29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 16:12

Mise à jour : 29 avril 2012.

Résultats définitifs du second tour des élections françaises sur le continent Américain :

Les résultats du second tour des élections présidentielles françaises en Amérique du sud sont à consultés sur :

Résultats du second tour en Amérique.

nullRésultats du premier tour des Elections Françaises en Amérique du Sud :

 

Voici les résultats des votes des français d’Amérique du sud (Argentine –Uruguay – Chili - Brésil) pour les élections présidentielles françaises du 1er tour du 22 avril 2012 :

 

Pour l’Argentine, les votes se sont effectués dans trois bureaux de vote. A Buenos Aires à l’ambassade de France (Cerrito 1399), ainsi que dans les Alliances Françaises de Córdoba (Ayacucho 46) et de Mendoza (Chile 1754).

 

En Argentine, on vote à droite (52,59%) et Sarkozy arrive en tête avec 36,98% des voix, suivi de Hollande avec 31,05%. A noter, le vote très bas de l’extrême droite qui ne recueille en Argentine que 6,32 % et en Uruguay que 6,29 %. En effet, ici les étrangers ne font pas peur aux français puisqu’ils vivent avec, quant à la globalisation ils y sont confrontés tous les jours. Nous sommes donc loin d’être perméables aux arguments sécuritaires, nombrilistes et racistes du Front National. Les français de l’étranger étant de nature plus ouverts que les autres.

Photo : Ambassade de France à Buenos Aires.

null

Voici le tableau des résultats des 3 centres de vote des français en Argentine :

14128 français inscrits sur les listes électorales en Argentine, 3091 se sont déplacés et ont voté, soit un taux de participation de 21,88%. Ce chiffre parait bas par rapport aux chiffres de Métropole, mais n’oublions pas que les distances sont ici importantes et qu’il n’est pas facile de se déplacer si on se situe à plus de 1000 ou 2000 km de son point de vote !

Photo : Du jamais vu, une queue aussi longue de français en dehors de l'ambassade de France à Buenos Aires pour aller voter. Le matin du samedi 21 avril 2012.  

 

Buenos Aires

Córdoba

Mendoza

 Total Argentine

Nombre d’électeurs inscrits à l’ouverture du scrutin :

12923

675 535 14133

Nombre d’électeurs inscrits à la fermeture du scrutin (après prise en compte des éventuelles inscriptions/radiations sur décision de justice intervenues pendant le scrutin) :

12918

675 535 14128

Nombre de votants (= nombre d’émargements) :

2870

109 112 3091

Nombre d’enveloppes de scrutin et de bulletins sans enveloppe trouvés dans l’urne :

2868

109 112 3089

Nombre total des enveloppes de scrutins annulées et de bulletins annulés :

33

  1 5 39

Total des suffrages exprimés :

2835

108 107 3050

Nombre de suffrages exprimés par candidat :

       

SARKOZY Nicolas

1041

46 41

1128

HOLLANDE François

890

26 31 947

MELENCHON Jean-Luc

 293 6 10 309

BAYROU François

 199 10 10 219

LE PEN Marine

 176 12 5 193

JOLY Eva

140

4 7 151

DUPONT-AIGNAN Nicolas

41

1 2 44

CHEMINADE Jacques

 22 1 0 23

POUTOU Philippe

 21 2 1 24

ARTHAUD Nathalie

12 0 0 12

nullDans les autres pays limitrophes :

 

Uruguay, seul pays qui vote à gauche :

Un seul bureau de vote en Uruguay, à l’ambassade de France de Montevideo. En Uruguay, les français ont voté plus à gauche qu’en Argentine, à se demander si la politique uruguayenne de Mujica influe aussi sur le vote des français résidents dans ce pays.

En tout cas François Hollande arrive en tête (36,71%) devant Sarkozy (29,78%). La gauche arrive en tête avec 52,50% des voix.

 

Chili, Sarkozy nettement en tête :

Au Chili, les français sont nombreux, il y avait donc 5 bureaux de vote à l’ambassade de France de Santiago de Chile (Condell 65), mais on pouvait aussi voter en province dans le sud, un bureau à Osorno au Lycée Claude Gay pour les Régions IX, X et XIV, ainsi qu’un autre pour les électeurs de la Région VIII à Concepción au Lycée Charles de Gaulle. Les Français votent à droite au Chili, 56,73% des voix. En tête Sarkozy avec 46,03 % des voix. Marine le Pen au plus bas dans la région avec 4,16%, le souvenir de Pinochet n’est pas loin.

