désagrège au fil de ses allers retours vers le viaduc de la Polvorilla. Aucun entretien des voies ferrées, pire aucune inspection des ponts et viaducs métalliques ou certains boulons brillent par leurs absences. Enfin, le matériel roulant usé jusqu’à la corde se traine encore le long des 170 km de voies encore empruntées de la section dite C-14.

Une fois de plus le samedi 19 juillet, un nouvel incident aura fait prendre conscience aux 350 passagers ayant chacun payé entre 120 et 140 USD (peut être le prix qu’ils estiment de leur propre vie) que le rêve peut se transformer en cauchemar. Cette fois ci, par chance, aucun blessé grave.

  null

nullVoici les faits du samedi 19 juillet :

 

« Ce qui devait être une excursion tant attendue aurait pu devenir une catastrophe ». Ce sont les termes employés par un homme dont le visage reflète la fatigue. Il faisait partie d’un groupe qui était resté sept heures et demie bloqué dans un tunnel et qui dut marcher pendant 4 heures pour réaliser seulement  8 km à presque 4.000 m d’altitude. A 12h30, ce samedi 19 juillet 2014, le train a déraillé (une fois de plus) mais cette fois ci dans un tunnel d’une longueur de 750 m. Il s’agit du tunnel nº12 situé a une altitude exacte de 3.890 m au lieu dit de la « Bomba » proche du viaduc « El Muñal ». Nous ne sommes pas loin du Km 107 de la route National 51, unique voie de communication pour aller rechercher les « naufragés ».

En fait 4 wagons ont déraillé dans le tunnel pour se coucher légèrement contre ses parois. Les passagers ont alors commencé à paniquer. Les employés de « Ecotren » (société responsable du service) n’avait pas du tout l’air préparés à devoir faire face a ce genre de situation (surtout qu’ils n’en sont pas à leur premier déraillement).

Pendant les premières 40 minutes les passagers ne purent ouvrir les fenêtres et furent donc soumis a respirer l’air contaminé émanant de la locomotive diesel qui elle n’avait pas arrêté ses moteurs.  La décision d’évacuation vint de la désespérassions d’un voyageur qui décida de sortir par ses propres moyens devant la passivité totale des employés. Voila donc un petit groupe de passagers qui se frayèrent un chemin (par une température de -6ºC) en se dirigeant dans l’obscurité la plus totale vers la lumière du jour provenant par l’extrémité du tunnel.

Peu à peu, les autres passagers par petit groupe descendirent des wagons et se dirigèrent seuls dans le tunnel pour rejoindre l’extérieur.

Une fois sortie du tunnel, ils se dirigèrent en direction de la route qui passe dans une ancienne gare désaffectée à 8 km de là, ou plusieurs heures après, le groupe de gendarmerie de haute montagne vint à leur rencontre en camions. D’après la Gendarmerie, l’opération de sauvetage fut un succès totale et rapidement menée. Les passagers quant a eux, présentent une autre version des faits ou le manque de professionnalisme des employés de Ecotren combiné à la lente arrivée de la gendarmerie et du manque de matériel de ces derniers permet de montrer une fois de plus l’amateurisme ambiant de certains services touristiques offerts dans la province de Salta.

 

Par chance, on ne déplore aucun blessé grave, seulement des symptômes du mal des montagnes, et d’un stress lié à un périple de plusieurs heures ou les passagers furent livrés à eux-mêmes.

Un seul camion de la gendarmerie était venu pour les sauvegarder, il fallut attendre encore quelques heures pour des mini bus viennent rescaper les touristes et les descendre sur Salta ou ils arrivèrent a 19h30. (le soleil se couche a 18h en ce moment). Par chance, les touristique purent se faire rembourser leurs billets. Je dis « par chance » car pour un cas similaire l’année dernière, les passagers durent se battre (presque physiquement) une fois à Salta pour retrouver leur mise de départ !

  null

nullCe n’est pas de ma faute, c’est l’autre !

