27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 14:15

Mise à jour : 27 novembre 2011. Article écrit par Bastien Hattiger.

La désolation :

Le 23 Octobre 2011, 18h. Les bureaux de votes ferment. De Jujuy à Ushuaia, l’attente des résultats des élections croît dans tout le pays à un lieu près : le QG de Ricardo Alfonsín. Seulement quarante deux personnes, pour la majorité des journalistes, attendent le dénouement de l’évènement politique le plus important de ces quatre dernières années. Pas de liesses, de chants, pas de mobilisations non plus. Seule une poignée de dirigeants qui se préparent à la défaite…Les 37 points d’avance qu’avait Cristina Kirchner à l’issue des primaires sont bien trop grands à combler. Le QG des radicaux est en réalité le théâtre d’une scène presque désolante. Les quelques figures emblématiques du parti alors présentes oscillent entre satisfaction et déception, une émotion bipolaire pour le moins difficile à comprendre. Les murs gris du comité national de l’UCR sont aujourd’hui les témoins de la solitude d’un parti.

Il faut se contenter d'une troisième place :

19h. Le climat a quelque peu changé, loin de la musique dance qui ambiançait le NH City, cette fois ci les radicaux ont choisi un rock national tandis que de nouveaux courageux arrivent : les candidats Hernan Rossi et Miguel Bazze, ainsi que le chef du radicalisme de la Chambre basse, Ricardo Gil Lavedra. La lutte pour rester en deuxième position de l’électorat est le défi le plus excitant, tout du moins le plus accessible, bien que les sondages montrent Hermes Binner mieux placé. Finalement les urnes confirment la tendance, le parti de Ricardo Luis Alfonsín termine 3ème de ces élections avec 11,2% des votes (le meilleur résultat étant réalisé dans la province de Cordoba avec 18,87% des votes et le pire dans celle de Santa Fe avec un taux de 5,68%). Contre toute attente cependant, l’UCR assurera toute la nuit qu’ils resteront derrière Cristina Kirchner au cours de son mandat. Mais ni la grande différence en termes de voix Cristina Kirchner, ni la défaite face à Binner ne paraissent pourtant avoir eu raison de l’optimisme de certains dirigeants du parti qui se disent satisfaits de ces élections présidentielle : « L’UCR à fait une bonne campagne. Nous sommes satisfaits. Nous n’avons aucune raisons d’être mal, tout le contraire », affirme par exemple Miguel Bazze.

Vidéo : la Reconnaissance de l'échec, discours après les résultats.

Nous avons appris beaucoup...

Après la victoire assurée de Cristina Kirchner, des milliers de sympathisants kirchnériste se regroupèrent dans le centre ville, histoire de célébrer le triomphe. Beaucoup en profitèrent pour prendre d’assaut la Calle Alsina de Buenos Aires et ainsi passer devant le QG radical. C’est une mine déconfite et résignée des radicaux qui accueille les militants pro-Kirchner faisant avec leur doigts le signe « V » depuis leurs automobiles, en symbole de victoire.

Puis, c’est finalement sous les cris « Alfonsín ! Alfonsín ! Alfonsín ! » que le candidat de l’UCR à la présidence arrive à son QG parmi les flashs et les applaudissements. Lors d’un discours rapide, le député se montre par ailleurs relativement autocritique : « Nous avons appris beaucoup en vue de la prochaine élection. Nous ne ferons plus les mêmes erreurs ». Alfonsín prend alors du même coup rendez-vous avec l’avenir. Il ajoute également que le parti ne « mettra pas de bâtons dans les roues » de Cristina et se déclare lui aussi satisfait de son résultat. « Nous ne croyons pas aux hommes providentielles, mais seulement à un système de parti », finit-il par résumer.

Photo : L'UCR brisé après les elections présidentielles de 2011 ?