 

Brésil, vote à droite :

Au Brésil. Ce pays est pour le moment celui qui regroupe le plus de Français inscrits en Amérique du sud, 15050 (contre 14133 en Argentine, second pays). L’immensité du pays est sans aucun doute la raison pour laquelle, la France a du ouvrir de nombreux bureaux de vote.

10 villes, ont donc disposé de bureau pour accueillir les français. Belem, Brasilia, Recife, Salvador, Fortaleza, Natal, Belo Horizonte, Curitiba, 2 bureaux de vote à Rio de Janeiro et 2 autres à Sao Paulo,  

14868 inscrits et 4276 votants soit une participation de 28,75%

La droite arrive en tête avec 55,18 % des voix. Dans ce pays le score du Front National est très bas : 4,26%.

Sarkozy arrive en tête avec 41,95% suivi par François Hollande à 29,90 %.

Photo : Ambassade de France à Montevideo.

 

Vote du premier tour des français en Uruguay, Chili, Brésil et Argentine :

Uruguay Chili Brésil Argentine

Nombre d’électeurs inscrits à l’ouverture du scrutin :

2192 8928 14857 14133

Nombre d’électeurs inscrits à la fermeture du scrutin (après prise en compte des éventuelles inscriptions/radiations sur décision de justice intervenues pendant le scrutin) :

2194

8928 14868 14128

Nombre de votants (= nombre d’émargements) :

815 2642 4276  3091

Nombre d’enveloppes de scrutin et de bulletins sans enveloppe trouvés dans l’urne :

815 2642 4276 3089

Nombre total des enveloppes de scrutins annulées et de bulletins annulés :

36 0 59 39

Total des suffrages exprimés :

779 2642 4217 3050

Nombre de suffrages exprimés par candidat :

       
Sarkozy Nicolas 232 1216 1769 1128
Hollande François 286 726 1261 947

MELENCHON Jean-Luc

74 277 372 309

BAYROU François

 78 148 332 219

LE PEN Marine

49 110 180  193

JOLY Eva

35

109 225 151

DUPONT-AIGNAN Nicolas

9

22 34 44

CHEMINADE Jacques

2 3  12 23

POUTOU Philippe

9  21 24  24

ARTHAUD Nathalie

5  10 8 12

Le deuxième tour :

Pour le deuxième tour, les français sont invités à se présenter de nouveau le samedi 04 mai 2012 entre 8h et 18h

Lire aussi dans le Petit Hergé :

 - Buquebus, entre Argentine et Uruguay : Si vous avez eu, un jour, envie de passer un week end à Colonia en Uruguay, vous avez surement du passer par les services de la société Buquebus pour vous y rendre. En effet, Buquebus est née en 1981 et en 1982, sa toute première ligne, Buenos Aires – Colonia, fut assurée par le Silvia Ana. Buquebus a, entre 1982 et 1999, fait l’acquisition de 8 nouveaux bateaux destinés aux trajets dans le Rio de la Plata, et a élargi ses activités au tourisme en créant ses propres agences et vient de créer une compagnie aérienne...

 

- Le président Jose Mujica : José Mujica, surnommé «Pepe Mujica», est le 40ème président de la République orientale de l’Uruguay. C’est également le deuxième président de gauche de l’histoire de l’Uruguay, petit pays de 3,5 millions d’habitants. José Mujica, du parti Frente Amplio (Mouvement de participation populaire) dirigé par Jorge Brovetto, a pu depuis le 29 Novembre 2009, date de son investiture, reprendre les rennes d’un gouvernement néo-libéral de gauche instauré par son prédécesseur et co-allier l’ex-président Tabaré Vazquez...