 

Les rails appartiennent à la province de Salta, le matériel roulant à une autre entreprise (Belgrano Cargas), quant au personnel de service et « guides » dans le train, ils sont d’une autre société Ecotren. A ce sujet, dès le mercredi suivant (23 juillet 2014), le site de Ecotren change sa page sur internet pour publier ce message des plus comiques :

 

Miércoles, 23 de julio de 2014. Comunicado de prensa

 

En la tarde de ayer conocimos la decisión del Gobierno de la Provincia de asumir por parte del Estado la gestión del servicio turístico denominado Tren a las Nubes.

Desconocemos todavía las condiciones de dicha medida y su consecuencia en el vínculo contractual que nos une con el Estado Provincial por lo que aguardaremos hasta conocer las mismas y sus implicancias en nuestros derechos y obligaciones.

En cuanto al incidente que sufriera el servicio el día sábado pasado ratificamos que obedeció a cuestiones ajenas a la responsabilidad de la empresa.

Esperamos contribuir en lo que esté a nuestro alcance para que en el marco de diálogo anunciado por el Gobierno se resuelva lo mejor para los trabajadores y para la Provincia de Salta.

Ecotren S. A.

 

Le passage en gras est des plus stupéfiants : « Quant à l’incident qui a affecté le service du samedi passé, nous précisions qu’il fut causé par des faits n’affectant pas la responsabilité de l’entreprise ! » Les passagers doivent surement trouver des plus comiques cette déclaration.

 

Deux excellents articles en espagnol dans le quotidien Clarin du 21 juillet 2014 : http://www.clarin.com/sociedad/odisea-pasajeros-varados-Tren-Nubes_0_1178882203.html

Et surtout celui : http://www.clarin.com/sociedad/Caminamos-kilometros-gente-mayor-chicos_0_1178882204.html

Où les passagers expliquent que les employés de Encontren avait l’air plus « désorientés » que les passagers eux mêmes. Parmi les passagers, il y avait aussi des hommes et des femmes n’ayant absolument pas habitué à devoir marcher a 4.000 m d’altitude, des enfants, des personnes âgées (la plus âgée de 84 ans), ainsi que deux aveugles.

  

 Vidéo : A l'arrivée des rescapés en bus a Salta au soir du 19 juillet 2014. 4 mn 33 s.

nullLes répercussions de l’affaire :

 

Le 20 juillet 2014 : Le train des nuages du 20 puis du 21 sont annulés,

Le 22 juillet 2014 : Ecotren suspend pour une période indéterminée ses services du « Train des Nuages » (O ! Plus près de toi seigneur !)

Le 23 juillet 2014 : Le gouverneur de Salta Juan Manuel Urtubey prend la décision de ne pas laisser partir le train des nuages au moins jusqu’à octobre pour réviser tous les wagons et les locomotives de l’entreprise Belgrano Carga. Ils seront révisés aux ateliers situés dans la ville de General Güemes.  D’autre part, la province de Salta met fin à la concession de Ecotren (qui était valide jusqu’en 2026) pour prendre contrôle direct sur les services de commercialisation de l’entreprise. On parle de nationalisation (ou plutôt de provincialisation) de l’Ex Ecotren dans les 30 prochains jours.

nullConseil du Petit Hergé :

 

Comme vous pouvez l’imaginer je recommande pour ceux qui tiennent à leur vie de ne pas prendre le train des nuages. Pour le moment et au moins jusqu’à octobre, les services sont de toute façon interrompus. Ensuite on verra ! La Province de Salta va t’elle réellement reprendre la société à sa charge ? Une vérification des voies sera-t-elle faite ? Une révision du matériel roulant réellement effectuée ? En attendant, Salta est une région très riche historiquement et naturellement à découvrir. Donc vous avez de toute façon de très nombreuses possibilités à la fois en ville et dans le reste de la province pour vous occuper des semaines entières.

A lire aussi dans le Petit Hergé :

   

Partager cet article

Published by Le Petit Hergé - dans Province de Salta
commenter cet article

Se loger à Buenos Aires

 

Vous cherchez à vous loger à Buenos Aires ?

Contactez moi :

petitherge@hotmail.com

Pour Trouver Un Article Dans Le Petit Hergé Argentine

Cours du Peso Argentin

20 octobre 2017

L'Euro est à

↑ 20,70 ARS

L'USD est à

↑ 17,25 ARS