17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 20:45

Mise à jour : 17 avril 2017. Catégorie Province de Santa Fe

La province de Santa Fe : 

 

J’avais un peu délaissé “l’Intérieur” comme on dit ici « El Interior ». C'est-à-dire les provinces. En effet ces derniers mois (ou même ces dernières années, je m’étais concentré sur Buenos Aires). Donc voilà le temps de tourner un peu la tête et de jeter mon beau regard sur une province toute proche et limitrophe qu’est la province de Santa Fe.

En un mot, sans devoir vous noyer sous une tonne de chiffre (qui en général ne permet pas de se faire une idée) disons que cette province est étendue sur 133.000 km2 (c’est la dixième du pays par sa taille, donc déjà assez grande. Pour faire une comparaison, disons qu’elle est un peu plus grande que la Grèce) et est peuplée de 3.500.000 de « Santafesinos ».

Deux grosses villes se détachent du reste des localités, tout d’abord la capitale qui a donné son nom à la province, la ville de Santa Fe (750.000 hab), au centre-est de la province sur le Rio Paraná et la ville de Rosario qui n’est pas la capitale mais qui est la plus peuplée (1.700.000 hab) et la plus active (industriellement, économiquement et culturellement). Ce qui fait que les deux villes se jalousent, se détestent, et passent leur temps à se rivaliser. C’est un peu comme Barcelone et Madrid en Espagne ou Rome et Milan en Italie.

 

Au niveau du tourisme, on peut discerner 5 zones plus ou moins intéressantes (cela dépend de l’intérêt de chacun), tout d’abord les deux villes de Santa Fe (A) et de Rosario (B) avec leurs alentours (rayon de 100 km autour), et puis la campagne, la vraie peut être tout d’abord celle se situant plutôt au centre-ouest autour de la ville de Rafaela (C), une autre se situant à l’extrême sud de la province autour de la ville de Venado Tuerto (D) et enfin la dernière qui doit occuper une bonne moitié de la province, toute la zone nord (E), la porte d’entrée dans le « Gran Chaco », une des grandes régions géographiques du continent abritant une grande savane.

Je vais donc articuler cet article sur ces 5 secteurs, en vous indiquant à chaque fois les éléments à connaitre les plus importants.

Ce qui vous permettra de décider d’y aller ou non !

A moi donc de vous en donner l’envie !

 

Photo du haut : La ville de Rosario.(Voir photo agrandie)

Carte emplacement de la province (Voir carte agrandie)

Carte Province de Santa Fe (Voir carte agrandie)

Vidéo : La province de Santa Fe. (2012)- 4 mn 07 s.

La ville de Santa Fe :

 

La ville est fondée en 1573 par Juan de Garay, le même qui fonde sept ans plus tard en 1580 la ville de Buenos Aires. Alors, allez vous me dire, la ville de Santa Fe est plus ancienne que celle de Buenos Aires ? Eh bien non ! Puisque souvent en cette fin de XVIème siècle les villes « se déplacent ». Comprenez plutôt que souvent les Espagnols se rendent compte quelques années après la fondation que l’emplacement de la ville n’est pas le meilleure, et obtiennent de la part du Roi l’autorisation de l’abandonner pour la refonder plus loin (quelques fois à plusieurs centaines de km du premier emplacement). Pour ce qui est de la « première » ville de Santa Fe, elle est donc installée a 80 km de l’actuelle et les habitants (à peu près un millier) déménagent vers la nouvelle entre 1650 et 1660 (les historiens ne sont pas d’accord). L’ancienne surnommée « Santa Fe la Vieja » fut donc abandonnée et la nature la fit disparaitre rapidement. Elle était installée à coté de ce qui est aujourd’hui le village de Cayasta. Sachez qu’on peut en visiter les ruines (en tout cas de ce qu’il en reste !), voilà déjà une bonne idée de promenade. Elle est située au nord de la ville de Santa Fe.

