2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 17:52

Tu bouges, tu perds !

 

Cristina, que fait on des vaches ? La situation est bloquée, d’un coté les ruralistas qui veulent revenir à la situation de début mars quant à leur rétention de 35%, de l’autre le gouvernement qui veut absolument faire passer la pilule d’une rétention mobile tournant autour de 50 à 55% suivant le prix international du soja.

 

 

En attendant le monde agricole est en grève, ça signifie concrètement, que les vaches ne sont plus livrées, ne vont plus à l’abattoir, les ventes de viande se font au compte goutte sur les marchés nationaux et à l’exportation, que la vente de grains ne se fait plus, l’Argentine n’exporte pratiquement plus aucune matière première agricole. Bref la balance extérieure du pays va devoir infléchir, d’où une diminution des entrées d’argent dans les caisses de l’Etat.

 

Pire que ça, dans toute la partie de la Pampa humide, les gros pôles céréaliers et d’élevage, des provinces de Entre Rios, Santa Fe, Buenos Aires, Cordoba, La Pampa, ont une économie qui s’effondre. Quand vous savez que l’agriculture et l’élevage représente pour ces zones rurales la seule et unique source de revenu, et que depuis mi mars, il n’y a pratiquement plus d’entrée d’argent, on ne s’étonne pas non plus de voir  l’activité économique de cette région s’effondrer. Alors depuis samedi dans ces 5 provinces, tout le monde sort dans la rue pour le montrer, chauffeurs de taxi, routiers, commerçants, etc… car eux non plus n’ont plus de travail !

 

Les ruralistas jouent le temps ! Les jours de grève s’accumulent, la situation pourrit, le nombre de mécontents augmente. Pendant ce temps là, coté gouvernement, silence total…

 

Stratégie des ruralistas :

 

Au début de la grève (en mars) les ruralistas ont commencé par bloquer les routes, ils ont totalement changé de stratégie, car ils ont vite compris qu’en bloquant la route il allaient d’une part ce mettre le peuple à dos, et de plus donner un prétexte au gouvernement pour lâcher les flics sur les routes au nom du « les ruralistas veulent prendre en otage le peuple argentin ».

Maintenant les ruralistas ne bloquent plus de route, ils font tout simplement grêves et médiatiquement comme politiquement essayent de passer le message. « Nous sommes des non violents, nous sommes en grèves et nous refusons de travailler pour rien » Tant que la rétention ne reviendra pas à 35%, nous continuerons à camper le long des routes sans retourner dans les champs travailler. C'est une stratégie de la non violence. En attendant ils font le maximum pour s'accaparer la couverture médiatique, réunions quotidiennes, conférences de presse à tout bout de champs, participation d'autres secteurs industriels et commerciaux à leur revendications, etc...

 

Stratégie des Kirchner :

 

Comme ils ne peuvent plus (car ils sont allés maintenant trop loin pour faire demi tour) ni accepter le retour au 35%, ni plus encore dialoguer (car il n’y a rien à débattre). La seule possibilité que le gouvernement ait de sortir de la « crise » est de casser le mouvement de grève.
Pour cela, ils auront tout essayer :
- 1ère periode : Dans un premier temps envoyer leurs gros bras de piqueteros de D’Elia pour taper du ruralista sur plaza de Mayo. Faire les méchants pour intimider (Trop violent, ils ont arrêté, ça les discréditait plus que ça ne les aidait pour leur image).
- 2ème periode : Puis ce fut la période « Mais nous voulons dialoguer avec les ruralistas, mais ce sont eux qui ne veulent pas », bien entendu au bout de 4 ou 5 réunions où le gouvernement n’avait rien en main à proposer au monde rural, les ruralistas ont quitté la table.
- 3ème période : Ensuite vint la période « nous, gouvernement, nous sommes victimes d’une machination de la part des medias et de l’oligarchie rurale. » « Nous voulons récupérer de l’argent à ses riches exploitants pour les redistribuer aux pauvres ! » « Nous sommes dans le vrai, tous ceux qui sont contre nous mentent ! », cette position aura duré deux semaines, mais bon, personne n’y croit, encore moins les pauvres ! Quant au media, les conséquences ont été catastrophiques, puisqu’ils auront réussi à se mettre tous les journalistes à dos (y compris le canal C5N qui était tout au début plutôt pro Kirchner). Cette attaque à la liberté de la presse leur a été dévastatrice.

