17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 17:57

Mise à jour : 17 juillet 2008

Tableau de vote du Sénat argentin
Photo : tableau de la votation des sénateurs argentins en cette journée du 17 juillet 2008.

Il y a des journées comme ça, quand on est dedans, on ne se rend pas trop compte de son importance et puis ensuite on s'aperçoit que ce n'était pas vraiment une journée comme une autre.
En cette journée du mercredi 17 juillet 2008, l'Argentine pour la première fois depuis............... je ne sais pas, peut être depuis l'avant Peron des années 30, a mis en pratique ses institutions démocratiques pour contrer une intervention de son gouvernement. Une chose inimaginable du temps de Menem, de Peron ou des militaires. Alors, on peut se demander si l'Argentine a enfin quitté son adolescence pour entrer dans le monde adulte ?

Vue de France, vous allez peut-être (et encore) avoir 3 lignes dans votre canard avec un " Le sénat argentin défie Cristina Kirchner" ou un " Le gouvernement argentin mis à mal", mais non, en fait il faut se réjouir ..... Il vaudrait mieux titrer : "Pour la première fois, la démocratie fonctionne à 100% dans un pays latino américain !" car c'est la Démocratie qui en sort gagnante ! Tous les pays latino américains ont des élections libres (mais truquées, ici aussi), tous les pays latino américains ont des partis d'opposition (mais corrompus et incompétents, ici aussi), tous les pays latino américains se gargarisent d'avoir une constitution et un régime républicain (ici aussi), mais quelle est le pays latino américain qui peut se venter d'avoir une des deux chambres, pourtant majoritairement (les deux) pro-gouvernementales et refuser et annuler ce qui était à la base l'équivalent d'un décret présidentiel ? Alors là, je tire mon chapeau : C'est l'Argentine, et pour la première fois depuis la nuit des temps......

Inimaginable il y a quelques semaines, l'Argentine s'en sort grandie et la Démocratie rejette une fois pour toute l'autocratie de ceux qui pensent que de se faire élire en achetant des voix leur permettent ensuite de faire tout et n'importe quoi pendant 4 ans dans la totale impunité et l'ignorance du système républicain existant.

Vous allez penser que je m'excite pour un simple vote au Sénat , non, non !
Dans l'histoire argentine, il y aura eu un "avant 17 juillet" et un "après 17 juillet".




Vidéo : Il est 04h22 du matin, Cobos prend la parole après le vote des sénateur. Il explique son choix et annonce le retrait des rétentions. L'ambiance est plus que tendue, Cobos pense à chaque mot prononcé, la gorge doit être sèche et le souffle court. Un moment fort dans l'Histoire Argentine depuis le retour de la démocratie.



Vidéo : Il est 04h25, les ruralistas installés depuis la veille dans le bois de Palermo fêtent la nouvelle, chantent l'hymne et remercient Julio Cobos de son choix. 

Voilà les moments de cette journée commencée la veille :

Mercredi 16 juillet 2008 :

- 08h47. Les sénateurs ne sont pas encore réunis dans l'hémicycle, mais on parle dans les couloirs. Les estimations donnent 34 voix pour les rétentions et 33 contre. Il y a encore 5 sénateurs indécis.
La sénatrice de La Rioja Teresita Quintela annonce qu'elle est en faveur, on passe à 35 pour, 33 contre.

- 10h10. José Martinez de l'ARI de la Terre de Feu annonce qu'il est contre. 35 en faveur du Pour, 34 Contre.

- 10h25. La séance au Sénat débute enfin.

- 11h00. Chaque sénateur dispose de 10 mn pour s'exprimer. Seuls les chefs de blocs disposent de 30 mn.

- 11h20.  On cherche Carlos Menem, l'ex président qui est tout de même (malgrè ses casseroles au cul et poursuites diverses pour corruptions, j'en passe et des meilleurs) sénateur de La Rioja. Des bruits court "il est en négociation avec le gouvernement pour voter POUR" (alors qu'il est passé plusieurs fois à la télévision pour déclarer qu'il était CONTRE les rétentions). Menem rentre et s'assoit.

11h30. Les sénateurs qui sont toujours "indécis" sont toujours absents, les rumeurs se font plus fortes, seraient ils en "négociation" avec Kirchner pour voter en faveur ? La sénatrice Bortolozzi de Formosa et Saadi font leur apparition.

12h30. Les prises de paroles continuent, on parle de l'histoire, du passé, des grands hommes argentins, etc.... chacun récupère l'Histoire comme il peut.

14h20. Bien que plutôt "Contre", tout le monde a des doutes sur Menem, on remarque qu'il éternue, qu'il se mouche, est il malade ?  Un stratagème pour quitter l'assemblée et ne pas voter ? (et du coup enlever une voix aux "Contres" ?).

14h50. Le sénateur de Santiago del Estero, Rached arrive enfin pour s'asseoir, mais ne dit mot à ses colègues. Pour qui votera t'il ?