 

- Coup d'état du 11 septembre 1973 : Il se présente en 1970 aux élections presidentielles du Chili à la tête de la "Unidad Popular", alliance des principaux blocs politiques de gauche socialistes et communistes. Malgrèhent tous les sondages qui donnent gagnant le candidat de droite Jorge Alessandri Rodríguez, le 04 septembre 1970, Salvador Allende arrive en tête avec 36,6% des voix. Les élections sont alors à un seul tour et il est d'usage que le parlement se prononce alors pour élire le candidat arrivé en tête. L'assemblée nationale se réunit le 24 octobre 1970 pour voter et déclarer président de la Nation Salvador Allende pour la période novembre 1970 - novembre 1976... 

- Les mineurs médiatiques : Le 5 août 2010, trente-trois mineurs chiliens se retrouvèrent bloqués à 700 mètres sous terre à la suite d’un éboulement dans une mine d’or et de cuivre à San José, dans le désert d’Atacama, à 800 km au nord de la capitale Santiago. Ce qui se passa après peut se diviser en deux étapes.

 

Partager cet article

Published by Le Petit Hergé - dans 03 - Actualité argentine
commenter cet article

commentaires

Rincon de la Pistola 10/05/2012 11:23


Merci PetitHergé et Paddy pour vos réponses, elles ont la même teneur que les discussions que j'ai avec mon fils et à mes convictions que je défendais dans les années 70-80, vous verrez
vous-même en prenant de l'âge.... tout cela est normal et humain, sans plus. Mas conozco la gente, mas quiero mi perro! quel pessimiste direz-vous? Pas du tout, le vieux crocodile
préfère consacrer son énergie à  de modestes actions pour aider les enfants défavorisés, car ce sont eux qui représentent l'avenir. Exemple pour l'Argentine: aider des projets
concrets pour la scolarisation des enfants de communautés Mapuche dans la province de Neuquen.


Cordialement


Rincon de la Pistola

Paddy 09/05/2012 22:29


Ah ! Les "réalités économiques" ! Voilà un concept savamment mouliné depuis quelque temps, et qui permet de faire avaler les pilules les plus amères. C'est au nom des réalités économiques qu'on
instille, lentement mais sûrement, l'idée qu'on pourrait avantageusement, dans nos vieilles démocraties ringardes, remplacer les gouvernements élus par des gouvernements "techniques". Voir en
Italie, par exemple. Idéalement donc, le mieux serait que tout le monde s'abstienne, ou vote blanc, l'homme renonçant définitivement à transformer le réel pour s'en faire l'esclave ? Les
"réalités économiques" nous conduiraient alors par la main, la "main invisible" du marché (autre concept pas mal mouliné depuis la fin du XIXème siècle), on se la donnerait, la main, dans une
ronde formidabement consensuelle où tous seraient égaux, solidaires, généreux, altruistes...  Le meilleur des mondes, quoi... Je crains nénmoins que le jour où les hommes ne débattront plus
au sujet de leur vision du bonheur, c'est qu'ils auront sombré dans l'esclavage, et la tyrannie. Personnellement, je crois davantage à la stimulante alternance plutôt qu'au lénifiant consensus.

Rincon de la Pistola 09/05/2012 14:47


Quel dommage que ces commentaires politiques soient emprunts d'une subjectivité quelque peu navrante (l'éternel affrontement stérile)... personnellement à 68 ans je ne crois plus aux dogmes
ni de droite, ni de gauche, ni du centre, ni des extrêmes... car en fait la seule préoccupation de ces roublards c'est de faire fructifier leur fond de commerce, sans toucher bien sûr à leurs
avantages indécents en temps de crise.  (les baisés comptez-vous... désormais je vote blanc - près de 2 millions cette fois- en espérant que ce soit reconnu un jour). Ce qui ne m'empêche pas
d'essayer de penser par moi-même, sans dogme et en faisant preuve de bon sens (c'est un peu le privilège de l'âge). Un exemple: si l'on prenait objectivement uniquement les points
forts et réalistes des programmes de Hollande et Sarkosy en enlevant le dogmatisme de chacun, on aurait un programme plus équilibré qui ne couperait pas la France en deux et tiendrait compte des
réalités écononomiques, compte-tenu que la France n'a aucune marche de manoeuvre budgétaire, mais refuse toujours de voir sa situation réeelle jusqu'au moment, très proche, où il lui faudra bien
payer la note de 30 ans de "croissance virtuelle à crédit". En tous les cas ma génération 68 est d'un rare égoisme, puisque après sa révolution elle a rammassé les dividendes (comme toujours dans
les révolutions!) et laisse l'addition à ses enfants et petits-enfants. Les miens vivent à Buenos-Aires, ce qui n'est pas non plus une consolation suffisante. Merci beaucoup au Petithergé
pour les très intéressants tableaux synthétiques des votes des français en Amérique. Je connais bien l'Argentine où je vis plusieurs mois par an, mais là c'est une autre histoire...