Pendant toute l’époque coloniale espagnole (donc jusqu’en 1810), Santa Fe était un port fluvial, étape obligatoire entre Buenos Aires et Asunción. Ne pas oublier que les routes étaient lentes et peu sures, cela explique le développement du transport des marchandises par voies fluviales, d’où l’importance de cette ville qui croit rapidement en population. 20.000 pour la ville et les environs en 1869, 80.000 en 1914, 240.000 en 1960, 335.000 en 1980 et pas loin de 550.000 aujourd’hui en 2017 avec sa banlieue.

Pour le climat sachez que les mois les plus secs sont ceux d’hiver (juin, juillet aout) et les plus pluvieux en été, les mois de janvier, février et mars. En été on a des températures comprises entre 22°C et 32°C et l’hiver entre 8°c et 18°C.

Photo : La Cathédrale de la ville de Santa Fe.(Voir photo agrandie)

Vidéo : La ville de Santa Fe. (2010) 6 mn 57 s.

Conseil du Petit Hergé :

 

Point de passage obligatoire entre la Pampa (province de Santa Fe) et le début de la Mésopotamie (Province de Entre Rios), Santa Fe est unie à la ville de Parana par un tunnel depuis 1969. (Axe principal entre la ville Cordoba et l’Uruguay). Une très bonne ville d’étape dans votre découverte de la région privilégiez au moins deux nuits pour avoir une bonne journée entière en ville. Si le temps est beau, deux journées entières en vous logeant en ville pour aller vous aussi les environs (tourisme fluvial, et l’ancienne Santa Fe à Cayasta). Vous ne regretterez pas !

Photo : La mairie de Santa Fe, architecture rationaliste. (voir photo)

Photo : Le couvent de San Francisco dans la ville de Santa Fe.

A visiter dans la ville de Santa Fe :

 

Les espaces verts et en extérieur :

 

Parque Juan de Garay

La Réserve Ecologique

La Plaza 25 de Mayo

Estacion Zoologico Experimental

Jardin Botanique Ing. Lorenzo Parodi

Le Paseo Portuario,

Parque del Sur

Costanera (voir photo)

Laguna Setubal et le pont suspendu

Parque Biblioteca

 

L'Architecture et les Bâtiments :

 

La Casa de los diez de Andino qui est l’édifice civil le plus ancien (1662) de toute l’Argentine

La Casa de los Aldao (1694)

Fabrica Cultural El Molino, ancien complexe industriel de la farine converti en pole culturel, ludique et d’apprentissage. A voir dans ce centre la « Boveda Cascara » Structure d’architecture moderne.

La Cristaleria San carlos (on peut voir souffler le verre),

Casa de Estanislao Lopez (Calle General López 2792)

Centro Cultural Provincial (Bat de Junín 2457)

Teatro Municipal 1o de Mayo (Voir photo) (San Martín, 2020)

Palacio de la Legislatura. (1911-1914)

La Casa de Gobierno (1911-1917) (3 de Febrero 2649)

Colegio Inmaculada Concepcion (1915) (San Martin 1500)

Municipalidad de la Ciudad de Santa Fe (La mairie) (Salta 2951).

 

Les Musées :

 

Musée Ethnographique et colonial Juan de Garay (calle 25 de Mayo 1470).

Museo Rosa Galiseo De Rodriguez (Peintures et sculptures)

Observatoire astronomique

Museo provincial de Bellas Artes (4 de Enero 1510)

Musée Historique Provincial (Calle Gral San Martin 1490)

Musée Ferroviaire Régional de Santa Fe. (Calle San Luis 2900 | Plaza España)

Museo Provincial De Ciencias Naturales Florentino Ameghino (Calle Primera Junta 2859)

Museo del Puerto (Voir photo)

 

Le Religieux :

 

Le couvent de San Francisco.

La Cathédrale Métropolitaine de Todos los Santos

La Iglesia Nuestra Señora de los Milagros (1670) (Voir photo)

Iglesia San Jose

Iglesia Nuestra Señora del Rosario et Convento de Santo Domingo (9 de Julio 1491).

