17 mars 2019 7 17 /03 /mars /2019 14:47

Mise à jour : 17 mars 2019. 1ère édition. 

La ville de Santiago del Estero :

Santiago del Estero est la capitale de la province du même nom située dans le Nord Ouest Argentin alors que la plus grande surface de sa province se situe dans la région naturelle du Chaco.

Totalement ignorée des touristes et située en dehors de tous les périples que l’on vous propose dans les guides européens, cette ville de 350.000 habitants a connu depuis 2010 un sursaut dans le tourisme et dans l’infrastructure urbaine, et vaut aujourd’hui le détour.

Si vous voyagez donc entre Buenos Aires et Salta ou même entre Cordoba et Tucuman, un petit détour sur Santiago ne sera pas pour vous déplaire. Comptez deux nuits (ou même trois) avec une ou deux bonnes journées au milieu pour découvrir les principaux points d’intérêts de la ville.

Photo : La Cathédrale de Santiago del Estero donnant sur la Plaza Libertad. Photo Petit Hergé - Septembre 2018.

      

Photos : De gauche à droite, l'ancienne Farmacia La PLaza surélevé par un bâtiment moderne. Le complexe Juan Felipe Ibarra vue de la Plaza Libertad. L'ancien cinéma "Petit Palais" sur la Plaza Libertad. Photos Petit Hergé. Septembre 2018.  (Cliquez sur les photos pour les agrandir). 

Un peu d’histoire :

On surnomme la ville de Santiago del Estero, la “Madre de ciudades”, car c’est aujourd’hui la ville argentine la plus ancienne encore debout, qui a donc depuis sa fondation résisté à tous les assauts des indiens, des maladies et autres famines.

Un petit aparté sur ce sujet : En Argentine, on déclare que Santiago del Estero (dernière fondation de la ville actuelle est de 1553) est la ville du rio de la Plata la plus ancienne, mais en fait c’est la ville d’Asunción qui l’est (fondée en 1537). Le « politiquement correct » est de déclarer donc que Santiago del Estero est la ville la plus ancienne, mais sans le détachement du Paraguay en 1811 du Rio de la Plata (qui était une seule et unique entité), on considérerait qu’Asunción est véritablement la mère de toutes les villes à partir de laquelle les autres expéditions sont parties pour fonder les autres villes (dont celle de Buenos Aires en 1580).

Bref, par boutade mais aussi par vérité historique, j’aime dire qu’Asunción est la plus ancienne ville d’Argentine (alors qu’aujourd’hui elle est capitale du Paraguay). Ce qui me permet de recommander aux voyageurs de pousser leur chemin jusqu’à Asunción, c’est tout de même à cet endroit que tout a commencé !

On revient au sujet : Santiago del Estero tout comme de nombreuses villes on essayé de s’implanter à plusieurs reprises, en changeant de lieux jusqu’à trouver à la fin le bon emplacement à l’abri des inondations, des sécheresses, épidémies ou autres attaques en tout genre d’indiens ou d’autres européens. Santiago fut donc fondée 4 fois ! Une première fois en 1550 en prenant le nom de « El Barco » (dans l’actuelle province de Tucuman), puis en 1551 dans l’actuelle province de Salta, en 1552 cette fois ci dans l’actuelle province de Santiago del Estero, puis enfin en 1553 un peu plus au nord. A chaque fois la ville se déplaçait en recherchant un emplacement un peu plus propice pour son développement !

Lors de la révolution de Mayo (1810) la ville de Santiago del Estero prend parti pour les révolutionnaires. En 1817 un terrible tremblement de terre anéantit la ville, la cathédrale est totalement détruite. La ville se peuple peu à peu à la fin des guerres d’indépendance et vit essentiellement d’agriculture, coton, maïs et d’élevage. Comme souvent à travers le pays c’est l’arrivée du chemin de fer (en 1884) qui va profondément changer la ville en la modernisant et en permettant à d’autres nouveaux émigrants européens de venir s’y installer.

Aujourd’hui la ville comme la province compte très peu d’industries, l’économie se concentre sur l’élevage bovin et sur l’agriculture (Coton, soja, maïs et oignons) et bien sûr sur le secteur tertiaire.

