4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 00:29

Mise à jour : 21 avril 2012. Ecrit le 03 aout 2009. Article de Pierre Lavenue et Hergé.

Le Jardin Zoologique de Buenos Aires :

Premier article concernant le Parc Zoologique de Buenos Aires en 2009. Un second fut écrit en avril 2012 : Parc Zoologique en 2012.

Adieu veaux vaches cochons, la Rural se termine. Cependant, si vous venez de débarquer à Buenos Aires et que vous vous sentez tel un lion en cage, prêt à bondir sur chaque occasion qui vous sera offerte de découvrir la ville, aucun souci, vous n’êtes pas obligés d’oublier les animaux pour autant : Passez faire un tour du côté du zoo dans le quartier de Palermo au coin des avenues Sarmiento et Las Heras, près de la Plaza de Italia. Ce zoo est un des plus visités au monde avec plus de 3 millions de visiteurs annuels, et pour cause, il héberge 350 espèces différentes et 2500 animaux dans une superficie supérieure à 18 hectares.

Un zoo pour une ville moderne :

Sur l’actuelle avenida Las Heras (anciennement camino de Chavango) on peut encore voir l’unique portail d’accès au Parc 3 de Febrero. Toutes les autres furent démolies en 1917. Ce portail sert aujourd’hui de porte d’entrée au parc zoologique.

Dans les années 1860, on avait pensé créer un zoo à Buenos Aires. D’ailleurs toute ville dite « moderne » devait s’en doter. Vienne et Paris en disposaient depuis la révolution française, mais l’ouverture de celui de New York en 1864, précipita la décision de créer celui de Buenos Aires.
Le Parque 3 de Febrero alors situé aux limites de la ville fut choisi pour y recevoir le nouveau parc zoologique.

Pendant la présidence de Domingo Faustino Sarmiento, le Jardin Zoologique (Jardin zoologico) fut décidé par décret le 27 juin 1874 (en même temps que le jardin botanique). Un an plus tard, le 11 novembre 1875, il est inauguré, mais le zoo était encore à l’époque compris dans le Parque 3 de Febrero, et n’avait pas de délimitation propre. Il n’était pas sur le terrain de l’actuel zoo, mais au bout de l’avenida Sarmiento sur un secteur qui est aujourd’hui proche du planétarium. Une sorte de petit zoo « amateur » dirigé par le zoologue Carlos Berg. Les grands estancieros lui rapportaient toutes sortes d’animaux qu’ils trouvaient sur leurs propriétés.  

 


Vidéo : Montage photo Jardin zoologique de Buenos Aires. Juillet 2009. 4 mn 23 s.
Pont dans le zoo de Buenos Aires.La ville reprend le parc zoologique :

En 1888, le zoo appartenant à la Nation passe aux mains de la ville de Buenos Aires qui décide de lui donner une envergure plus « internationale », de le déplacer à l’emplacement actuel et de l’entourer par des grilles. En effet jusqu’à présent il ne renfermait que des espèces de la faune locale. Eduardo Ladislao Holmberg, médecin de profession, fut le premier directeur attitré du nouveau jardin zoologique de la ville (entre 1888 et 1903). Eduardo Holmberg, directeur du zoo de Buenos AiresFin spécialiste et zoologue, professeur à l’Université des sciences physiques et naturelles, il possédait de plus une large bibliothèque traitant des espèces les plus diverses. Pour la petite histoire, on le surnommait « El loco de los bichos » (le fou des bestioles). En fait il faut vraiment attendre 1890, pour voir le parc prendre forme et se peupler de nouveaux pensionnaires occupant peu à peu les nouveaux espaces ainsi que les nombreux « palais ».
Le parc est donc modifié durant deux années de travaux entre les années 1890 et 1892. Chaque nouvelle espèce reçoit son palais ou temple en relation avec sa provenance. Epoque des grands voyages, des découvertes de l’Afrique et de l’Asie, il faut faire rêver le public et créer de toutes pièces des éléments d’architectures qui plonge le promeneur dans de l’exotisme vivant.). Les bassins, les fontaines et autres « palacios » sont donc montés pendant ces deux années mais on continuera à l’agrémenter d’autres œuvres jusqu’en 1903.
Maison des éléphants du zoo de Buenos Aires.Les années 1900 :

En 1904, un second directeur fut nommé, le naturaliste italien Clemente Onelli qui resta à charge pendant près de vingt ans. Onelli venait du musée des Sciences Naturelles de la Plata, homme de grande culture et explorateur de la Patagonie (encore région très peu connue en ce début du XXème). Il avait aussi le sens des affaires et faire connaître le parc zoologique puisque de 1.500 visiteurs en 1903 à 15.000 visiteurs en 1904 (première année sa gestion).

