21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 16:25

Mise à jour : 21 septembre 2010. Article écrit par Mathilde Arrault.

 

Elections présidentielles au Brésil :

Le 3 Octobre prochain auront lieu les élections présidentielles au Brésil, qui mettront fin à deux mandats et huit ans de présidence de Luiz Inácio Lula Da Silva. Ces élections représentent un enjeu majeur, pas uniquement pour le Brésil, mais pour le monde entier, au vu de la place prépondérante que cette économie émergente joue dans le monde d’aujourd’hui. Pour l'Argentine, la bonne santé économique et sociale du Brésil est primordiale.

Cet article est le premier d'un dossier concernant les élections brésiliennes. Les autres articles sont :

- Les élections du 03 octobre 2010 au Brésil. (21 sept 2010). 

- Les 3 candidats principaux des élections présidentielles brésiliennes. (23 sept 2010). 

- Le vote électronique au Brésil.(28 sept 2010).

- Influence internationale du Brésil. (30 septembre 2010).

- Résultat du premier tour des élections brésiliennes. (11 octobre 2010).

Quelques semaines avant les élections présidentielles, quel bilan dresser des années Lula ?

Au cours des 8 années de présidence de Lula, le premier candidat de la gauche à accéder à la tête du pays et après 4 candidatures infructueuses, le Brésil a connu un essor économique et des progrès sociaux impressionnants. Ces derniers le placent aujourd’hui au rang de puissance émergente influente, à l’avenir certain sur la scène économique comme politique internationale. La croissance économique est passée de 1,9% en 2002 à 7,3% pour 2010 selon les estimations, et l’inflation tout comme le chômage ont baissé. Le gouvernement Lula compte à son actif de nombreux plans sociaux, qui ont considérablement amélioré le quotidien de dizaines de millions de personnes. Parmi les plus populaires, le plan « faim zéro » mis en place en 2003, la « bourse famille », un revenu minimum pour les familles les plus démunies, ou alors les plans de soutien pour les régions rurales et l’agriculture familiale. Cependant les grandes villes où se concentre la population précaire ont été quelque peu délaissées, et la redistribution des richesses promise, sacrifiée sur l’autel de la croissance. D’autre part, le bilan écologique des années Lula est catastrophique, dans un pays où l’accent est mis sur les cultures intensives d’exportation.

Des promesses pas toujours tenues lors du premier mandat, une amélioration lors du second :

Si aujourd’hui la popularité de Lula est écrasante, tout n’a pas toujours été si simple pour le président. Lors de son premier mandat, Il dut faire face en 2005 au mécontentement des « paysans sans terre », qui protestaient contre la lenteur de la réforme agraire promise lors de sa campagne électorale.

La victoire du PT en 2002 fit peur aux investisseurs étrangers, et le gouvernement a manqué dans les premières années  de moyens économiques pour tenir les promesses électorales. Les brésiliens sont déçus et la popularité de Lula décroît au fil des mois. La situation empire en 2005, lorsque le PT est ébranlé par des scandales politiques de corruption. En 2006 Lula se présente de nouveau pour un second mandat, et est élu au 2nd tour, avec un score moindre que prévu. Il comprend alors que son second mandat devra être différent, le premier avait permis de remettre l’appareil industriel en marche sans pour autant s’occuper des brésiliens. Cette fois il doit appliquer une politique plus "sociale". Des fonds furent débloquées pour mettre en marche tout un plan de modernisation du système de distribution d'eau, d'électricité, désenclaver les villages en lançant des travaux de voiries, d'infrastructures routières, mais l'enjeu premier fut de lutter contre la pauvreté en zone urbaine (favelas), et surtout le développement de l'éducation avec son plan (PDE), Plano de Desenvolvimento da Educação.

Les résultats ne se font pas attendre. Dès 2009 l'économie se porte mieux, les améliorations dans la vie quotidienne des brésiliens les plus pauvres se font sentir. La popularité de Lula en 2010 n’aura jamais été aussi haute.

 

 

Vidéo : N'oublions pas ! Nous sommes au Brésil, tout est permis, des concurrents de tout poil !

Les élections 2010, c'est aussi pour les élections legislatives. Des exemples les plus...... originaux ! 

Les chiffres sont ceux à composer sur la machine à voter (vote électronique)

Brésil : Le leader des pays émergeants :

 

Sur la scène internationale, Lula Da Silva a œuvré à rendre le Brésil visible, et y est indéniablement arrivé.

 Lula a l’élocution facile, fin diplomate, et son passé de syndicaliste lui permet de savoir composer mais aussi de rassembler des hommes qui n’ont pas forcément le même point de vue. Lula est un remarquable négociateur.

 Le Brésil devient une puissance économique et son représentant à aujourd’hui plus facilement accès aux tribunes internationales. Il ne s’en prive pas, et son style plait.

 Le Brésil incarne (peut être à tord) la lutte pour un libéralisme plus équitable, notamment au regard de sa place au sein de l’OMC, et participe activement au rapprochement des pays du Sud tout comme à l’intégration régionale en Amérique du Sud. Aujourd’hui sur la scène internationale on pense à lui quand les Etats-Unis ne peuvent plus servir d’intermédiaires.

Photo : Lula en déplacement en Palestine avec Mahmud Abbas.

Dilma Rousseff, la candidate de Lula :

La Constitution brésilienne ne permet que deux mandats successifs. Lula au plus haut de sa popularité aurait pu réformer cette interdiction sans difficulté. Il a refusé de le faire au non des « bénéfices de l’alternance politique pour le bien être de la nation » qu’il vante depuis 2002. Il prend donc du recul sans vouloir  trop s’éloigner du pouvoir et nomme son successeur une femme. Il annonce : « Dans les urnes, je vais changer de nom. Je m’appellerai Dilma Rousseff ».

Pour octobre 2010, Les trois candidats qui se présentent pour la présidence du pays sont Dilma Rousseff pour le Parti Travailliste (PT), José Serra pour le Parti Social-Démocrate Brésilien (PSDB) et Marina Silva pour le Parti écologiste (PV). Et on l’aura compris, c'est haut et fort que Lula clame son soutien pour Dilma Rousseff. Il n’y a pas beaucoup de suspense, tous les sondages la donnent gagnante le 03 octobre.

Photo : Dilma Rousseff, prochain présidente brésilienne.

Liens exterieurs :

- Site brésilien officiel de la présidence de la République.

A lire dans le Petit Hergé :

 

- Pouvoir d'achat virtuel sur produits fictifs.(Septembre 2010).

- Etudier ou travailler pour les étudiants.(Septembre 2010).

- Le panier de la ménagère à Buenos Aires.(Septembre 2010).

- Le business de la fête en Argentine.(Septembre 2010).

- Le sentiment d'insécurité à Buenos Aires.(Septembre 2010).

- La ville de Lujan dans la province de Buenos Aires.(Avril 2009).

- La ville de San Antonio de Areco dans la province de Buenos Aires.(Mars 2009).

- Tous les articles sur l'Argentine de Géo.(Décembre 2008).

 

Partager cet article

Published by Le Petit Hergé - dans 15 - Rio Grande do Sul
commenter cet article

commentaires

Se loger à Buenos Aires

 

Vous cherchez à vous loger à Buenos Aires ?

Contactez moi :

petitherge@hotmail.com

Pour Trouver Un Article Dans Le Petit Hergé Argentine

Cours du Peso Argentin

31 mai 2017

L'euro est à

► 17,95 ARS

L'usd est à

► 15,90 ARS