On contient sa colère :

Immédiatement après le discours, l’ensemble de la formule présidentielle composée de Garrido, Rossi, Gil Lavedra, Miguel Bazze et Jesus Rodriguez se retirent dans l’attente des résultats officiels. La colère est présente depuis la première minute, sous-jacente,  il est possible de la sentir mais elle reste cependant inaudible. L’absence d’Ernesto Sanz, président du parti, en est une raison. Le Sénateur de la Province de Mendoza, rival d’Alfonsín lors des internes, n’est pas présent et a préféré en effet rester dans sa province… « Il a du suivre de près les élections depuis Mendoza », s’exclame avec un sourire quelque peu moqueur un partisan alors présent. « Tout le monde sais bien ce qu’il a fait et ce qu’il n’a pas fait », poursuit-il plus sérieusement. Mais incontestablement le grand absent de la nuit est surtout Francisco de Narváez. Le candidat de l’Udeso au poste de gouverneur avait été présent le 14 Août au NH City. Sa présence avait été un fort symbole d’unité. En revanche cette fois-ci il ne préféra pas se rendre ni au QG d’Alfonsín ni à celui d’Alberto Rodriguez Saa, son nouveau allié national. « L’UCR est très irritée» déclare un membre du radicalisme.

Aux alentours de 22h, lorsque les lumières commencent à s’éteindre, un camion rempli de banderoles et de dizaines de militants de la jeunesse radicale se prépare à débarquer au Comité National. Mais il était déjà tard. Quelques secondes plus tôt Alfonsín a déserté les lieux. Il n’y a finalement rien à célébrer…

Photo : 1 mois plus tard, la convention de l'UCR le 20 novembre 2011. On ne sait plus où l'UCR doit se diriger !

Vidéo : 1 mois après les élections, la convention de l'UCR le 20 novembre 2011 qui tourne au fiasco, reglement de compte, quelques bousculade...... Ricardo Alfonsin se sent un peu perdu au premier rang (à la 0mn 22s).

L'UCR en plein brouillard !

Depuis les élections, la lutte pour être le prochain dirigeant du radicalisme a déjà débuté. Une partie de l’UCR reconnait en effet la nécessité de « reformuler » le parti et soutient que les alliances qui ont été faites durant la campagne présidentielle 2011 ont dénaturalisé l’essence même de parti radical. Le premier à se manifester à cet égard sur la chaîne de radio Radio Continental fut l’ex ministre de l’Intérieur de la Nation, Federico Storani : « Les alliances qui ont été faites, celles qui ont dénaturalisé notre essence et ont brouillé notre identité, n’ont été faites que par pur pragmatisme, dans la recherche du succès, mais au détriment de nos valeurs ». Ernesto Sanz adopte une position similaire et estime qu’il faudra que le parti « travaille intensément de l’intérieur pour retrouver une dynamique bénéfique à la société». « C’est le moment d’identifier nos erreurs afin de les corriger. Mais non pour nous affliger plus de mal ou générer des conflits internes au parti qui profiterait à tous ceux qui souhaite l’affecter », ajoute-t-il.

De son côté Miguel Bazze, premier candidat député de l’UDESO pour la province de Buenos Aires, concède que l’accord avec De Narváez fut « plus traumatique que ce qu’il avait imaginé ».

Le parti de l’UCR semble donc pour le moment en plein brouillard. Les leçons des résultats plutôt moyens aux dernières élections doivent être tirées et plus important encore, la cohésion au sein du  radicalisme est à retrouver. Une affaire à suivre !

Photo : Lors de la convention de l'UCR le 20 novembre 2011. On regle ses comptes !

