6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 00:15

Mise à jour : 05 avril 2015. Catégorie : Buenos Aires.

Palacio Estrugamou. Quartier Retiro. Buenos Aires. Photo 22 avril 2004.Le Palacio Estrugamou :

 

Le Palacio Estrugamou est certainement à mes yeux le bâtiment le plus parisien de Buenos Aires ou du moins du quartier de Retiro. J’avais déjà écrit un petit papier sur ce bâtiment en 2014 ( A voir dans le quartier de Retiro), mais voilà que j’ai un peu plus d’éléments à y placer, et un article entier pour ce bâtiment haussmannien me parait plus judicieux.

Photo : Façade du Palacio sur la calle Juncal.

Une famille de Français arrive à Buenos Aires en 1843 :

 

Le terrain se situant à l’angle de la calle Esmeralda et Juncal est acheté en 1924 par un estanciero, Alejandro Fernando Estrugamou Larrart, première génération à être né dans le pays à Rosario le 10 juillet 1855 (ou 1856), fils direct donc de Basques Français. Son père était né à Charritte-de-bas (64) en 1823 et mort à Buenos Aires en 1906, quant à sa mère elle était de Pau (64) et meurt aussi dans cette même ville en 1892. Ses parents arrivent à Montevideo en 1841 puis a Buenos Aires en 1843. Ils sont déjà de gros propriétaires terriens à la naissance d’Alejandro (2eme enfant sur 5), et les familles basques et françaises sont nombreuses alors dans le sud de la province de Santa Fe. Alejandro se lie d’amitié à l’âge de 24 ans en 1879 avec Eduardo Casey (d’origine irlandaise né en 1847, donc 8 ans son ainé), voisin de l’estancia familiale. Il travaillera pour lui puis aura pendant un temps des affaires en commun comme la création et le développement de la ville de Venado Tuerto (province de Santa Fe) entre autre. Sachez que ce même Eduardo Casey fut avec Clément Cabanettes les créateurs de la ville de Pigüe (peuplement d’Aveyronnais Français en 1883). Pour ce qui est d’Alejandro Estrugamou, la rencontre avec Casey apporte à la fois son amitié, des fonds financiers (Casey est directeur de la Banque de la province de Buenos Aires puis à la direction de la première ligne de chemin de fer), mais surtout lui permet de devenir son homme de confiance et de devenir administrateur de ses biens pendant une quinzaine d’année 1880-1895.

Photo : Palacio Estrugamou en 1928

Enrichissement d’Alejandro Estrugamou et faillite d’Eduardo Casey :

 

C’est pendant cette période qu’Alejandro construit sa fortune en restant dans les traces d’Eduardo Cassey. En 1886, il achète une estancia appartenant à son père qu’il nomme « La Victoria », cette propriété deviendra son lieu de résidence principal.

En 1889, il décide d’épouser à Venato Tuerto, Rosa Isabelle Turner Casey, âgée de 16 ans. Lui en a alors 33. Ils auront 5 enfants ensemble.

En parallèle, les déboires d’Eduardo Casey commencent en 1890 avec la crise économique qui touche l’Argentine (une de plus) et qui le mettront peu à peu sur la paille. Il pourra toutefois en vendant ses propriétés payer tous ses créditeurs, mais ne pourra plus jamais se refaire. Alejandro Estrugamou aura lui déjà à cette période ses propres affaires, de nature bien plus  prudente, ne le suivra pas dans la faillite.

      

Patio du Palacio EstrugamouLe « Palacio », sa plus belle réussite immobilière :  

 

Alejandro Estrugamou continuera entre campo et Buenos Aires à faire fructifier son patrimoine, dans des affaires industrielles, ferroviaires, commerciales et immobilières. L’une d’elles, pour ne pas dire la plus prestigieuse, fut en 1924, d’acheter un terrain à l’angle des calles Esmeralda et Juncal dans cette partie de Retiro qui commençait à être prisée, pour y construire un « immeuble de rente » pour la bourgeoisie porteña voulant y résider. Un projet d’un immeuble de 7 étages surplombé d’un niveau mansardé pour abriter les chambres de bonne. Il faut dire que les appartements de 400 a 500 m2 sont destinés à une classe bourgeoise moyenne qui a l’habitude d’avoir du personnel domestique.

Le projet est confié a deux architectes. L’un est l’Argentin Eduardo Sauze mais ayant fait ses études à Paris aux Beaux Arts, et le second à Auguste-Jules Huguier (de l’Ecole Spéciale d’Architecture, élève de Pierre André et de Lagnaud), Français et débarqué à Buenos Aires en 1910. Ils travailleront ensemble sur de très nombreux projets entre 1910 et 1930.

Le chantier débute en 1924. Tout est fait dans la conception et dans la construction du bâtiment pour offrir aux futurs locataires des appartements de très grand standing. On mise donc sur des éléments nobles dans la décoration et dans des surfaces et volumes amples pour attirer la clientele. La ferronnerie vient de France, le parquet de Slovénie, les marbres d’Italie. Chaque salle a manger dispose d’une cheminée.

L’immeuble est en fait composé de quatre corps de bâtiments, possédant chacun deux appartements par niveaux. Les appartements peuvent compter pour certains jusqu’à 9 pièces sans compter les communs et les chambres de service.

Le bâtiment est enfin inauguré en 1929, et l"Edificio Estrugamou" est vite surnommé le « Palacio Estrugamou » par les habitants du quartier. Le long de la calle Juncal le bâtiment est longé par un petit jardin qui sera finalement vendu à la municipalité pour élargir la rue en 1935.

En 1937, Alejandro Estrugamou décède.

Les Conseils du Petit Hergé :

 

Le Palacio Estrugamou est une propriété privée, toujours habitée par de nombreuses familles. Il est donc impossible d’y entrer sans connaitre une personne y demeurant.

On peut toutefois voir, à travers la grille, la cour et la copie de la Victoire de Samothrace s’y trouvant.

 

Adresse : Juncal 783. Metro : San Martin ou Retiro. 

A lire aussi dans le Petit Hergé :

   

 

Partager cet article

Published by Le Petit Hergé - dans Buenos Aires
commenter cet article

commentaires

clemalex 06/04/2015 20:01

Absence , absence : quand tu te tais trop longtemps Hergé tu nous manques. Alors si c'etait des vacances estivales en famille c'est tout bon. Andrée

Hergé 07/04/2015 00:05

Bonjour Andrée ! Meme pas de vacances ! Uniquement du travail et j'étais débordé ! Je suis a nouveau aux commande de mon site ! Bientot les 10 ans du Petit Hergé !!!

Olivier 06/04/2015 06:25

Enfin de retour !!!!
Essayez de dire que vous venez rendre visite à Jorge Lanata si vous voulez le visiter.
Le fameux journaliste y habite !
Vite un nouvel article !

Le Petit Hergé 06/04/2015 13:53

En effet, Jorge Lanata (figure emblematique du journalisme anti Kirchner depuis de nombreuses années) y habite.
Une photo de lui dans son bureau : http://bucket.clanacion.com.ar/anexos/fotos/03/1545203.jpg
Chez moi, les livres sont presque aussi bien rangés !
A bientot !

Se loger à Buenos Aires

 

Vous cherchez à vous loger à Buenos Aires ?

Contactez moi :

petitherge@hotmail.com

Pour Trouver Un Article Dans Le Petit Hergé Argentine

Cours du Peso Argentin

02 mai 2017

L'euro est à

→ 16,70 ARS

L'usd est à

↓ 15,20 ARS