5 juillet 2015 7 05 /07 /juillet /2015 16:00

Mise à jour : 05 juillet 2015. Catégorie : Province de Buenos Aires

Bahia Blanca :

 

Bahia Blanca est une ville située au sud de la province de Buenos Aires, c’est la ville la plus importante de la région, la seule aussi ayant à la fin du XIXème siècle développé son économie sur l’agriculture et l’élevage de ses environs tout en ayant un port et une petite industrie. C’est aussi la plus importante base navale de la marine argentine. Aujourd’hui forte d’une population de 300.000 habitants, la ville de Bahia Blanca est un arrêt obligatoire pour tout touriste visitant le sud de la province ou de passage entre Buenos Aires et la cote Patagonique.

Totalement oubliée des guides touristiques étrangers, vous êtes hors sentiers battus. Ville de pionniers, frontière la plus australe de la Pampa, vous êtes juste à la limite avec le début de la Patagonie. Pendant longtemps Bahia Blanca fut la dernière ville de l’extension sud de l’implantation de l’émigration européenne.

Photo : Comme tous les ans, des fêtes "gauchas" à Bahia Blanca. Photo 2014.

Photo : Indien montant la garde aux alentours de Bahia Blanca dans les années 1850-1860.

De nombreux indiens furent mélés aux guerres entre fédérés et unionistes

Un peu d‘histoire :

 

 

Nous sommes loin de Buenos Aires, à 636 Km. Durant la période coloniale espagnole (jusqu’en 1810), la région n’est peuplé que d’indigènes Pampas, Ranqueles et Mapuche. Le plus connu d’entre eux fut Calfucura qui, né au Chili vers 1790, passe les Andes en 1830 et commence des guerres dans la pampa contre d’autres tribus.

Il arrive à constituer une armée en 1856 de plus de 6.000 guerriers constitués de Ranqueles, de Mapuches, de Pampas, d’Araucanos et de Pehuenches qui va compliquer l’installation d’européens dans la région. On le surnomme vite le « Napoleon de la Pampa » devant ses victoires face aux troupes argentines. On se souvient de lui en 1870 pour l’attaque des villes de Tres Arroyos et aussi de Bahia Blanca. Finalement il fut vaincu à la bataille de San Carlos de Bolivar (ville de Bolivar) le 11 mars 1872, et tué en 1873 lors de bataille de succession au sein même des tribus. Le secteur de Bahia Blanca fut « pacifié » vers 1880.

 

Ce qui explique donc que lorsque Bahia Blanca est fondé en 1825, il s’agit plus d’un fort que d’un simple village. Place forte en bois, avec fossés l'entourant, pont levis et canons protégeant l’ensemble. Les premières grosses attaque de Calfucura datent de 1859 et se poursuivirent pendant près de 13 ans.

Les 30 premières années de Bahia Blanca ne furent que batailles, attaques, répressions, expéditions punitives, et massacres dans les deux camps. Les premiers civils (plus que courageux, ou alors totalement inconscients) viennent s’installer à Bahia Blanca pour créer une colonie agricole en 1856 constituée essentiellement d’italiens.

Il faut enfin attendre la fin des guerres avec les mapuches pour que les émigrants, rassurés, viennent de Buenos Aires s’installer enfin à Bahia Blanca. Nous sommes alors en 1880, et la majorité des émigrants sont italiens, espagnols, britanniques, irlandais et français. Le train de Buenos Aires y arrive la première fois en 1884, en 1886, la municipalité de Bahia Blanca est créé, et on élit un premier maire. Dans les années 1880-1890, la ville se forme très rapidement, la population grossit considérablement, et les premiers jalons de l’industrialisation se mettent en place. 1.468 habitants en 1869, 14.200 en 1895 (10 fois plus), 70.300 en  1914 (5 fois plus). En 1883, le port de Ingeniero White est créé et s’agrandit en 1902.

Le port devient un élément important dans la vie économique de la ville, les voies ferrées conduisent directement, de et à Buenos Aires, au port des produits à importer ou à exporter, ainsi que de toutes les autres villes du sud de la province. Grains, céréales, laines, viandes, mais aussi pétrole, produits chimiques (à partir de Puerto Galvan, second port de Bahia Blanca).

 

Photos : En haut, Juan Calfucura, le "Napoleon" de la Pampa. Au centre, l'ancien fort construit en 1828 et démoli depuis. En bas, la station de train de Bahia Blanca toujours debout aujourd'hui !

Photo : Le centre de Bahia Blanca aujourd'hui. Photo juillet 2008.

 

Video : Documentaire sur le debut de Bahia Blanca.

Les peuples indiens et l'arrivée des premiers colons. 33 mn 02 s. Année 2012.

Photo : Punta Alta, près de Bahia Blanca, le rendez-vous des pêcheurs le week end. 

A connaitre à Bahia Blanca aujourd’hui :

C’est toujours la ville industrielle du sud de la province, les produits agricoles de l’intérieur continuent à partir de son port (sans devoir donc passer par Buenos Aires), le pétrole et le gaz de la Patagonie y transitent. L’industrie de transformation crée un pole chimique sur Puerto Galvan.

