26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 12:18

Mise à jour : 26 novembre 2011. Article écrit par Leo Sounigo.

Cristina Kirchner écrase l'opposition :

« Ces chiffres m’impressionnent et je suis infiniment reconnaissante. Si j’avais parlé de ces chiffres là, il y a à peine deux ans, on nous aurait traité de folle », déclare Christina Fernandez de Kirchner ce dimanche 23 octobre. A priori, ces chiffres ne semble surprendre qu’elle. Mais en réalité, cela ne surprend personne ou presque. Depuis le retour de la démocratie en Argentine, aucun candidat n’avait connu une telle victoire. Avec plus, plus de 53% de voix, Christina Fernandez de Kirchner remporte haut la main et dés le premier tour, cette élection présidentielle, devançant ainsi, le candidat socialiste Hermes Binner avec 17% des voix et les candidats Eduardo Duhalde et Ricardo Alfonsin . Majoritaire au sénat et au congrès, gagnante dans presque toutes les provinces du pays, la victoire semble éclatante. Lors de son discours, Madame Kircher a tout de même salué le courage et la détermination sans failles de ses principaux rivaux, en affirmant qu’il est du rôle de la démocratie de faire en sorte que s’exprime le pluralisme politique.

San Luis lui resiste :

De Santa Cruz à la Pampa, en passant par San Juan, Buenos Aires, et Mendoza, celle que l’on surnomme au pays, « la viuda bruja » (la sorcière veuve), semble encore avoir frappé. Les résultats sont sanglants diront certains, écrasant diront d’autres. Christina Fernandez de Kirchner s’impose dans toutes les provinces, excepté la province de San Luis. Dans cette province, c’est Alberto Rodriguez Saa qui l’emporte tout comme pour les élections pour la place de nouveau gouverneur Claudio Poggi, qui s’impose avec plus de 57% des voix, face au candidat du Frente Para la Victoria, Alfonso Verges. Mais, c’est dans la province de Formosa  avec  plus de 75% des voix que Kirchner remporte le plus de voix. Enfin, victoire quasiment historique dans la province de Cordoba (cette province apparaît depuis 2003 comme le fief de l’anti kirchnérisme). A Buenos Aires, les premiers résultats officiels ont montré le net avantage de Daniel Scioli, sur Fransisco de Navarez. A Santa Cruz, terre traditionnellement Kirchneriste, Daniel Peralta, a bénéficié du soutient de la Campora, avec plus de 60% des voix.

Video : Cristina Kirchner parle pour la premiere fois de competitivité de l'industrie argentine. De l'eau dans son vin, elle demande à maintenant s'assoir à la même table des dirigeants economiques afin d'arriver a`des accors. Au passage, de ne pas deballer les problemes aux "medias" (clin d'oeil à Clarin), comme si il ne fallait pas rendre public les problemes des relations entre gouvernement et acteurs economiques. Novembre 2011

Les argentins résonnent avec le coeur et non la tête :

Cependant, certains se demandent, si le système du pluralisme politique est encore d’actualité : aujourd’hui, peut-on encore dire que plusieurs partis rythment la vie politique argentine ? Ne faut-il pas plutôt penser que ce sont des fragments de partis, qui dominent ? Au cours de l’ère Kirchner, s’est mis en place une sorte de « moi gouvernemental », où l’Etat apparaît comme le tremplin des citoyens argentins. Plus d’aides sociales, l’Etat est toujours et encore plus fort. En ce sens, nombreux sont les analystes politiques qui pensent que Christina Kirchner a pris la tête de ce nouveau mouvement. Actuellement, le risque semble élevé puisque la tendance va vers une concentration verticale des pouvoirs. Le risque d’une suppression des minorités politiques est donc actuellement très présent en Argentine, au vue de ces derniers résultats. Dans un article consacré au journal la Nacion, le journaliste chroniqueur, Santiago Kovadlov, voit dans ces résultats, une incapacité de l’opposition à s’organiser pour promouvoir un projet durable et cohérent. Mais, il voit surtout dans cette victoire une victoire symbolique : selon lui, le nom de Nestor Kirchner, raisonne encore plus et toujours plus fort, partout dans le pays.

Kirchner populaire ou populiste ?