 

 

 

 

Les commerces :

 

La Peatonal San Martin

Le Mercado Norte, en semaine entre 8h30 et 12h30 et de 16h30 a 20h30, les dimanches et jours féries: entre 9h et 13h (Voir photo)

Paseo Artesanos Costanera

Feria de Artesanias y Antiguedades sur
Costanera Oeste, entre les calles Derqui et Casanello
Uniquement les fins de semaine et jours fériés.

Casa de Alfajores Merengo

Le shopping Estacion Recoleta

Le Shopping La Ribera.

Photo : Almacen Verona, ouvert depuis 1938 sur avenida general paz à Santa Fe

 

La ville de Rosario :

 

- Pour plus d'informations, lire article complet sur la ville de Rosario (20 avril 2017). 

 

Si Rosario n’est pas la capitale de la province, elle est pourtant la plus peuplée et surtout elle est devenue au fil des années la capitale économique de la province. Elle rivalise maintenant avec la 2ème ville du pays, Cordoba. Elle a l’avantage sur cette dernière d’être un port ! Ce qui fait que la ville de Rosario se charge, en plus de concentrer l’activité commercial et industriel de la province, des échanges des provinces limitrophes comme celle de Cordoba et d’Entre Rios.

Elle devient donc « incontournable » dans la découverte de la région nord pampa.

C’est une ville récente, car on a beau trouver des traces d’établissements agricoles et estancias au début du XVIIIème siècle dans les alentours, il n’y a pas encore de « village » ou du moins un « noyau » d’habitations stables dans la contrée pendant la période coloniale espagnole. Il n’y a donc pas de date de fondation de la ville, car il s‘agit surtout d’une création plutôt « spontanée » ou anarchique de cabanes, masures et autres ranchos qui se sont amassées les uns au autres le long du rio, pour former un semblant de hameau.

Si on parle souvent de Rosario comme le « berceau du drapeau argentin » (Cuna de la bandera), c’est parce que (La légende dit que) le General Belgrano a hissé pour la première fois dans ce hameau les couleurs (qui allaient devenir nationales) le 27 février 1812.

Il faut attendre quelques années après en 1823, pour que Rosario accède au titre de « Village » avec sa première juridiction municipale. En 1852 elle sera enfin déclarée « ville » par la « Confédération Argentine ». Il faut ensuite attendre le développement industriel qui commencera vers 1880 pour que la ville moderne comme nous la connaissons aujourd’hui connaisse une explosion démographique en raison de l’arrivée de l’émigration européenne. Aujourd’hui cette ville situé à 300 km au nord de Buenos Aires abrite 1 million d’habitants (1.500.000 en comptant la banlieue) et est extrêmement dynamique. Une sorte de « petite Buenos Aires » !

 Video : Rosario vue d'un drone. Février 2016. 3 mn 57s.

Conseil du Petit Hergé :

Bien plus riche et diversifiée que la ville de Santa Fe, Rosario mérite plus qu’un simple arrêt. Elle peut devenir le but même de vacances de quelques jours si vous séjourner a Buenos Aires par exemple. Donc n’hésitez surtout pas à passer 3 à 4 jours plein en ville. Quand on me demande s’il vaut mieux aller à Colonia ou a Rosario un weekend, la question ne se pose pas ! Si vous aimez l'architecture et l'Art Nouveau, foncez ! 

En bus entre Buenos Aires et Rosario 4 heures de transport.

Si vous y allez en voiture de location profitez-en pour visiter sur votre chemin la ville de San Nicolas de los Arroyos (Province de Buenos Aires). Toujours en restant dormir sur Rosario, passer aussi une journée à Victoria (Entre Rios).

Au total 5 jours / 4 nuits à Rosario.

Photo : Hotel particulier Art Nouveau sur Presidente Roca 479. (voir photo).