A 24 km se trouve aussi (depuis 1895) la base navale de la marine argentine, Puerto Belgrano. Une des plus grosses bases de la marine argentine en Atlantique Sud.

La ville de Bahia Blanca est aussi une ville riche qui permet d’offrir un centre ville assez développé et agréable. Elle dispose de quelques musée intéressants à découvrir comme le Musée du Port, le musée des archives historiques, musée des beaux arts, de l’art contemporain, le musée taller Ferrowhite (totalement original et décalé), le musée des Sciences, et le Musée du fortin Catreros.

Pour les amateurs de l’armée, deux bons musées, le Museo de Historia del Ejército, et le Museo de la Aviación Naval Argentina. Ce dernier est le musée le plus important d’Argentine concernant l’aviation. Autre originalité des tous ces musées c’est qu’ils ont tous gratuits !

Bahia Blanca n’est pas seulement une succession de musées, la visite doit se commencer sur la Plaza Rivadavia, la place principale de la ville qui abrite les sièges de quelques sociétés, du monde commercial et économique de la ville que l’on nomme aussi la "City" (comme a Buenso Aires) Le Micro centro. Sachez aussi que Bahia Blanca dispose de sa propre bourse du commerce, ainsi qu’une bourse dit de céréales. L’avenue la plus intéressante l’avenida Alem, à voir aussi le Teatro Municipal, les nombreuses confiterias de la zone, le Parque de Mayo, à l’exterieur les quartiers chics de Barrio Parque Palihue et ceux de Barrio Parque Patagonia et San Ignacio.

Autre parc plus grand, le Parque Independencia (il y a le parc zoologique à l’intérieur). Sur l’avenida Urquiza, se trouve le paseo des sculptures.

Sinon bien sur, pour ce qui est des églises, il faut voir la Cathédrale. Pour les amoureux d’une architecture un peu originale, allez voir le quartier de Nueva Liverpool, qui comme son nom l’indique fut un quartier construit en 1900 sur le modèle d’un quartier anglais pour les ouvriers et les employés de l’ancien marché Victoria specilisé dans les fruits, la laine et le cuir.

Enfin, deux gros shoppings existent en ville, le Bahía Blanca Plaza Shopping et le Shopping Paseo del Sol.

Dernier aménagement à la mode, est la zone transformée en parc le long du Rio Naposta (qui prend sa source dans la Sierra de la Ventana). C’est devenu le coin branchouille, avec bars, restos et boites. Quand vous êtes sur la Plaza Rivadavia, prenez la calle Sarmiento et à partir de l’intersection avec l’avenida General Urquiza, vous êtes dans le coin branchouille.

Les photos : Quelques exemple d'architecture du début du XXème siècle, de haut en bas, le Teatro Municipal (1913), la Cathèdrale (1900), Le Banco Nacion (1917).

Photo : Ex Club Argentino. Bahia Blanca. Photo Janvier 2010.

Vidéo : Le Carnaval de Bahia Blanca 2014 (en mars 2014).

    

Photos : Dans le centre, un régal pour l'architecture de 1900 ! Galeria Peuser, le siège du quotidien La Nueva Providencia et la Municipalité entre autres !

Photo : La casa del Angel (1906). Un des bâtiments de Bahia Blanca en style "Art Nouveau". 

Photo : Parque de Mayo de Bahia Blanca. Photo mars 2012.

Les conseils du Petit Hergé :

 

Pas un seul touriste étranger à des centaines de Km !

De quoi vous insérer totalement dans le monde provincial d’une petite ville du sud de la province.

Le climat est rude, froid en hiver et chaud en été (quand je dis froid et chaud, je le compare à Buenos Aires, donc disons plus froid que Buenos Aires en hiver, et bien plus chaud que Buenos Aires en été) des grosses différences thermiques entre les saisons, et portant nous sommes sur l’Atlantique.

Pour la ville en elle-même 1 journée entière (ou même deux si vous êtes un passioné de l'architectire de 1880-1920) mais comme vous êtes situés dans une région ou le coup d’œil (en voiture, il faut être motorisé) vaut la peine, c’est aussi une bonne base de départ pour partir chaque jour faire un tour dans les environs (disons un rayon de 100 km autour), par exemple Pehuen Co, Punta Alta, Dique de las Piedras, Estancia Santo Tomas de la Sierra, Lago Salinas Grandes, ... Dans ce cas là, vous gardez votre hôtel de Bahia Blanca au moins 3 ou 4 nuits. N'oubliez pas non plus que Bahia Blanca est un port et vous avez aussi la possibilité de faire un tour en bateau dans les nombreuses iles qui composent la baie.