Rincon de la Pistola

Le Petit Hergé 09/05/2012 16:22



Bonjour le Rincon de la Pistola ! Voila les paroles d'un sage. Mais l'homme est passionel, et lorsqu'on touche à la politique (comme au foot pour les argentins), le francais est toujours
premier à vouloir en débattre. Une spécificité française ! Gueulard, grognon, jamais content, contestataire. et quelque fois revolutionnaire. Mais ça a tout de meme permis au fil des siècle
d'arriver à créer une démocratie (bien qu'elle ne soit pas parfaite). Quant à la corruption et à l'appat du gain, ça c'est bien ancré dans nos genes ! Politique et pouvoir, c'est intimement lié.
Allez Rincon, un petit sursaut d'optimisme, à force de faire deux pas en avant et un en reculant, on arrivera par arriver à quelque chose !  Merci de me lire ! A bientot !



Paddy 09/05/2012 11:52


Bonjour à tous,


Je ne sais pas ce qu'en pense le Père Plexe, mais en tout état de cause, c'est moi qui reste perplexe en lisant le gallimatias ci-dessus : les français du Chili ne parlant pas français voteraient
Le Pen contre le respectable mais soviétique Allende, dont le renversement par un coup d'état militaire aurait influencé mai 68 en France en renforçant la gauche (qui attendra quand même 13 ans
pour accéder au pouvoir, faut ce qu'il faut !). Foi d'électeur de Hollande. Je sais bien que rien n'est simpe en Amérique du sud, mais quand même ! Faut arrêter de boire la Quilmes au fût.
A part ça, je doute un brin que la comparaison du socialisme d'Allende avec le castrisme soit réellement très répandue chez les intellectuels chiliens. Qu'on soit encore obligé de rappeler le
caractère démocratique de l'élection d'Allende, socialiste profondément humaniste, un des grands hommes politiques, certainement, du XXème sièce, et la violence de la prise de pouvoir, puis du
gouvernement d'A. Pinochet, marionnette des Etats-Unis, transformant le Chili en laboratoire d'expérimentation ultra-libérale, où toute forme d'opposition et de contestation était sévèrement
réprimée, est sidérant. Laissons les extrêmes où ils sont, et sachons lire l'Histoire avec des yeux apaisés, et objectifs. Allende n'était pas plus Castro ou Staline que Sarkozy n'était Pétain ou
Le Pen, ou que le "regretté" Pinochet n'était un parangon de démocratie. L'outrance dessert toujours celui qui l'utilise.

Le Petit Hergé 09/05/2012 16:44



Bonjour Paddy ! Alors on s'énerve derrière son écran ? ;-) La Quilmes eétant tres bonne en Argentine, tout comme la Escudo au Chili, elles permettent toutes les deux justement de vider son coeur
sur le net. Bref, en redevenant un peu plus serieux, je partage tes idées, et je me rends compte tu es un fervent admirateur de Allende. (Peut etre un peu plus que moi). Ton interet sur
l'Amérique du sud te donne, comme les autres, le droit d'opiner sur tous ces sujets. Je vais commencer à penser à mettre en place un forum pour que vous puissiez debattre tous ensemble ! A
bientot et merci de ta participation !