Photo : Architecture extrêmement riche à Rosario, de l'Académisme mais aussi énormément d'Art Nouveau.

A visiter dans la ville de Rosario : 

 

Les espaces verts et en extérieur :

 

Plaza San Martín

La Plaza 25 de Mayo

Peatonal Cordoba

Parque Independencia (Voir photo)

Boulevard Oroño

Parque España

El Jardin de los Niños (si on a des enfants)

Parque Urquiza

Cementerio El Salvador

 

Architecture et Bâtiments :

Monumento a la Bandera

Teatro El Circulo (voir photo)

Immeuble natal du Che Guevara

pasaje Monroe

palacio Remonda Monserrat

Asociación Española

edificio Transatlántica

panadería La Europea

Palacio Cabanellas

Club Español (Voir photo)

Jockey Club

La Bola de Nieve

Palacio de los Leones

Les Grands magasins Falabella

Poste centrale

La Fluvial

Siege de l’Université de Rosario

Palacio vasallo

Bolsa de Comercio

Palacio Minetti

Plataforma Lavarden

Palacio Fuentes

 

Musées :

 

Museo de Bellas Artes Juan B. Castagnino (Pellegrini 2202)

Museo de Arte Decorativo (

Museo Histórico Provincial de Rosario (Voir photo)

Museo de la Ciudad

Museo de Arte Contemporáneo de Rosario (MACRo)

Museo Provincial de Ciencias Naturales Dr. Ángel Gallardo installé dans le Palais du gouvernement de la Province.

La Isla de los inventos (avec des enfants)

 

 

Religieux :

 

Basilique Cathedrale Nuestra Señora del Rosario

Nuestra Señora de Lourdes

Nuestra Señora del Carmen. (Voir photo)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commerces :

Mercado de Pulgas del Bajo (samedi fin d’après midi, et dimanche toute la journée)

Mercado Retro La Huella (samedi après midi, dimanche toute la journée)

Feria del Bulevar (samedi après midi et dimanche toute la journée)

Feria de Artesanos de La Florida (samedi après midi, dimanche toute la journée)

Feria Plaza Sarmiento (Mercredi, jeudi et vendredi de 10h à 20h)

Bar El Cairo (Voir photo)

Libros del Bajo

Centro Palace Garden

Shopping del Siglo

Alto Rosario

Portal Rosario

Photo : Parque Arenera avec les tours Dolfin. 

 

Rafaela et le centre ouest de la province :

 

C’est le « berceau du lait » (Cuna lechera) comme on aime le dire dans la province. De très nombreuses estancias spécialisées dans la vache à lait et dans les petites industries qui en dérive, (beure, yaourts, etc…) Ce fut pendant près d’un siècle la principale industrie de cette petite ville (aujourd’hui on dépasse les 100.000 habitants) avant de se reconvertir peu à peu dans des PME de services ou même de haute technologie.

Le village a été créé par Guillermo Lehman en 1881. Les premiers colons étaient d’origine italienne ou allemande. Mais il faut attendre véritablement 1886, et l’arrivée de la première ligne de train de Rosario pour voir le village se développer. Il passe administrativement au niveau de « ville » en 1913 car la population atteignait déjà plus de 8.000 habitants.

La « Perle de l’ouest » est l’autre surnom de la ville, il faut dire que l’activité a été toujours assez diversifiée (même si le poids de l’industrie laitière a toujours été présent). Dès la fin du XIXème siècle, Rafaela se distingue par sa production céréalière, ses moulins à grain, le tabac, la fabrique de voitures (Charrette, berline, etc…), les brasseries,…

La richesse de son économie, va créer ainsi la formation d’une bourgeoisie locale accèe sur le commerce qui va embellir la ville, et permettre à une petite localité de briller au sein de sa province.

Les maisons sont basses en ville (même dans le centre) seuls quelques immeubles haut contrastent avec l’ensemble (Torre Piemonte par exemple).