      

Vidéo : Santiago del Estero. Montage Petit Hergé (2019)

Images : Vue par drone de Santiago del Estero (2016) Son : Omar Sosa à la guitare et Elías Monserrat à l’accordéon. (2012)

      

Photos : De gauche à droite. Détail du Kiosque à musique de la Plaza Libertad. Une exposition dans le centre culturel du Bicentenaire. Coupole Art Nouveau du Savoy Hotel. Photos Petit Hergé - Septembre 2018. (Cliquez sur les photos pour les agrandir). 

Une ville en plein renouveau :

La date du 2010 (bicentenaire du début des luttes d’indépendance du pays) marque sans conteste le renouveau de la ville. Jusqu’alors la province oubliée des 24 autres du pays, au centre nord de l’Argentine, on y passait mais on n’y s’y arrêtait pas. Deux grandes routes la traversent nord sud, la N9 (Cordoba-Tucuman) et la N34 (Buenos Aires-Salta) et les deux passent par la ville de Santiago del Estero et La Banda (Sa banlieue Est). La ville reçoit énormément d’argent de la Nation pour fêter le bicentenaire et de nombreux travaux d’urbanisme se mettent en place quelques années avant.

Il ne faut surtout pas regretter la modernisation de la ville qui le méritait, avant on l’esquivait, aujourd’hui on peut y aller, même on peut la rechercher. Bref, nouvelle élan et surtout développement de projets (certaines mauvaises langues pourraient dire « pharaonique ») absolument pas à l’échelle de cette ville moyenne. Santiago del Estero avait du retard, voilà qu’elle a maintenant de l’avance. A elle maintenant de se faire connaitre, et d’attirer les investisseurs et aussi le tourisme.

      

Photos : De gauche à droite. Hall principal du centre culturel du Bicentenaire. Coursive du patio à l'étage de l'ancien Palais du Gouvernement. Patio de l'ancien Palais du Gouvernement. Photos Petit Hergé - Septembre 2018. (Cliquez sur les photos pour les agrandir). 

A voir à Santiago del Estero :

 - Le nouveau centre culturel du Bicentenaire :

(Centro Cultural del Bicentenario) installé sur la place principale (Plaza Libertad) et englobant l’ancien palais du gouvernement (Casa de Gobierno) de la province qui a été rénovée et agrandie par une partie totalement nouvelle occupant tout le centre du pâté. Ce qui permet d’avoir accès au centre par deux autres entrées donnant sur les calles Pellegrini et Tucuman.  Le chantier dura 2 ans (2008-2010) et aujourd’hui le Centre Culturel (CCB) permet d’offrir 10.000 m2 d’expositions aux trois nouveaux musées qu’il abrite : le Museo Histórico, qui comme son nom l’indique, permet de parcourir la période préhispanique de la province jusqu’à nos jour ; Le Museo de Ciencias Antropológicas y Naturales qui regroupent les collections  archéologiques, ethnographiques et paléontologiques de la ville, et enfin le Museo de Bellas Artes "Ramón Gómez Cornet" qui permet de présenter les œuvres de quelques peintres santiagueños passés et présents. Donc à voir absolument, c’est le centre à ne pas rater en ville !

La Cathédrale :

Toujours sur la même place libertad, La Iglesia Catedral est posée face à la statue équestre de San Martin. Cette cathédrale fut la 5ème à se bâtir toujours au même endroit, elle date de 1877, et l’antérieure fut détruite par le tremblement de terre de 1817.

- La Terminal de Omnibus :

La terminale de bus de longue distance si vous y arrivez de Buenos Aires. Certainement la Terminale de bus al plus futuriste du pays. Œuvre du cabinet d’architecture MSGSSS, elle fut inaugurée le 26 novembre 2008. L’ancienne terminale se trouvait au sud du centre ville à l’angle de l’avenue Pedro León Gallo et de la rue Granadero Saavedra proche du stade. Construction des années 50 totalement obsolète et trop petite, il était temps de la déplacer et de l’agrandir. La nouvelle Terminale se trouve au nord du centre est a la particularité d’être connectée directement à l’autoroute (Avenida Nuñez del Pardo) par une voie spéciale surélevée qui sur 1 km permet aux bus d’arriver au niveau supérieur du bâtiment.