Prenez ensuite votre voiture pour la prochaine étape de votre découverte de la province qui peut être au nord Pigue (à 124 km) Tornquist (à 69 km), à l’ouest Coronel Dorrego (à 86 km), au Nord Ouest Sierra de la Ventana (à 76 km) ou Corronel Pringels (à 114 km), et au sud Carmen de Patagones (à 241 km).

Photo : Le Castillo White de Bahia Blanca, ce n'est pas un chateau à proprement parlé mais une usine électrique datant de 1929 et qui n'est plus aujourd'hui en activitée.

Photo : Encore un exemple de l'architecture "Art Nouveau" de Bahia Blanca, la Casa Vilela (1909). 

A lire aussi dans le Petit Hergé :

      

Partager cet article

Published by Le Petit Hergé - dans Province de Buenos Aires
commenter cet article

commentaires

RUBEN O. TOURN 07/07/2017 06:51

Felicitaciones por tu blog... un abrazo de un bahiense por 43 años y ahora en México, desde hace 14. Mi mayor capital, es haber nacido en una ciudad ordenada desde lo urbano, arquitectónico y cultural. Teléfono, telégrafo, red de agua potable, electricidad y tranvía, desde 1890, desde el aeródromo donde llegaba con su aeropostal, el mismo Antoine de Saint-Exupéry a Villa Harden Green hasta la ciudad misma. Nunca dejaré de sentirme orgulloso después de ver, en la misma argentina, las diferencias respecto a las otras ciudades, y ni hablar del resto de latinoamérica, siendo una ciudad tan joven y pequeña!!
Nuevamente, Congratulation´s!!

Maria-Pia 26/06/2017 18:48

Merci pour votre blog sur Bahia Blanca.
Je suis née à Bahia Blanca.... Il y a ...très longtemps (!). partie à 5 ans et jamais revenue.
J'ai essayé de retrouver la maison de mes parents (calle Inglaterra) via Google, mais évidemment l'environnement à tellement changé que je ne reconnais rien.
Difficile d'avoir des infos familiales, mes parents étant décédé et leurs amis vivant là-bas doivent l'être aussi.
Et bien il faudra me déplacer pour voir le pays qui m'a vu naître... un jour peut-être.
Encore merci pour ces infos que j'ai regardées avec émotion.
Maria-Pia

Le Petit Hergé 29/06/2017 17:37

Bonjour Maria Pia,

J’espère que tu pourras réaliser ton rêve et venir ici rechercher ta maison maternelle ! En quelle année es tu partie de Bahia Blanca ? La calle Inglaterra est longue (comme toutes les rues) te souviens tu a quelle hauteur de la rue était la maison ?

Liloune 28/11/2015 10:48

coucou! ça n'a pas vraiment de rapport avec Baya Blanca mais ça peut toujours servir! j'ai trouvé un site qui permet de toucher un ptit salaire (350€ à 450€ par mois) en répondant à des sondages en ligne! c'est pas beaucoup mais ça permet tout de même de mettre du beurre dans les épinards! bref! voilà le lien du site pour qui ça pourrait intéresser: www.sondage-france.com profitez-en aussi ;-)

Le Petit Hergé 29/11/2015 00:04

Bonjour,

En effet, comme c'est intelligent de se servir d'un blog sur l'Argentine (donc aucun rapport) pour faire de la pub pour un site de sondage remunéré, qui de toute façon doit etre pipo puisqu'il faut en passer par la pour se faire de la pub ! Bref, un moyen des plus douteux qui doit refleter le serieux de ce site. Comme mon blog est (modestement assez lu), je vais donc à la fois laisser ton message, mais surtout y coller mon commentaire, qui fera sans doute fuir les lecteurs et donc utilisateurs potentiels de ton site www.sondage-france.com (tu vois, je le recite pourqu'on s'en detourne le plus possible).
A force de vouloir faire parler de soi, on obtient le resultat inverse. Ton site (puisque tu y travailles) est maintenant connu mais surtout banni par les lecteurs du Petit Hergé !
Continue a pourrir les autres sites (qui n'ont aucun rapport avec les sujets traités) de tes commentaires bidons, et continue ainsi a enfoncer le plus possible : www.sondage-france.com (je le recite, pour que ca soit bien lu par les moteurs de recherche).

En un mot, chers lecteurs du Petit Hergé, sachez donc que le site sondage-france@laposte.net est totalement pipo !

Adriana 10/08/2015 20:58

Salut,
Je suis tombée par hasard sur ton blog et je suis agréablement surprise. Merci pour cet article sur Bahia Blanca, c'est très détaillé et surtout ça donne envie. C'est l'une des destinations qui me fait rêver et je crois bien que je vais me laisser tenter bientôt ;-)
Je vais de ce pas lire d'autres articles.
à bientôt,

Adriana

Se loger à Buenos Aires

 

Vous cherchez à vous loger à Buenos Aires ?

Contactez moi :

petitherge@hotmail.com

Pour Trouver Un Article Dans Le Petit Hergé Argentine

Cours du Peso Argentin

26 juin 2017

L'Euro est à

↑ 18,25 ARS

L'USD est à

► 15,95 ARS