16h00. Tout le monde pense que Menem va parler et ensuite quitter l'hémicycle, que le sénateur de Neuquen Lores va changer d'avis et passer du camp "Contre" à celui du "Pour", on pense aussi qu'on peut obtenir un vote nul de 36 à 36, et dans la constitution argentine, dans ce cas de figure c'est le président du Sénat (aussi Vice Président de la Nation) qui a droit de vote pour départager les sénateurs. Tous les regards et les cameras de télévision se tournent vers la tribune de Cobos.

16h15. On trouve un médecin dans les couloirs qui a accompagné Menem, il est donc vraiment malade ! Mais peut il rester jusqu'à la fin ? 

17h15. Les Pro gouvernementaux crient victoire dans les couloirs, Saadi va sûrement voter "Pour".

18h00. On en est à 35 "Pour" et 35 "contre" restent 2 indécis.

19h30. Les pro gouvernementaux sont persuadés de la victoire, les deux derniers indécis Rached et Saadi vont voter "pour" et pensent gagner 37 à 35. Mais on reste encore dans des rumeurs.

20h00. Apres les citations historiques politiques, les sénateurs qui se succèdent aux micros parlent de la situation de l'agriculture au Brésil, de la Chine, de la sècheresse en Afrique.

20h20. On veut savoir si le vice président Cobos est en faveur ou contre les rétentions, celui ci refuse de répondre et déclare donner son avis que s'il doit voter pour départager les sénateurs. 

20h42. Menem quitte son fauteuil et sort de la salle, ca y est tout le monde croit que son "absence" est "arrangé" avec Kirchner. Il revient au bout de quelques minutes. Il restera donc pour parler et voter.

20h45. Tout le monde s'impatiente, médias, mais aussi les argentins qui suivent tous les discours depuis le matin à la télévision, alors bien sur quelques cacerolazos se font entendre dans les rues de Buenos Aires.

20h51. Saadi de Catamarca prend la parole et déclare qu'il va voter "Pour". Nous en sommes à 36 "Pour" et 35" Contre", reste un seul indécis... la nuit continue, les télévisions restent allumées chez bon nombre d'argentins. Il est minuit, nous passons au jeudi 17 juillet 2008.

03h40 du matin. Les prises de parole se poursuivent, nous en sommes maintenant sûr, nous allons avoir un vote de 36 contre 36. Il faut attendre la décision de Julio Cobos.

04h25. Julio Cobos prend la parole et annonce qu'il vote "Contre". Les manifestants ruralistas restés à Palermo depuis la veille explosent de joie, les manifestants pro gouvernementaux de la Plaza Congreso montrent leur colère.
A l'interieur du Sénat aucune effusion de joie ou de tristesse, tout le monde rentre dormir, mais c'est une "révolution" pour le pays. La Séance aura duré 18 heures !

Les ruralistas fêtent à Palermo
Photo : Il est 04h25 du matin dans les bois de Palermo, les ruralistas sautent de joie.

Les pro K montrent leur colère
Photo : Au même moment sur Plaza Congreso de Buenos Aires, les pro-gouvernementaux montrent leur colère.

Julio Cobos ne veut pas démissioner
Photo : Julio Cobos à 11h ce jeudi 17 juillet 2008, interrogé par la presse sur son vote.

Le coup est dur pour le couple Kirchner, désavoué par son propre vice président de la Nation, la presse demandera vers 11h du matin à Cobos à la sortie de son lit, si il pense démissioner de son poste de Vice Président, il répondra qu'il a été élu avec le même nombre de voix que Cristina Kirchner et qu'il n'a donc aucune raison de partir.
Cette fois c'est sur, c'est la guerre entre les Kirchner et les péronistes dissidents soutenus par les anciens alliés comme Cobos.


Les 5 derniers articles du Petit Hergé sur le sujet :

- 16 juillet 2008 : 2 manifs, 2 mondes distincts.
- 14 juillet 2008 :
Les tontons flingueurs contre la Castafiore.
- 08 juillet 2008 :
Le Quebracho en délire
- 07 juillet 2008 : 14 juillet VIP à Buenos Aires
- 06 juillet 2008 : Analyse du vote du 05 juillet 2008


En attendant :


Les ruralistas remercient le vote de Cobos
Photo : Message circulant par mail ce matin pour remercier le vote de Cobos.

 

Partager cet article

Published by Le Petit Hergé - dans 03 - Actualité argentine
commenter cet article

commentaires

laurent 18/07/2008 14:17

Et bien je vais arriver au bon moment moi...Un vice-président qui fait face... du peu que je connais l'argentine je ne serais pas étonné qu'un scandale sorte sur Mr Cobos afin de l'obliger à donner sa démission...histoire de faire partir le gêneur...Maintenant le problème est que l'on revient au point 1; que va faire Cristina...

Se loger à Buenos Aires

 

Vous cherchez à vous loger à Buenos Aires ?

Contactez moi :

petitherge@hotmail.com

Pour Trouver Un Article Dans Le Petit Hergé Argentine

Cours du Peso Argentin

27 juillet 2017

L'Euro est à

↑ 20,50 ARS

L'USD est à

↑ 17,40 ARS