Jorge Luis Borges et sa soeur au zoo de Buenos AiresLorsqu’il fut nommé à la tête du jardin, celui ci était alors presque totalement terminé, mais ajouta l’idée de pouvoir s’approcher plus près et surtout de pouvoir toucher certains animaux, comme les éléphants ou les chameaux. Pour cela, il faut apporter quelques modifications et fais appel aussi au paysagiste français Charles Thays dès 1905 pour repenser aussi les plantations de nouvelles espèces végétales. En 1923, Clemente Oneli décède.

Le troisième directeur, en 1924 fut Adolfo Holmberg (petit neuveu de Eduardo Holmberg) qui restera en poste jusqu’en 1944. Nouvelle modernisation de l’espace puisqu’il fait disparaître toutes les cages et grilles pour mettre en place des séparations par fosse ou plan d’eau.
La maison des rhinocéros du zoo de Buenos Aires.Templos y Palacios del Zoologico :

Dès l’entrée on peut admirer le Lago Darwin (Lac Darwin) au milieu duquel il y a une ruine, et une véritable ruine, puisqu’elle provient d’Italie (de Tristre) ! En fait 7 colonnes que l’on nomme « El Pórtico Bizantino ».  

La pagode japonaise (Pagoda japonesa), abritait des cervidés japonais, mais n’a plus qu’un rôle décoratif aujourd’hui.

Le Temple de Vesta, petite temple circulaire (copie de celui de Rome), bâtiment offert par la communauté romaine de Buenos Aires.

El templo de Indostan, (datant de 1901), à son ouverture le temple renfermait une « confiteria » à l’étage, et possédait des vaches hollando argentines au niveau inférieur. Les serveurs et serveuses étaient habillés en costume hollandais et pouvaient servir des verres de lait provenant directement de son « cheptel ».

El Rainforest, situé tout au bout du parc (proche de l’entrée de l’avenida Libertador), reproduit les conditions climatiques de la forêt subtropicale. Tout y est, insectes, reptiles et oiseaux.

La Condorera, elle avait été construite sur la Plaza de Mayo pour célébrer les fêtes Mayas de 1903 lors de la venue d’une délégation chilienne. Elle pouvait s’illuminer en début de soirée. Après les fêtes, le directeur Clemente Onelli réussit à convaincre la mairie de la lui remettre pour la placer dans son jardin.  

El templo egipcio, un des plus anciens éléments, puisqu’il fut créé par le directeur des lieux, Eduardo Holmberg. Il abritait les singes, mais aujourd’hui ne sert que les yeux, puisqu’il n’a qu’un rôle de décoration.

El palacio de los elefantes (dessiné par l’architecte Cestari et inauguré le 03 février 1904) aussi nommé Templo de la Diosa Nimaschi, réplique de celui qui se trouve à Bombay. Comme son nom l’indique, abritent les …éléphants !  La surface est importante puisqu’il couvre 900m2.

El templo hindú (Oeuvre de Virgilio Cestari de 1903

Le Rainforest du zoo de Buenos Aires.Grandeur, décadence, et renouveau :

Dans les années 60, le zoo entre en décadence et accélère l’idée de le privatiser.  Durant la présidence de Carlos Menem (grands privatisateurs de l’economie argentine) en 1989, donne la gestion du parc au producteur et homme d’affaire Gerardo Sofovich en vue de préparer la privatisation de l’administration du jardin. La nouvelle concession est créé en 1991 pour une durée de vingt ans et prendra fin en 2011.
En 1997, le jardin zoologique est classé monument historique national.

 


Vidéo : Arrivée de Bady à Buenos Aires, une girafe male agée de 4 ans provenant du zoo de Santiago de Chile pour accompagner la girafe femelle Jackie agée de 8 ans du zoo de Buenos Aires. Jackie est née au zoo de Buenos Aires. Juillet 2009. 1 mn  31 s. 

Les mateos de Plaza Italia et du bois de Palermo à Buenos AiresLos Mateos :

Devant l’entrée du Zoo sur Plaza Italia, il y a en permanence pendant la journée, une file de voitures à chevaux, nommées « los mateos » qui servent à faire un tour, non pas dans le jardin zoologique, mais dans le parc 3 de Febrero. En 1900 ils étaient nombreux, utiles et même indispensables pour se déplacer en ville, aujourd’hui quelques dizaines sont encore en service pour le plaisir de se promener dans les bois.