- 4ème periode : Nous l’avons débuté vendredi dernier. La préfecture naval a procédé à l’arrestation d’une petite dizaine de manifestant ruraliste sur une route de la province de Cordoba. Nous sommes dans la période « poursuite judiciaire ». Il faut absolument que Kirchner déstabilise le campo et les pousse à la faute. La faute étant par exemple que les agriculteurs bloquent les routes, incendient des bâtiments , etc… pour qu’il ne reste plus qu’a envoyer la police ou l’armée matraquer tout ça !

Le coup d’envoyer un vendredi (et surtout un vendredi) la préfecture navale arrêter 10 agriculteurs était bien préparé. D’une part on sait que toute arrestation un vendredi (même si vous êtes innocents) en Argentine, va vous faire passer 3 nuits en tôle, car il faudra attendre le lundi matin pour que le fiscal commence à étudier ce que l’on vous reproche. Donc rien de mieux que de chauffer le sang du campo quand on sait que 10 agriculteurs vont dormir à l’ombre pendant 3 nuits. De quoi pousser le campo a la révolution pour le week-end, et ensuite envoyer ses troupes de choc pour mater la « rébellion pour le bien de la patrie et de l’ordre public » un lundi par exemple. Malheureusement ça n’a pas marché comme Kirchner le pensait, d’une part les syndicats s’attendent tous les jours à des provocations (donc avant de s’enflammer, ils y pensent a deux fois) et puis manque de peau pour Kirchner, les 10 agriculteurs ont été relâcher le vendredi même.

 

Arrivée de Cristina Kirchner à Rome ce matin lundi 02 juin 2008 Voilà ou nous en sommes en ce lundi 02 juin 2008. Les médias se lâchent, et ose même s’aventurer à parler de « dérive démoniaque du couple Kirchner ». En effet, quand pour sauver sa peau ou sa fierté, on commence à échafauder des plans pour que les argentins se battent entre eux, on n’est plus très loin du machiavélisme !

 

Pour terminer par la petite histoire, figurez vous qu’hier soir Kruela Kirchner a pris l’avion pour se rendre à la conférence sur la faim dans le monde de Rome !  Celle qui tout fait pour que l’Argentine n’exporte plus rien depuis 2 mois ! De quoi en rire ou en pleurer !

Les 5 articles suivants sur le sujet :

- 04 juin 2008 : La médiocratie

- 04 juin 2008 : Les camioneros s'en mêlent
- 05 juin 2008 : On rationne le lait
- 06 juin 2008 : Elle jette de l'huile sur le feu
- 09 juin 2008 :
Tu veux faire la paix ?


Les 5 derniers articles sur le même sujet :

- 01 juin 2008 : Quand la faim sert d'arme
- 29 mai 2008 : Il fait froid chez les Kirchner
- 26 mai 2008 : En attente d'une réponse de Cristina Kircher
- 26 mai 2008 : Le dernier jour ?
- 18 mai 2008 : Entre dialogue et durcissement.


Sommet sur la faim à Rome.

 

Partager cet article

Published by Le Petit Hergé - dans 03 - Actualité argentine
commenter cet article

commentaires

Se loger à Buenos Aires

 

Vous cherchez à vous loger à Buenos Aires ?

Contactez moi :

petitherge@hotmail.com

Pour Trouver Un Article Dans Le Petit Hergé Argentine

Cours du Peso Argentin

27 juillet 2017

L'Euro est à

↑ 20,50 ARS

L'USD est à

↑ 17,40 ARS