Si l’on analyse la tendance sur les réseaux sociaux comme Twitter, par exemple, 50% des commentaires encourageaient celles qui désormais tiendra le pays pour quatre ans. Bien entendu Kirchner bénéficie du soutient populaire, mais aussi d’une partie des votes de la classe moyenne et de la classe moyenne supérieure. Ce qu’il y a de surprenant dans ces résultats, est aussi que Kirchner a gagné la majorité des voix dans les communes agricoles, alors que cette dernière est bien loin de bénéficier du soutient du monde agricole. Le président de la fédération agraire en Argentine, a d’ailleurs affirmé à l’issu des élections : « Kirchner a aujourd’hui tout le pouvoir : elle a donc aucune excuse pour ne pas limiter le rôle des firmes multinationales, et pour ne pas développer le crédit dont a tant besoin notre monde agricole ». Dans le monde industriel, le responsable de la UIA (une association chargé de promouvoir le secteur industriel), Mendigueren, s’est félicité du succès de Kirchner. Le but est désormais de promouvoir de nombreux leaders dans le monde industriel argentin, afin de lutter conte la crise économique et de bâtir une véritable compétitivité.

Vidéo : Explication de la bonne santé de la production argentine. Exportation vers le Brésil, Le soja vers la Chine. Problemes : dette externe, augmentation des "gastos publicos" passant de 29 à 39% de PIB. Trop d'emplois subventionnés, frais sociaux. Le cout : Augmentation des impots, inflation, financement des plans sociaux avec les reserves. Manque de transparences de chiffres economiques de l'Argentine, unique pays du G20 à ne pas suivre les regles du FMI. Le "miracle economique" est fictif, il va falloir affronter maintenant la réalité !  

Que faire de la victoire ?

La victoire de Christina, c’est en fait l’histoire de cette femme qui a su s’imposer dans le paysage politique argentin, l’histoire d’une femme qui porte en elle le deuil de son mari : « J’ai su dès le jour des funérailles, que je devais poursuivre pour lui ». Cette victoire sonne donc également comme un hommage pour l’homme qui a fait de son épouse, la première dame du pays et qui a sauvé à plusieurs reprises « le pays de la crise économique ».  La question est maintenant de savoir à quoi lui servira cette victoire, les problèmes réels sont encore là et non résolus, dettes internationales, inflation incontrôlée, manque d’investissement étranger, système bancaire inefficaces, pauvreté en augmentation, taux d’intérêt vertigineux, manque d’une politique sociale d’envergure, gangrènage d’un système politique ou copinage et corruption ont la part belle, relation avec le syndicat CGT non résolue, et enfin dévaluation de la monnaie qui ne va plus trop tarder…..

A lire aussi dans le Petit Hergé :

Cristina Fernández de Kirchner- Cristina Fernandez de Kirchner. (Octobre 2011). Vendredi 26 aout 2011, Buenos Aires, résultat des primaires. Les électeurs ont parlé. Cristina Fernandez de Kirchner, avec 50% des voies remporte au la main, les primaires, qui avaient été organisées dans le but de sélectionner les candidats à l’élection présidentielle du 23 octobre, et distance par la même occasion son principal rival, Alfonsin. « Il nous faut l’unité de tous les Argentins, pour pouvoir continuer », avait-elle affirmé après sa victoire. Réclamant un retour à l’unité et une fin des antagonismes traditionnelles, Cristina Kirchner, semble donc d’une manière ou d’une autre avoir quasiment assurée sa réélection. Cristina Kirchner, c’est en fait l’histoire d’une femme que l’on surnomme au pays « la viuda bruja » (la sorcière veuve)...(Lire la suite).

Programme et projet de Cristina Kirchner pour 2011- Programme et projet de Cristina Kirchner. (Octobre 2011). Economiquement, le projet de Kirchner semble clair : d’un point de vue fiscal, tout d’abord, le but est d’abord et avant tout de reconstruire et de reformuler le système de la fiscalité, en faisant payer à chaque contribuable, un impôt proportionnelle à ses revenus. Par ailleurs, cette envie se double d’une envie de pénaliser tout ceux qui seraient tentés par une fraude fiscale ; une nouvelle loi devra alors être mise en place pour punir sévèrement toutes ces fraudes. Concernant la politique économique, Kirchner entend continuer ce qu’elle faisait déjà auparavant : la mise en place d’une politique keynésienne permet en effet, l’augmentation des investissements publics doit avoir pour conséquence immédiates de générer des emplois...(Lire la suite)

Le Palais du Congreso de Buenos Aires- Le Palais du Congreso de Buenos Aires. (Août 2011). Le congrès de la nation, est un monument construit par l’architecte italien Vittorio Meano, à la suite d’un concours d’architecture mis en place à partir de 1895, qu’il a remporté. Le 8 janvier 1896, ce dernier remporte le concours. Lors de ce concours, il faut savoir que 28 projets auront été présentés dont par exemple, celui de Pierre Paul Alfred Massüe (dit Alfredo Massue). Cependant, l’architecte italien meurt en 1898 et c’est l’architecte belge Jules Dormal qui sera en charge de la suite de la construction...(Lire la suite).