Lire le second article de 2012 sur le Parc Zoologique de Buenos Aires.

Le Temple de Indostan du zoo de Buenos Aires.Fiche Technique :

Horaires d’ouverture :
Ouvert du mardi au dimanche en période scolaire et les jours fériés dès 10h et jusqu'à 17h (se renseigner sur le site pour les activités de nuit, ou pour voir les lémuriens jusque 18h sur l’île).
Ouvert tous les jours durant les vacances

Site web : www.zoobuenosaires.com.ar

Pour s'y rendre : L'entrée principale se situe sur Plaza Italia, adresse officielle sur Avenida Sarmiento 2827. Il y a aussi un deuxième portail au coin de l’Av Sarmiento et de l’Av Del Libertador, ce second accès n'est ouvert que le week-end, les jours fériés et pendant les vacances.
En métro : Station Plaza Italia (ligne D). En train : Station Palermo. En bus, au moins un vingtaine de lignes de bus passent sur Plaza Italia. 

Prix d'entrée : 

Il existe un Pass complet : 40 pesos en 2012. Il était de 22 ARS en 2009 (inclut les activités suivantes : balade en barque, reptiliarium, aquarium. Non inclus : le spectacle des loups marins et le carroussel).
Pass simple : 25 pesos en 2012 (n’inclut aucune activité). il était de 12 ARS en 2009.
Activités diverses : 6 pesos.
Gratuit pour les moins de 12 ans.

D'autres articles dans le Petit Hergé :

Reportage sur Buenos Aires- Reportage vidéo sur Buenos Aires : Un excellent reportage de 2007 de la télévision espagnole du canal « La Sexta » qui donne une vision européenne de ce que peut être Buenos Aires et la onda porteña. Excellent et amusant. Ce reportage est en « castillan » mais même si vous ne comprenez pas tout, regardez-le, très proche de la réalité !

Ce reportage fait partie de la série « Planeta Finito » et est présenté par Imanol Arias...

 

Match de Boca à la Bombonera de Buenos Aires- Match de Boca à la Bombonera : Tout le monde sait à quel point le football est une institution en Amérique du Sud et en Argentine. Par conséquent, qui n’a jamais été tenté d’allé voir un match de foot ici, et plus particulièrement voir jouer ce club mythique qu’est le Club Atlético de Boca Juniors à la Bombonera. Cependant, les réticences sont nombreuses avant de réellement passer à l’acte. Tout d’abord quand on connait l’ambiance parfois violente qui règne dans les stades en France, et qu’on sait qu’ici tout est généralement amplifié, on se dit que les matchs de foot Argentins ne doivent pas être de tout repos..

La Feria de Belgrano (Belgrano - Buenos Aires)- La Feria de Belgrano à Buenos Aires : C’est en face de l’Église, sur la place Belgrano, plus connue sous le nom de Plaza Juramento, que s’étalent les stands. Dès 12h, ils proposent toutes sortes de pièces artisanales, souvent en bois. Du jeu d’échec aux jouets, en passant par les salières, les boucles d’oreilles ou encore les sacs en cuirs, on sent derrière chaque stand les techniques et matériaux traditionnels qui se transmettent. Ce qu’on appelle ici l’artisanat urbain est une passion partagée depuis la fin des années 70 par plus de 170 artisans dont les métiers comprennent à la fois de la peinture sur toile ou des céramiques, des illuminations ou bien des instruments de musique...

Le Rosedal de Palermo à Buenos Aires- Le Rosedal (La Roseraie) de Palermo : Le Rosedal a une surface de 34040 m2 (un peu plus de 3 hectares) est dessiné en partie comme un jardin à la françaises sur son entrée principale. Vers le lac et le pont qui enjambe un bras du lac, il s’apparente plus à un jardin à l’anglaise, quant en son extrémité sud, un jardin hispano - mauresque agrémenté d’un patio andalou lui fut incorporé en 1929, cadeau de la ville de Séville. C’est donc un parc qui alterne les compositions paysagistes les plus divers en préservant une certaine continuité dans le thème floral...

Partager cet article

Published by Le Petit Hergé - dans 02 - Tourisme
commenter cet article

commentaires

Se loger à Buenos Aires

 

Vous cherchez à vous loger à Buenos Aires ?

Contactez moi :

petitherge@hotmail.com

Pour Trouver Un Article Dans Le Petit Hergé Argentine

Cours du Peso Argentin

26 juin 2017

L'Euro est à

↑ 18,25 ARS

L'USD est à

► 15,95 ARS