 Video :  Rafaela. (2012) 1 mn 31 s.

Conseil du Petit Hergé :

Si vous passez à Rafaela, c’est parce que vous êtes sur la RN 34 reliant Rosario (donc Buenos Aires) au NOA (Santiago del Estero, Tuucman et Salta). C’est l’axe principal, donc Rafaela est une très bonne ville étape, un prétexte pour y rester peut être 2 nuits, l’espace d’aller visiter aussi sa campagne environnante.

Photo : Vente de vêtements gauchos (Voir photo)

Photo : Le Castillo de Fotti à Rafaela

A visiter à Rafaela et aux alentours : 

 

Espaces verts :

Plaza 25 de Mayo.

 

Architecture et bâtiments :

Jefatura de Policia

Cine Teatro Belgrano

Castillo de Foti (Boulevard Yrigoyen)

 

Musées :

Museo Municipal de Artes Dr. Urbano Poggi

Museo historico municipal

 

Religieux :

Catedral Rafaela (voir photo)

 

Commerces :

Secteur le plus actif sur le Boulevard Santa Fe entre les 100 et 400 et ses rues perpendiculaires.

Photo : Vue de la ville de Rafaela.

Venado Tuerto et l’extrême sud de la province :

 

Ce sont les meilleures terres agricoles de tout le pays, avec celle du nord de la province de Buenos Aires. Voilà maintenant plus d’un siècle que tout est axé sur l’agriculture et l’élevage. L’immigration massive d’Europe à partir de la décade 1880 a permis de peupler ces terres et aussi d’élever cette partie de la province au niveau des terres les plus productives et donc les plus riches.

Nombre d’estancias ont su prospérer et apporter la dénomination de « Esmeralda del Sud » (Emeraude du sud) à cette région de la province. Aujourd’hui la seule région de Venado Tuerto produit 10 % de toute la production nationale de céréales.

Cette ville a été fondée en 1884 par l’homme d’affaire Eduardo Casey. Le port de Rosario tout proche (190 km) a favorisé l’exportation des produits agricoles de Venado Tuerto par chemin de fer dès 1890.

Photo : Joueurs de "Pato" à Venado Tuerto. 

Photo : les lagunes et le campo autour de Venado Tuerto.

Conseils du Petit Hergé :

 

A voir pour connaitre la vie d’une petite ville riche de la pampa. Vous serez étonnés par le niveau de vie élevé qui contraste terriblement avec les villes du nord de la même province.

Sur l’axe direct par RN 8 entre Buenos Aires et Rio Cuarto (prov de Cordoba), très bonne ville étape, tout comme celle de Pergamino pour y passer 1 ou 2 nuits et s’imprégner de cette atmosphère « rurale-bourgeoise ». Quelques estancias ouvertes au tourisme.

Photo : Patio Casey.


Photo : Teatro Ideal de Venado Tuerto.

A visiter a Venado Tuerto et ses alentours : 

 

Architecture et bâtiments :

Palacio Municipal (Mairie)

Centro Cultural Municipal (Belgrano 843) (Style Rationaliste).

Ancien Ciné Teatro Verdi (Belgrano 357).(Voir photo). Art Déco. 

Cine Teatro Ideal (Pellegrini 980) (Style academique).

Biblioteca Popular Jaun Bautista Alberdi (Mitre 855) (Art deco).

Temple maçon (Avenida Casey 287) (Style académique - 1903).

 

Musées :

Museo y Archivo Historico

 

Religieux :

Iglesia Metodista (Belgrano 929).

Iglesia catedral Inmaculada Concepcion (25 de Mayo 848)

Photo : L'ancienne gare de Venado Tuerto.(Voir photo agrandie)

Le Chaco de Santa Fe :

 

Extrême nord de la région géographique du Chaco. Bien plus aride que le sud de la province. A vécu pendant des décennies sur la déforestation avec l’abattage sans contrôle du « quebracho », puis sur l’installation des premières fermes avec l’arrivée du chemin de fer et de l’émigration européenne vers 1880. Puis il faudra diversifier l’agriculture avec le coton, la canne à sucre, le tournesol, le maïs, puis les agrumes (pamplemousse, orange et citron). L’est (le long du Paraná) est tout de même un peu moins sec.