A lire aussi dans le Petit Hergé :

Ricardo Luis Alfonsin- Ricardo Luis Alfonsin. (Octobre 2011). Né le 2 novembre 1951, à Chascomús dans la province de Buenos Aires, il est diplômé de l’école Normal de la même ville et exerce la profession d’avocat et de législateur. Il est aujourd’hui candidat à la présidentielle de ce même pays pour les prochaines élections d’Octobre 2011, représentant le parti de l’Unión Cívica Radical (ou Union civique radicale, UCR). L’UCR est un parti politique argentin, membre de l'Internationale socialiste depuis 1996, et de la COPPPAL. Fondé par Leandro N. Alem le 26 juin 1891, c'est le plus ancien parti argentin...(Lire la suite).

Programme et projet de Ricardo Alfonsin pour 2011- Programme et projet de Ricardo Luis Alfonsin. (Octobre 2011). Le Plan Crianza, a pour objectif est dans les 4 ans à venir d’éradiquer l’exclusion social et la mortalité infantile (représentant chaque année un taux de 13,3 bébés sur 1000 naissances, soit un taux supérieur à celui du Chili, de l’Uruguay ou bien du Costa Rica), ainsi que de garantir la protection universelle des mineurs et des femmes enceintes. Tout un réseau de jardins d’enfants sera également construit sur l’ensemble du territoire afin d’aider les mères de famille qui étudient ou travaillent...(Lire la suite).

Guide Michelin Argentine- Le guide Michelin Argentine. (Juillet 2011). Monsieur Michelin, que se passe-t-il ? Toi qui es le meilleur, tu as sorti non pas un guide mais un texte digne d’une fête scolaire de fin d’année. Ce n’est pas que tu te sois trompé quelques fois sur des sujets ou des indications (tout le monde en fait), mais cette fois ci, tu as fais du vite-facile-cliché que même des stagiaires ne font plus depuis le collège. Je dois rêver, un cauchemar, Michelin tomber si bas ? Je dois l’admettre, voilà 72h que je le parcours en long en large et en travers, le Michelin est même plus mauvais que le Routard (c’est pour vous dire !)...(Lire la suite).

Les voyageurs du Petit Herge en Argentine- Les voyageurs du Petit Hergé. (Novembre 2011). Bienvenu sur la nouvelle page regroupant quelques voyageurs francophones croisés à Buenos Aires. Je les ai rencontré un soir, soit autour d’une bière ou pour d’autres ont partagés quelques jours mon appartement. Ils sont passés et puis repartis sur les routes du pays ou même de toute l’Amérique du sud. Si ils ont accepté de figurer sur cette page c’est qu’ils sont d’accord pour recevoir votre courrier et vous faire partager leurs infos (des plus récentes). Si vous êtes aussi en ce moment dans le pays, vous pouvez aussi les joindre pour les rencontrer sur place. C’est pour cela que le tableau ci-dessous est réactualisé (presque) tous les jours...(Lire la suite).

Partager cet article

Published by Le Petit Hergé - dans 03 - Actualité argentine
commenter cet article

commentaires

claeyssen 13/12/2011 01:01


bonjour et un grand merci pour ton site! je me régale à chaque fois! dès que je peux , moi je quitte la france pour partir à buenos aires, je suis attiré comme un aimant par la capitale..J'y
étais encore il y a 15 jours...J'aimerai tellement y habiter pour minimum 6 mois ou 1 an, avoir une experience de vie, mais bon voilà! je dois trouver du travail et puis un logement! pas
facil..Je suis telelement heureux lorsque j'y suis! si vous avez des infos, des pistes...Merci à vous! stephane 

Le Petit Hergé 14/12/2011 20:09


Bonjour Stephane, .. Encore un francais qui tente l'aventure sur le nouveau continent ! Bienvenu au club ! Prends contact avec moi via mon mail : petitherge@hotmail.com A bientot ! Herge !


Se loger à Buenos Aires

 

Vous cherchez à vous loger à Buenos Aires ?

Contactez moi :

petitherge@hotmail.com

Pour Trouver Un Article Dans Le Petit Hergé Argentine

Cours du Peso Argentin

31 août 2017

L'Euro est à

↑ 20,65 ARS

L'USD est à

↑ 17,15 ARS