julien 08/05/2012 13:55


bonjour,


je vis au Chili depuis 18 ans. il faut savoir que pinochet a rendu le pouvoir en passant par les urnes et savoir qu'il a perdut de très peu. savoir qu'il ne l'a pas reprit par la force pour
assurer ses arrières. Je suis loin d'apporter un crédit à celui là mais il est très important de voir que ce pays était placé entre non pas un socialisme à la française ou allemande
sinon soviétique et "'d'imaginer" ce qui se passerait en France dans de telles conditions avec ces prédispositions françaises (Gouvernement de Vichy, montée du FN). rappellons nous que
le coup d'état est placé 5 ans après mai 68 et celui là a influencé la société française et a servit de matériel pour gagner des votes ou au moins pour consolider la
gauche à l'époque en France. (usage de l'information)(vite dit,  qui aurait voulut de Georges Marchais au pouvoir en France? et qui gagnerait entre Marchais et Le Pen dans les
urnes? Le Pen haut la main évidemment. Marchais élut, le Pen ne goupillerait il pas un coup d'état en France. si bien sur... les Français de droit (Chiliens) qui sont allé voté samedi
dernier, croyez moi ne parlent pas français et ont voté Sarkozy en grand nombre contre le socialiste Allende, pardon, Hollande. Je vote bien
sur. vert au 1º tour pour mon fils et Hollande au 2º. 


ps: Marchais équivaudrait à Allende (personne très respetable)  


 

Le Petit Hergé 09/05/2012 16:36



Bonjour Julien, merci de participer aux commentaires (presque un forum) sur le sujet de Pinochet qui m'a valu pas mal de commentaire et de mails ! Bref, j'apprecie toutes vos réponses, meme si
nous ne sommes pas toujours d'accord. C'est encore le cas cette fois ci, mais chacun a le droit sur ce site de s'exprimer librement. Donc je continue à croire, et à defendre l'idee que
Allende n'etait pas communiste mais socialiste. Que les conditions economiques du pays à son arrivée (comme à son départ, si on peut dire) etaient catastrophiques, et qu'il n'a pas su redresser
le pays. Mais cela ne donne pas pour autant le droit de devoir le renverser. Maintenant qu'au niveau francais, on puisse (d'un bord ou de l'autre) se servir de l'actualité internationale pour
asseoir son idéologie, ce n'est pas nouveau et on l'a vu de nouveau avec Sarkozy qui en bout de piste venait avec le "fantome de la crise espagnole" nous faire peur par un "sans moi, ça sera
comme la bas". Bref c'est de bonne guerre.


Quant aux franco-chiliens qui ne parlent pas français (qui doivent etre tres peu nombreux), qu'importe, si ils viennent voter à l'ambassade c'est qu'ils se sentent français et qu'ils se sentent
concernés.


Merci pour ta participation et à très bientot !



père plexe 05/05/2012 19:31


Réponse épatante devant ce qui était un peu d'ironie. Je constate malheureusement un cruel manque d'humour et d'esprit de camaraderie car vos affirmations sonnent comme des arguments qui ne le
sont pas.


Le Pen = Pinochet = facisme est totalement passé de mode ou alors vous vivez encore dans les années 80. Désolé d'être totalement hermétique à ce genre de sophisme simpliste et anachronique.


Je suis arrivé sur cet article pour découvrir le résultat des votes dans votre circonscription et j'ai trouvé dommage que vous parasitiez un compte rendu chiffré neutre en ne faisant qu'un seul
commentaire et une sorite hasardeuse qui ne vous grandit point (à moins de commenter les autres résultats des différents candidats, raison de cet appel du pied ironique eu égard à l'autre
extrême).


Sur le Chili, je ne puis que vous recommander d'élargir votre champ en lisant le livre de Philippe Chesnay "l'autre vérité de Pinochet" et de rencontrer des chiliens de tous les horizons car
encore 45% d'entre eux regardent avec bienveillance son gouvernement et une majorité aurait souhaité des funérailles nationale...


raison exprimée lors de cette étude: Le chilien un tant soit peu instruit (cultivé comme vous dites) sait qu'il a echappé à la dictature de type castrite. Entre 2 maux...Le Chili au chilien, je
ne m'autorise pas un droit d'ingérence ni de jugement moral. Encore une fois c'est une constatation pas une prise de parti. Ni une prise à partie, car je n'en fais absolument pas une affaire
personnelle, et pour votre info je ne vote pas (pas assez crédule ou cultivé sans doute).