A l’est, la ville de Reconquista (100.000 habitants, 6eme de la province) la plus développée des villes de toute la partie nord de la province.

A l’ouest Ceres et Tostado, vous êtes déjà dans el Far-West !

Cette partie du Chaco semi-aride représente la moitié de la surface de la province mais seulement 12 % de sa population.

Photo : Le "chaco" du nord de la province de Santa Fe. (Voir photo)

Au dessus, l'Estancia Las Gamas à coté du village de Vera. (Voir photo)

Vidéo : la ville de Reconquista. 27 mn 01 s. (2016).

Conseil du Petit Hergé :

 

J’ai envie de dire (en étant un peu méchant) que si vous entrez dans cette partie de la province c’est par pur hasard, ou plutôt parce que vous êtes de passage. Soit par l’ouest par la RN 34 parce que vous vous rendez dans le NOA, soit à l’est le long du Rio Paraná par la RN11 parce que vous vous rendez à Resistencia, Corrientes Formosa ou Asunción. Mais puisque vous y passez, et si vous aimez la vie à la dure comme il y a (presque) un siècle, alors c’est une région pour vous ! Alors arrêtez vous quelques jours, pour voir ce qu’est le vrai gaucho, la vraie chaleur, les vrais scorpions, les vrais troupeaux de plusieurs millier de tête de bétails. La vous êtes vraiment dans l’Argentine profonde ! On est bien loin « du guide du routard ». Vous trouverez à chaque fois à vous loger dans les préfectures de départements qui sont San Javier, Reconquista , Tostado, Vera, San Cristobal, San Justo. Le pèche est a Reconquista une des activités touristiques les plus recherchées.

Photo : La place principale de Reconquista.(Voir photo)

Photo : Le centre de la ville de Reconquista.(Voir photo agrandie)

Pour la province de Santa Fe :

 

Voila donc un rapide tour d’horizon de la province de Santa Fe. Une province qui est étendue sur 720 km entre le nord et le sud (Paris- Frontière espagnole) a forcement des paysages, un climat, une faune et une flore et surtout une diversité humaine surprenante. A se demander à chaque fois si on est toujours dans la même province. Mais c’est aussi cela qui fait le charme, entre une ville de Rosario hyper modernisé avec des tours qui rivalisent avec celle de Puerto Madero à Buenos Aires (Torre Maui de 140 m) et au nord des paysages rivalisant avec les grandes plaines américaines ou le bush australien avec des habitants habitués à une vie dure et austère, on est sans cesse dans le dépaysement !

En un mot, la province de Santa Fe est à voir, à parcourir, à découvrir et à « subir », elle ne peut à aucun moment vous laisser indifférent. Un conseil, aller en bus a Rosario (ou en voiture), après la visite de cette ville louez y un véhicule et prenez vous au moins une semaine à 10 jours pour en faire le tour en commençant par le sud, l’ouest, le nord et terminez par l’est en rendant votre véhicule à Rosario.

Vous voulez du « hors sentier battus », vous ne serez pas déçus !

Photo : Plantation de coté dans le nord de la province de Santa Fe.(Voir photo


Photo : Dans le nord de la province de Santa Fe.

 

Partager cet article

Published by Le Petit Hergé
commenter cet article

commentaires

Se loger à Buenos Aires

 

Vous cherchez à vous loger à Buenos Aires ?

Contactez moi :

petitherge@hotmail.com

Pour Trouver Un Article Dans Le Petit Hergé Argentine

Cours du Peso Argentin

27 juillet 2017

L'Euro est à

↑ 20,50 ARS

L'USD est à

↑ 17,40 ARS