1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 01:27

Mise à jour : Mercredi 31 mars 2010.

 

Déoart de Buenos Aires pour Mar del PlataDe retour au pays des 6% :

 

De retour après avoir pris un peu l’air loin du monde merveilleux de la web, me revoilà de nouveau assis derrière mon écran et clavier pour vous faire partager le miracle argentin. J’en rassure certains, Oui j’existe encore !

 La Cristina reste enfoncée à son poste et à son lifting, l’inflation gonfle à frôler maintenant les 4% …par mois ! Le gouvernement chercher à tout prix des sous pour rembourser la dette, Ricky Martin fait pleurer des milliers de cœurs de jeunes filles alors que certains gars ont les yeux qui brillent, mais enfin une bonne nouvelle : c’est Paques !

Alors ceux qui ont encore de quoi partir, partent 4 jours, les jeudi, vendredi et autres samedi et dimanche saints.

Il est 20h à Buenos Aires, les autoroutes, acceso norte, oeste et surtout l’autoroute du sud vers Mar del Plata sont bouchées. On attend 2 millions et demi d’argentins sur les routes pour aller voir la famille et surtout se persuader qu’ils font (encore) partie de la classe moyenne, puisqu’ils ont encore les moyens de se payer des vacances. Car si 2,5 millions partent, 37,5 millions restent. Pas besoin d’institut économique ou de mettre en place des statistiques savantes pour sonder l’état actuel de la population, il suffit de compter les voitures et les nuitées en hôtels pour avoir en 4 jours une représentation instantanée de l’état du pays.

2,5 millions d’argentins, ça fait juste 6% de la population. Voilà le compte est fait ! 6% ont de quoi vivre et 94% ont de quoi survivre.

Car voyez vous, le miracle argentin c’est justement de pouvoir en permanence placer la (presque) totalité de la population sur la ligne, ou plutôt la corde raide de la pauvreté pour ne pas les voir tomber dans la misère. C’est ça le secret de l’Argentine de 2010, 200 ans d’histoire pour arriver à placer presque toute sa population dans un état de survie. La pauvreté on aime, la misère jamais, on laisse ça aux autres sudacas. La viande est (presque) encore accessible, la Quilmes est bonne, le foot est une religion, la télé novelise de la novela, Cronica TV nous annonce les derniers malheurs, et la drague est gratuite. Que peut on vouloir de plus quand on appartient aux 94% ?

Asado, bière et cul ! Bailanta, foot, et évangéliste !  Télé, télo et Toro Viejo tinto !

 

 


Dónde yo estare (Sindicato argentino del Hip Hop)
Album "Un paso a la eternidad" : 4 mn 25 s. (2001).
Banlieue Ouest de Buenos Aires à Móron, en 2001. Le representant du hip hop argentin.
A gagné un Latin Grammy en 2002.

 

L'inflation en Argentine en 2010Le monde de l'ailleurs :

Il y a 30 ans on prédisait « Quand la Chine s’éveillera », pour 2010 on peut prévoir que l’Argentine « argentinisera ».

Puissant ce sentiment d’appartenir à un monde incompréhensible, on essaye de démonter le système argentin pour le comprendre, mais on n’y arrive pas. Plus on cherche, moins on trouve, mystérieux et magique. Les lois de l’apesanteur, de la gravité et de la logique n’ont ici aucune prise.

Le seul pays au monde où on vend sa voiture d’occasion plus cher que neuve, ou le lundi de Pâques n’est pas férié, où les taux d’intérêt des banques sont plus faibles que l’inflation, où le 15 août tombe début décembre, où il vaut mieux dépenser qu’épargner, où l’on peut même consommer sans rien avoir tout en gagnant de l’argent !

L’Argentine, électron libre de la planète Terre, une sorte de monde à part, un territoire occasionnellement uni avec le reste du Monde.

J’ai appris que la Terre avait deux satellites, la Lune et l’Argentine.

 


En este mundo (El polaco) 6 mn 02 s: Un des représentant de la cumbia villera de Buenos Aires.
Emission TV America : "Almorzando con Mirta Legrand" enregistré à Mar del Plata en fevrier 2007.
Quand la jet-set invite "l'Argentine d'en bas". La cumbia, un sujet à traiter, quand la marginalité sort de son ghetto.

 

L'Indice Big Mac en ArgentineD'autres articles sur le Petit Herge  :

- Le tourisme en Argentine.
-
Les cantinas de Buenos Aires.
-
San Antonio de Areco (Prov de Buenos Aires).
-
La province de Entre Rios.
-
Mar del Plata. (Prov de Buenos Aires).

- Le début du "Rock Nacional"
- L'histoire du rock argentin
- Andres Calamaro
- Palito Ortega

- Tango Electrónico

Partager cet article

Published by Le Petit Hergé - dans 6I - Humour argentin
commenter cet article

commentaires

Paddy 01/04/2010 14:57



¡Ay qué susto! Il commençait à devenir angoissant, cet écran figé sur le
(hum) Dakar. (D’ailleurs c’est décidé, l’an prochain, je vais au Sénégal, visiter le désert d’Atacama.) Tu nous reviens bien pessimiste, et même, dirait-on, un poil déprimé. C’est vrai qu’à en
juger par la dernière phrase de ton premier paragraphe, il n’y a pas de quoi s’enthousiasmer.


Enfin, il y a quand même une catégorie d’amoureux de l’Argentine qui gardent le sourire : ceux qui n’y habitent pas
et qui sont contents de savoir que ton blog bouge encore. ¡Arriba!



Se loger à Buenos Aires

 

Vous cherchez à vous loger à Buenos Aires ?

Contactez moi :

petitherge@hotmail.com

Pour Trouver Un Article Dans Le Petit Hergé Argentine

Cours du Peso Argentin

31 août 2017

L'Euro est à

↑ 20,65 ARS

L'USD est à

↑ 17,15 ARS