- Le Tren al Dessarollo :

(le train au développement), nom donné à un train reliant par voie aérienne La banda (banlieue nord) a la nouvelle Terminal de bus de Santiago del Estero. A la limite du scandale quand on sait que ce projet couta une fortune dans une province extrêmement pauvre et dont la viabilité de ce projet, qui a engouffré une fortune, reste encore à prouver. Le projet fut lancé en 2012 et l’inauguration eut lieu en septembre 2016. Une seconde tranche (qui restera peut être dans les cartons) prévoyait d’allonger cette ligne à Rio Hondo et à Tucuman !

- El Forum :

Très bonne réhabilitation  de l’ancienne gare chemin de fer (estación de Ferrocarriles Mitre) dont on a gardé le bâtiment principal pour lui accoler de nouveau bâtiment moderne qui abrite aujourd’hui le centre d’exposition et de conférence de la ville. Le projet débuta en 2010 pour être inauguré en 2012.

L’ensemble est placé dans un nouveau parc (les arbres n’ont pas encore eu le temps de pousser (en 2018) et prend le nom officiel de « Paseo de las esculturas ».

 - La Casa del Gobierno :

Qui comme l’indique son nom est tout simplement le siège du gouvernement de la province (le palais du gouverneur) situé juste face a la Plaza san Martin.  Ce palais est de style Néocolonial espagnol est fut bâti entre 1948 et 1952 œuvre de l’architecte Aníbal Oberlander.

El Parque Aguire : Long d’un kilomètre est situé le long de la avenida Pozo de Vargas. Un bon endroit pour se promener.

- Le Mercado Armonia :

C’est le marché de Santiago del Estero, en plein centre juste derrière le centre culturel. Pour y faire ses courses mais aussi pour y déjeuner d’une manière simple, ce n’est que l’embarras du choix pour y trouver son boui boui. Œuvre de l’architecte hongrois Gyorgy Kalnay il fut inauguré en 1936 (C’est aussi l’architecte du Luna Park de Buenos Aires en 1932).

- Complejo Juan Felipe Ibarra :

En plein centre, un complexe comprenant deux tours de 24 et de 18 étages et abritant les services des ministères provinciaux de l’économie, de l’éducation et les archives. L’intérêt pour les visiteurs est d’avoir un libre accès à la terrasse pour y voir la ville et on peut aussi profiter des services d’un bar.  Le projet est de l’architecte  Diego Félix San Martín, il fut commencé en 2011 pour s’inaugurer en 2014.

 

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)

      

Photos : De gauche à droite. "Mama Antula" à la Cathedrale. Le Complexe Juan Felipe Ibarra à partir de la Plaza Libertad. Statue dans le centre culturel du Bicentenaire. Photos Petit Hergé - Septembre 2018. (Cliquez sur les photos pour les agrandir). 

Les conseils du Petit Hergé :

Que vous veniez en voiture (ou en bus) de Cordoba ou de Santa Fe ou de Buenos Aires, Santiago permet aujourd’hui de faire étape au moins une journée pleine (voire deux) avant de continuer sur le NOA et la ville de Tucuman. La visite du Centre Culturel va vous permettre de comprendre un peu l’histoire du Nord Ouest et de vous mettre dans l’ambiance de tout ce que vous allez découvrir dans le reste de votre périple dans les conquêtes espagnoles, la difficulté de la colonisation et les peuples pré-hispaniques.

Jusqu'à présent je recommandais de débuter la visite du NOA à partir de la ville de Tucuman, maintenant débuter la visite du NOA à partir de Santiago del Estero est aussi une bonne alternative.

J’organise des visites de Santiago del Estero à partir de Buenos Aires, contactez moi si cela vous intéresse !

A lire aussi dans le Petit Hergé :

   

         Salta              Tucuman        Humahuaca         Rosario

 

Partager cet article

commentaires

christiane 29/02/2020 12:04

notre petite fille doit partir en aout pour Santiago dans le cadre d'une association humanitaire ,elle a 18 ans ,quelle recommandations lui donneriez vous ,elle parle espagnol et est passionnée de cette culture ,moi je pense plus santé ,hébergement etc merci d'avance de votre réponse ,de notre coté nous envisageons de lui rendre visite pour dé couvrir ,lArgentine et Santiago .

Des questions ?

Contactez moi sur :

petitherge@hotmail.com

Recherche Sur Le Site

Cours du Peso Argentin

Euro : 03 juillet 2020.

Cours officiel : 76 ARS

Cours "bleu" : 120 ARS