Au plaisir,

Le Petit Hergé 05/05/2012 20:45



Bonjour Père Plexe. Pinochet représente peut être les années 80 pour les français, mais pour les
chiliens il y est encore bien contemporain puisqu’il nous a quitté en 2006. De plus il est resté « opérationnel » comme chef des forces armés jusqu’en 1998 avant d’être gentiment mis
sur la touche sans jamais être inquiété. Lorsque je parle de Pinochet et de son souvenir, je parle du souvenir des chiliens et des français qui vivent au Chili. De plus, je n’ai jamais dit
« Pinochet = Le Pen », puisque Le Pen n’a jamais pu gouverner et n’a donc jamais pu mettre en pratique ses idées. J’ai simplement souligné le fait que Pinochet tout comme Le Pen Père et
maintenant Le Pen Fille étaient et sont d’extrême droite, et que cette appartenance explique surement le score plus que modeste du Front National au Chili. Le sophisme appartient plutôt à ceux
qui veulent me faire dire ce que je n’ai pas dit dans le souci justement d’ironiser sur mes propos.


Quant à penser que Pinochet à « sauvé » les chiliens d’un gouvernement à la Castro, ça
me paraît aussi assez simpliste. Je rappelle que Salvador Allende n’était pas communiste mais socialiste, qu’il fut l’un des fondateurs du Parti Socialiste Chilien et pendant un certain temps son
secrétaire général. Qu’il a été élu plusieurs fois sur une vingtaine d’années, député et sénateur et qu’il a toujours mené démocratiquement ses combats politiques sans force ni violence.
 De plus il fut élu démocratiquement président du Chili après sa troisième participation à des élections. Je pense que Castro n’a en rien son
profil.


Merci d’avoir pris part aux commentaires et d’en faire un forum. C’est grâce aux échanges d’idées
divergentes que l’on fait avancer le schmilblick. A bientôt !



photo 02/05/2012 07:45


Merci de prciser que la photo a été prise lors de la Journée du Patrimoine 2011 (Crédit photo : CCIFA, Christophe Apatie) et non lors des élections.


cdlt

père plexe 01/05/2012 19:29


"Marine le Pen au plus bas dans la région avec 4,16%, le souvenir de Pinochet n’est pas loin."


T'as raison Camarade Hergé, Marine Le Pen et Pinochet c'est la même chose et nous évoque le heures les plus sombres de notre histoire,
j'en ai froid dans le dos qu'elle ait 110 voix de résidents français au Chili, il y réside encore des admirateurs de Pinochet? surement des descendants de miliciens! Qu'on se rassure il y en a
300 d'extrême gauche qui rêvent de paradis socialiste, de paix et d'amour...même si il faut massacrer la moitié de la population pour y arriver (cf. le camarade Pol-pot et comparses)

Le Petit Hergé 01/05/2012 20:24



Bonjour, en effet, je pense que nous sommes entièrement d’accord. Au Cambodge après les atrocités de Pol-pot, je ne pense pas qu’un
seul cambodgien soit prêt à appuyer un parti politique se réclamant du communisme. Au Chili, de même, les chiliens pour leur politique nationale tout comme les résidents français pour leur choix
lors de ces élections françaises n’ont en aucune manière envie d’appuyer un parti politique d’extrême droite. Marine Le Pen est d’extrême droite,
ne l’oublions jamais. Son discours n’a aucune prise ici et au contraire on s’en détourne. En Argentine, il n’existe non plus aucun parti d’extrême droite.


Quant à me nommer « Camarade Hergé », et vouloir en faire une affaire personnelle, tu es libre de tes écrits mais je ne
pense pas qu’aux yeux des autres lecteurs cela puisse t’apporter de la sympathie. Le raccourci de penser que lorsqu’on n’est pas « fasciste » on est forcement « communiste »
fait justement parti d’un raisonnement populiste et étriqué.


Et pour finir, j’ai envie d’en rajouter une couche, pour le simple envie de te faire bondir : Ceux qui votent aux extrêmes sont
généralement les plus crédules car les moins cultivés. Il est donc facile de les convaincre avec des idées à deux sous.


Ah au fait ! J’ai employé le mot de « cultivés » pas celui « d’intelligents », car on est rarement cultivé et
bête. Sur ce, content de savoir que tu fais partie de mes lecteurs.


Le Camarade Hergé.



Se loger à Buenos Aires

 

Vous cherchez à vous loger à Buenos Aires ?

Contactez moi :

petitherge@hotmail.com

Pour Trouver Un Article Dans Le Petit Hergé Argentine

Cours du Peso Argentin

05 déc 2016

L'euro est à

→ 16,70 ARS

L'usd est à

↓ 15,70 ARS