Les enfants country de Buenos Aires- Les enfants Country d'Argentine. (Septrembre 2011). Loin de l’effervescence de Buenos Aires, mais aussi de sa pollution, de son bruit, et de sa criminalité, il existe des quartiers ultra sécurisés appelés «country» ou « Barrios cerrados ». Ces quartiers verdoyants, souvent luxueux, sont en règle générale peuplés de grandes maisons avec piscine, d’immenses jardins, et de nombreuses installations sportives. Cependant la question qui se pose aujourd’hui est celle de l’éducation et de l’ouverture d’esprit des adolescents nés dans ces quartiers ultra sécurisés dans les années 1990 et n’en étant presque jamais sortis. Qui est-on lorsqu’on a vécu toute sa vie dans une chimère ?...(Lire la suite) 

Partager cet article

Published by Le Petit Hergé - dans 03 - Actualité argentine
commenter cet article

commentaires

Paddy 27/11/2011 21:04


L'article est symbolique de la grande incrédulité de pas mal de commentateurs face à cette nette réélection. La tentation est grande d'attribuer cette victoire d'un côté à un supposé légitimisme
de l'électorat (en votant Cristina, on vote en réalité pour Nestor) et d'un autre côté au supposé populisme censé faire résonner la corde sensible des masses sud-américaines non
éclairées. (Forcément non éclairées) Au-delà de ces explications un peu bateau (quoique pas entièrement dénuées de fondement, mais à ce compte-là, une victoire d'Alfonsin ou de Duhalde
aurait pu s'expliquer de la même manière), le vaste soutien dont a bénéficié Cristina Fernandez est peut-être aussi la marque d'une grande méfiance vis à vis de politiques perméables à un certain
capitalisme financier ultra libéral, prompt à donner les clés du pays aux firmes multinationales dont parle ce président de fédération agricole argentine (laquelle, au juste ?). Réflexion
paradoxale, d'ailleurs, venant d'un secteur particulièremens ouvert (et ce, de tous temps) aux capitaux étrangers. J'ai dû mal à imaginer l'oligarchie agricole soutenant le kirchnerisme. Du coup,
sa victoire jusque dans des régions très rurales paraît assez significative. La présidence de Nestor Kirchner avait été marquée par un retour de l'état dans la politique gouvernementale. Devant
le peu de crédibilité des alternatives politiques proposées, les Argentins ne seraient-ils pas pris d'une crise de nostalgie, celle du premier péronisme ?

Le Petit Hergé 14/12/2011 20:18


Pour la premiere fois depuis que je suis installé en Argenitne, et donc depuis au moins 5 campagne electorale prosidentielles, c'est la premier fis que nous avons été matraqué par autant
d'affiches, de publicité en faveur de Kirchner à la radio, tele, internet, tag et grafitis dans les rues,.... une sorte de lavage de cerveaux ominipresent. Il serait interessant de savoir d'ou est
venu l'argent pour mener cette campagne ! Dans les classes les plus basses urbaines et agricoles, il est tres facile de manipuler les esprits avec des affiches d'une Cristina rayonnate et de son
defunt epoux auréolé porté aux anges, notre "Saint Nestor" qui veille sur nous de la haut ! Aucune présentation d'un veritable programme politique ou economique de la part des kirchneristes
uniquement du bon sentiment et des slogans à l'emporte piece du style "Fuerza Cristina" ou "continuons le modelo" .... maintenant personne n'a pu jusqu'à present expliquer quel etait le "Modelo"


Paddy 27/11/2011 19:35



Se loger à Buenos Aires

 

Vous cherchez à vous loger à Buenos Aires ?

Contactez moi :

petitherge@hotmail.com

Pour Trouver Un Article Dans Le Petit Hergé Argentine

Cours du Peso Argentin

31 août 2017

L'Euro est à

↑ 20,65 ARS

L'USD est à

↑ 17,15 ARS